Nous suivre sur les réseaux sociaux

Uncategorized

Steve’s Rag 18 – On en parle à la télé

On en parle a la télé

(Farah Chanfi)


Un article sur les similitudes entre X-Files et Stephen King a déjà été publié. Pour ma part, je vais vous parler de King et d’autres films.
Parfois, il y a des références directes à l’écrivain et à ses romans ; Dans d’autres cas, ce sont des feuilletons dont les histoires ressemblent à celles racontées par King lui-même. Voici donc une liste (MA liste) des séries qui m’ont fait penser à mon écrivain préféré.
Pour commencer, la plus évidente de toutes, Code Quantum dont l’épisode titré  » le diable par la queue  » a été diffusé le 20 janvier 1997. L’histoire se déroule dans le Maine, au 966, Salem Avenue, le 30 octobre 1964. On y parle de Salem, bien sûr, mais aussi de Danse Macabre. Un jeune garçon de 15-16 ans y fait son apparition et lors du dénouement, sa mère vient le chercher à bord d’une voiture nommée Christine, avec le chien de la famille, Cujo. Ce jeune garçon se nomme Stephen… oui, mais Stephen comment ?!

Un samedi soir où je regardais une série américaine intitulée  » Le monstre venu de l’espace « , j’étais persuadée que j’entendrais parler de Stephen King, car le sujet traitait d’une petite fille qui pouvait déplacer des objets par la seule force de la pensée. Effectivement, le personnage central de l’histoire posera une question lourde de sens :  » Ne me dis pas qu’elle est télékinésique comme Carrie ? « .
Carrie a également été citée dans un épisode de X-Files.

Encore un autre film,  » Robe de sang « , dans lequel l’écrivain a été cité :  » Il a perdu la boule, comme Jack Nicholson dans Shining « .

Plus récemment, et dans un autre registre, musical celui-ci, j’ai entendu à la radio la nouvelle chanson du chanteur rap Passi (interprète de  » je zappe et je mate « ),  » contrôle « . Je n’écoutais pas vraiment jusqu’à ce que j’entende ceci:  » charmé par Stephen King « . Pardon, vous pouvez répéter ?

J’en ai maintenant fini avec les références directes à King. A présent, si vous le voulez bien (et même si vous ne le voulez pas), je vais vous parler des films dont l’histoire m’a fait penser à l’une des oeuvres de Stephen King.

J’insiste sur le fait que c’est moi qui ait imaginé ce qui va suivre car il est probable que vous ne soyez pas d’accord avec moi : les films cités ci-dessous vous feront peut-être penser à autre chose, voire à rien du tout. Par exemple, dans  » Heat « , de Michael Mann avec Robert De Niro et Al Pacino. Ce dernier rêvait souvent que  » ses victimes étaient assises autour d’une table et le fixaient. Mais à la place des yeux, ils avaient des trous noirs et ils flottaient comme des ballons. Je ne sais pas pour vous, mais j’ai pour ma part furieusement penser à Çà.

Il y a également deux séries qui m’ont rappelé Simetierre ; à commencer par X-Files toujours, dans l’épisode  » Golem  » de la quatrième saison, diffusé le 25 octobre 1997. Il traitait d’un juif assassiné et qui revenait à la vie grâce à des incantations… Celui-ci ne cherchait qu’à se venger de ses meurtriers. La deuxième série diffusée, le 17 janvier 1997, est  » Poltergeist-The Legacy « , dans l’épisode intitulé  » La cloche de Girardius  » et présente les aventures d’un groupe enquêtant le domaine du surnaturel.
Cette cloche prend l’aura des morts puis les ramène à la vie à condition qu’on la fasse sonner trois fois et qu’on la mette dans un cercueil. Évidemment, le mort-vivant n’est plus le même (vous vous en doutez sans doute) : c’est un meurtrier, et physiquement un monstre.

Dans l’épisode  » intraterrestres  » de  » X-Files « , diffusé le 18 janvier 1997, j’ai entendu une phrase, une seule, prononcée par Fox Mulder. Cette phrase, je l’ai lu dans Les Yeux du Dragon… Enfin, je pense. La voici :  » La vérité est un éléphant décrit par trois aveugles « . (si quelqu’un sait à quelle page la fameuse phrase apparaît et/ou dans quel livre, qu’il le fasse savoir au club Stephen King). Et je n’ai pas vérifié parce que je n’avais pas le temps… au cas où vous vous poseriez la question. Mais revenons à nos moutons !

En regardant le feuilleton  » Drôle de chance  » avec D.B.Sweeney dans l’épisode  » Dernière chance « , j’ai eu l’impression que c’était un clin d’œil à La Ligne Verte, mais je ne vais pas vous raconter toute l’histoire.

Tout le monde connaît  » Happy Days  » ? Eh bien, dans l’épisode rediffusé le 2 janvier 1997, la sœur de Ritchie évoquait le temps où, petite fille, elle attendait sur les marches que son père rentre pour lui faire  » l’ascenseur « , c’est-à-dire la soulever, la lancer très haut dans le ciel comme Jack Torrance dans Shining.

Je vais terminer avec Fun Radio, qui lors des news, a donné une information comme quoi au Japon, certaines personnes ont des tâches bleues sur le corps qui clignotent comme des yeux. Et quand on sait que chez King, la couleur bleue signifie que la folie n’est pas loin… Enfin, à mon avis, ils ont trop lu la nouvelle Comme une passerelle dans le recueil Danse Macabre.

Il se peut que toutes les similitudes avec King que j’ai pu voir ici ne soient que les fruits de mon imagination. Mais il se peut aussi que d’autres personnes aient pensé comme moi. De toute façon, cela n’a pas d’importance : j’avais juste envie de vous montrer à quel point les histoires de Stephen King m’obsèdent. Contrairement à ce que l’on croit, ce qu’il écrit est si fortement ancré dans la réalité que j’ai toujours l’impression que cela peut m’arriver à n’importe quel moment. A part çà, je ne suis pas parano et je vais très bien, merci.





PARTAGER L'ARTICLE




COMMENTER avec FACEBOOK :






Partenaires pour vos achats

Dernières actus Stephen King

Newsletter

 

Recevez l’actualité de Stephen King par email

 

 

Notre livre

Calendrier des sorties

  1. The Outsider (roman, version originale)

    22 mai
  2. La Part des Ténèbres (réédition Le Livre de Poche)

    23 mai
  3. Sleeping Beauties, livre audio, Audiolib

    6 juin
  4. La Tour Sombre 4, livre audio, Audible

    27 juin
  5. Anatomie de l’horreur, réédition, Albin Michel

    29 août

Publicité

Publicité

Autres contenus : Uncategorized