Nous suivre sur les réseaux sociaux
Divers

Steve’s Rag 28 – La peur dans les romans de Stephen King

La Peur dans les Romans de Stephen King
(Simon – Louis Creed)

 


 

Peur : «   Sentiment de forte inquiétude, d’alarme, en présence ou à la pensée d’un danger, d’une menace. « 
Larousse 1997

La « peur » un petit mot qui définit un état désagréable de notre esprit. De la petite frayeur à la grande terreur on l’a tous connue. Elle est présente dans tout les romans de King et sous différentes formes. Elle va de la peur enfantine dans « Ca » à la peur plus « mature », plus mûrie et coordonné avec l’angoisse comme dans « marche ou crève ».

Stephen King les maîtrises toutes et arrive à nous les faire ressentir.

Au début, il instaure une certaine familiarisation avec les personnages. On s’y attache. Ils sont décrient de façon très précise au niveau psychologique. Cela renforce cet attachement et c’est alors où l’on croit que le roman va tourner à l’ennui que le rebondissement apparaît : la peur se déclare, l’angoisse naît.

Il est difficile alors de ne pas avoir la gorge serrée. Et au moment de se coucher, laisser la lampe de chevet allumée devient une priorité.

Mais comme la plupart des écrivains il y a une partie de King lui-même dans ses romans. Notamment ses propres peurs et surtout ce pourquoi elles existent. On retrouve ainsi les problèmes liés à la puberté et les affres de l’adolescence. On y retrouve aussi la difficulté d’aller au-delà des ces problèmes pour s’ouvrir aux autres, comme cela est décrit dans les romans « Carrie » et « Rage ».

Stephen King était lui-même timide et connaissant bien ces petites peurs de l’adolescence. Il a su les retranscrire dans ses romans très fidèlement.

Mais il y a bien sûr aussi les peurs de la petite enfance… Les monstres dans le placard et sous le lit qui sont cités dans « Cujo » (ou encore dans la nouvelle « Le Croque-Mitaine »). Là aussi, bien sûr, King n’est pas le seul à connaître ces peurs et c’est pour cela  que l’on les ressent si bien.

Qui n’a jamais refermé son placard de peur qu’un monstre en sorte ?

Qui n’a jamais supporté que l’un des ses pieds ne sorte du lit de peur qu’une chose cachée en dessous ne vous l’attrape ?

Un roman de King fonctionne comme cela. La « peur » opère mieux si on connaît ces peurs, si on les a vécues, si on les à ressenties… Et lire un roman de King c’est comme les retrouver et les affronter jusqu’au bout . Une sorte de thérapie. La peur soignée par la peur.

28 février 2004

Simon – Louis Creed





PARTAGER L'ARTICLE
AJOUTER UN COMMENTAIRE :

Partenaires pour vos achats

Publicité

Dernières actus Stephen King

Suivez-nous sur les réseaux !

Newsletter

 

Recevez l’actualité de Stephen King par email

 

Notre livre (nouvelle version!)

Calendrier

  1. Mad Movies – hors serie – Shining (réédition collector)

    12 décembre
  2. « Maximum Overdrive », bluray chez ESC Distributions!

    08/01/2019
  3. Fin de Ronde (de Stephen King, en poche chez Le Livre de Poche

    06/02/2019

Publicité

Autres contenus : Divers