Nous suivre sur les réseaux sociaux

Uncategorized

Stephen King explique pourquoi il habite à Bangor

#JeudiPassé / #JeudiSouvenir : Stephen King explique pourquoi sa famille habite à Bangor, dans le Maine

[stephenking gate2]

Le site Bangor Daily News a ressorti la semaine dernière un essai fort intéressant de Stephen King, datant de mars 1983, qui fut proposé dans une brochure de l’association historique de Bangor, à l’occasion d’une levée de fonds organisé à leur profit.
Dans cet essai intitulé « Une perspective d’auteur à Bangor », Stephen King évoque les raisons de l’attachement de sa famille à la ville de Bangor, dans le Maine, ainsi qu’à la maison victorienne dans laquelle ils habitent depuis 1979.

Nous souhaitions donc profiter de cet article pour vous proposer un #JeudiPassé / #JeudiSouvenir autour de la maison de Stephen KIng et de Bangor. 

La raison évidente que Stephen King évoque pour habiter dans le Maine, est qu’il un gars du coin : il a grandit et vécu dans le Maine, et c’est donc naturellement qu’il s’y voit y vivre.

Pour sa femme Tabitha King, qui a grandi à Old Town soit à une vingtaine de minutes en voiture de Bangor, c’est également la même raison. Enfant, Tabitha dont le nom de famille est alors Spruce, passait régulièrement devant une demeure victorienne qu’elle admirait et rêvait d’habiter. 

Par chance, la maison de Bangor est disponible et ils finiront par emménager en 1979 dans cette demeure qui, ne serait pas parfaite pour le futur maitre de l’horreur sans l’éventualité d’une présence supernaturelle : 
« Nous sommes tombés amoureux de la maison dans laquelle nous vivons, qui ne nous as jamais déçu. Est-ce que nous, nous l’avons déçue?
La déception n’est probablement pas le bon mot. Je pense qu’elle ne nous acceptait pas au début. Le parloir semblait froid sans aucun rapport avec la température ambiante. Le chat ne voulait pas entrer dans cette pièce, les enfants l’évitait. Mon fils ainé était convaincu qu’il y avait des fantomes dans les tourelles (une idée qui lui provenait certainement davantage de ses lectures des Frères Hardy (ndlr : des romans policiers jeunesse)  plutot que de l’influence de ses parents. Puis, environ 8 mois après avoir emménagé, j’ai remarqué une petite balle en plastique posée en plein milieu du sol du parloir, et j’ai ressenti une lueur d’espoir.
Trois nuits plus tard, de petits soldats en plastique campaient sur une extrémité du sofa. Mon espoir grandi encore.
Vers la fin de la semaine, ma femme était confortablement installée sur le sofa, lisant un livre avec le chat sur ses cuisses. Je me suis dit que la maison nous avait alors peut-être accepté. »

Stephen King s’est également exprimé à d’autres occasions sur des expériences inhabituelles dans la maison : sa femme déclarait sentir régulièrement d’étranges odeurs de cigares et des bruits étranges. L’écrivain, lui, constataient des manteaux là où ils n’avaient pas été déposés, mais eut aussi une vision. Celle d’un homme chauve à lunettes qui était assis, croisait les mains… et qui disparu lorsque King se retournai.

Ces étranges phénomènes ne les effraie pas au point de partir, puisqu’ils se sentent chez eux. Ils sont séduits par le style victorien des maisons, la quiétude, les arbres élégants, et la proximité du centre ville qui leur permet d’accompagner les enfants à l’école à pieds. 

Au sein de Bangor se trouve donc le manoir de la famille King, constitué de 24 pièces, qui aurait été fondé dans les années 1850.
L’écrivain a depuis fait construire une piscine dans la grange, un cadeau à sa femme pour la remercier de sa présence et soutien pendant les années difficiles, tandis que lui se serait constitué une bibliothèque de 17 000 livres en sous-sol!

On ne sait pas vous, mais nous on aimerait bien la voir cette collection de livres !

[stephenking piscine manoir 1986] [stephenking bureau]

L’entrée de la maison King est marquée par un grand portail. Aisément reconnaissable car composé d’araignées et de chauve-souris, il a été réalisé par un artiste local à partir de 500kg de fer forgé.
Cette demeure, située au 47 West Broadway, est devenue emblématique et un véritable lieu de pélerinage pour les fans de Stephen King.

​Comme l’avait fait LVH, le fondateur du Club Stephen King (Lille) en 1996, qui avait partagé les photos ci-dessous ainsi que de l’ensemble de sa visite du Maine de Stephen King.
D’ailleurs, si vous allez un jour dans le Maine (ce que nous, nous n’avons pas fait), nous vous recommandons fortement de faire appel à Stu pour son « Stephen King Tour« , vous faisant ainsi découvrir les lieux réels et principaux du Maine de Stephen King.

maison de stephen king - stephen king house maison de stephen king - stephen king house maison de stephen king - stephen king house

En effet, l’écrivain de s’en cache pas : l’état du Maine l’inspire et il s’est notamment servi de la géographie de Bangor pour créer celle de Derry. Il vous suffit par exemple de comparer la carte ci-dessous (Derry), et de la comparer avec celle de Bangor. Si vous tournez la carte disponible via Google Maps, la ressemblance est frappante !

[derry maine]

Et au passage, découvrez la carte du Maine, mettant en avant les villes réelles et les villes fictives de Stephen King.

 

[carte-du-maine]
 
 

Bien que fortement attachée au Maine et à Bangor, la famille King passe depuis l’accident de Stephen King leurs hivers dans leur demeure de Sarasota, en Floride.
Ce décor et son accident lui inspireront par ailleurs le roman DUMA KEY , dans lequel, un richissime homme d’affaires victime d’un accident, divorcé, se réfugie dans la peinture dans son chalet sur pilotis aux abords des plages de Floride.

Néanmoins bien que la famille King ne passe pas l’hiver dans le Maine, elle n’oublie pas pour autant les citoyens qui ne sont pas en mesure de faire comme eux : ainsi, via leur fondation Stephen & Tabitha King, le couple n’hésite pas à financer les factures de chauffage des plus démunis face au froid aride du Maine.

Mais nous avons quelque peu digressé de l’essai de Stephen King. Au-delà d’avoir grandi et être un gars du Maine, il évoque aussi une seconde raison pour être venu à Bangor : moins évidente, à la fois personnelle et… professionnelle puisqu’il évoque avoir à l’époque un projet d’un très long roman :
« C’est autant l’écrivain que l’homme qui a voulu venir à Bangor. J’avais en tête un très long livre, qui j’espérais pourrait traiter de la manière dont les mythes, les rêves et les histoires deviennent une partie du quotidien d’une petite ville américaine. J’avais écrit quelque chose dans cet esprit par le passé, mais c’était une petite bourgage rurale. Le livre était SALEM.
Le roman, qui porte au sujet d’une petite ville, du nom de Derry, mais que n’importe quel local reconnaitrai certainement comme étant Bangor, est écrit sous son premier jet. »

Selon lui, le problème est avant tout que la ville est riche d’histoires, et qu’il a des difficultés à savoir quand s’arrêter. Raison d’ailleurs pour laquelle le manuscrit fait pour le moment plus de 1200 pages et que s’il écoutait la petite voix qui lui souffle dans l’oreille il pourrait en écrire 5000 juste parce que c’est ce qui l’amuse!

La brochure qui contient l’essai de Stephen King présente le livre comme prénommé DERRY, mais vous l’aurez compris : on le connait dorénavant sous le nom de CA !
L’auteur conclu son texte par une anecdote : alors qu’il finissait l’écriture du roman, il s’est rendu à la bibliothèque locale afin d’obtenir des informations sur la véritable histoire de la ville. Il passa la majorité de l’été à parcourir les livres que la bibliothécaire lui passa, sans se douter des atrocités qu’il allait écrire !

 

 





PARTAGER L'ARTICLE
COMMENTER avec FACEBOOK :






Partenaires pour vos achats

Dernières actus Stephen King

Suivez-nous sur les réseaux !


Retrouvez-nous sur Facebook Retrouvez-nous sur Twitter

Newsletter

Recevez l’actualité de Stephen King par email

 

Notre livre (nouvelle version!)

Calendrier

  1. MTV Movie & TV Awards : nominations de CA

    19 juin
  2. La Part des Ténèbres (réédition Le Livre de Poche)

    20 juin
  3. La Tour Sombre 4, livre audio, Audible

    27 juin
  4. Vente aux enchères de manuscrits de Stephen King

    2 juillet
  5. Castle Rock : diffusion de la série

    25 juillet

Publicité

Autres contenus : Uncategorized