Nous suivre sur les réseaux sociaux

Uncategorized

La Tour Sombre – Chapitre 4 (Voyager avec la Tour Sombre)

Chapitre IV
Voyager vers la Tour Sombre

(Lou Van Hille)

 

 


 

 

A) Les repères cardinaux

Dans l’introduction de son ouvrage « The Dark Tower – A concordance – Volume I », Robin Furth décrit l’univers de la Tour Sombre. A un moment donné, il est précisé que : « What is West today may be Southwest tomorrow and Southeast the day after (ce qui est l’Ouest aujourd’hui peut très bien devenir le SUD-OUEST demain et le SUD-EST le surlendemain)« . On retrouve cette même notion dans le tome 5 de la série, WOLVES OF THE CALLA : « Roland had told them that even such basic things as the points of the compass could no longer be trusted in Mid-World; what was dead west today might be southwest tomorrow, crazy as that might seem (Roland leur avait appris les choses de base. Par exemple, le fait qu’on ne pouvait faire confiance à une boussole dans l’Entre-Deux-Mondes. Ce qui est, sans aucun doute, l’OUEST, aujourd’hui, peut très bien devenir le SUD-OUEST demain, aussi dingue que cela puisse paraître)« .

Cependant, il faut prendre cette information avec beaucoup de précautions et ne pas confondre, par exemple, NORD magnétique et NORD géographique. King insiste sur le fait que Roland et ses amis ne peuvent se servir d’une boussole pour se diriger… Il est aussi dit que le monde de Roland grandit et s’étend mais les lieux restent cependant géographiquement placés de la même façon les uns par rapport aux autres. Gilead est à l’OUEST d’Hambry et le restera d’un point de vu géographie et même si une boussole indique un jour qu’il s’agit du SUD.

King insiste beaucoup sur les localisations géographiques des lieux et connaissant son sens du détail, il est clair que s’il déclare qu’Hambry est à l’Est de Gilead, c’est parce que c’est bien ainsi. Il est donc tout à fait possible d’établir une carte représentant la géographie de l’univers de la Tour Sombre.

 

 


 

 

B) Le Voyage de Roland Deschain

Nous allons, dans ce chapitre suivre le trajet de Roland et de son Ka-Tet vers la Tour Sombre, pas à pas. Pour Roland, tout commence à New Calaan, son domaine où il a grandi. Il quitte la ville de Gilead et se met à route tout d’abord vers l’OUEST (Note : Il est clairement dit que Gilead se trouve loin à l’EST de la Mer Occidentale. De plus dans LITTLE SISTERS OF ELURIA, King écrit clairement que Roland continue sa route vers l’OUEST. Il n’y a aucune précision sur le fait que ce trajet soit continu ou non). Vingt ans plus tard, le Pistoléro traverse la ville de Pricetown (THE GUNSLINGER I-5) puis arrive dans le désert de Mohaine. Il prend alors la direction du SUD. Il finit par arriver à Tull (THE GUNSLINGER I-7). Notons au passage, que dans la nouvelle version de THE GUNSLINGER, Roland ne suit plus l’Homme-en-Noir en direction du SUD, mais du SUD-EST. Voici, ci-dessous, deux précieuses cartes, réalisées par Robin Furth.

 

Déplacements du Pistoléro dans l’ancienne version de THE GUNSLINGER

          

Déplacements du Pistoléro dans la nouvelle version de THE GUNSLINGER

Après avoir traverser Tull, Roland finit par arriver à un relais où il rencontre le jeune Jake Chambers pour la première fois. Ensemble, ils rejoignent quelques temps plus tard une chaîne de montagnes (THE GUNSLINGER – The Oracle and the Mountains) où Roland sacrifie Jake pour atteindre Walter (THE GUNSLINGER – The Gunslinger and the Dark Man). Puis Roland se remet en route vers l’OUEST et rejoint la Mer Occidentale après une marche de 20 miles (environ 32 kilomètres). Il suit alors son rivage en remontant vers le NORD (THE DRAWING OF THE THREE – The Prisoner I/3-4). Il finit par trouver une porte (menant sur le New York de 1987) qui lui permet de faire entrer Eddie Dean dans son monde. Ensemble, il continue leur chemin vers le NORD. Ils trouvent une deuxième porte, ouvrant sur le New York de 1964 (THE DRAWING OF THE THREE – Shuffle 9), qui les conduit à Detta/Odetta. Un peu plus loin, le trio découvre une troisième porte (menant au New York de 1977) où ils rencontrent Jack Mort (THE DRAWING OF THE THREE – The Pusher I-1).

Ci-dessous, une autre précieuse carte, réalisée par Robin Furth.

Déplacements du Ka-Tet de Roland dans THE WASTE LANDS

Roland, Eddie et Susannah (réunification de Detta et Odetta) finissent par arriver à la fin du rivage de cette plage. Ils l’a quittent et pénètrent dans la forêt mitoyenne en direction du NORD-EST. Leur marche continue durant plusieurs mois. Ils découvrent alors le Portail de l’Ours (THE WASTE LANDS I-I-9). On y apprend que « le Portail de l’Ours…. C’est Brooklyn » (THE WASTE LANDS I-III-3). Les membres du Ka-Tet de Roland trouvent le chemin du Rayon, qu’ils se mettent à suivre en direction du SUD-EST. Ils atteignent alors la frontière de l’Entre-Deux-Mondes (THE WASTE LANDS I-III-8). C’est un peu plus loin que le jeune Jake les rejoint (THE WASTE LANDS I-III-15). Le groupe se complète avec l’arrivée de Oy, le bafou-bafouilleux (THE WASTE LANDS 2-IV-1). Ensemble, ils traversent River Crossing, puis finissent par arriver à la ville de Lud qui pour certains des membres du Ka-Tet ressemble étrangement à New York (Notons cependant que le Monorail Blaine est censé voyager entre Saint-Louis et Topeka… Il ne serait donc pas surprenant que Lud soit une jumelle de Saint-Louis, dans le monde de Roland). Lud est leur point de départ avant la traversée des Terres Dévastées (aussi appelées Drawers dans THE WASTE LANDS I-I-13).

Dans le troisième volume de la série The Dark Tower, il est dit que le train (et tout particulièrement Blaine le Monorail) traverse les Terres Dévastées dans tous les mondes.

Déplacements de BLAINE dans THE WASTE LANDS & WIZARD AND GLASS

 

 

 


 

 

Réflexion 1 : Les Terres Dévastées du TALISMAN et celles de la TOUR SOMBRE

Il est à noter que dans THE TALISMAN (chapitre 35-1 à 7), Jack Sawyer traverse lui aussi des « Terres Dévastées », dans un train, pour rejoindre l’Hôtel Noir (où toutes les dimensions se confondent)… La seule différence est que Jack voyage d’EST (Arcadia Beach dans le New Hampshire) en OUEST (Point Venuti en Californie) alors que Roland et ses compagnons de route voyagent d’OUEST (Lud) en EST (Topeka) dans THE WASTE LANDS (II-VI-6).

        Ces voyages nous posent cependant plusieurs questions :

1) Les « Terres Dévastées » sont-elles la conséquence d’un accident nucléaire ? Dans THE TALISMAN, on apprend qu’un essai nucléaire aurait entraîné « l’apparition » des Terres Dévastées dans les Territoires… L’incident nucléaire de The Stand aurait-il aggravé la situation dans le monde de la Tour Sombre ?

2) l’Hôtel Noir, apparemment situé à l’opposé de la Tour Sombre, serait-il en fait un des douze portails menant aux autres dimensions ?

 

 


 

 

Réflexion 2 : La Ville de LUD… Saint-Louis ou New York ?

A la fin de THE WASTE LANDS (II-VI-6), Blaine quitte la ville de Lud pour Topeka (un voyage de 1100 kilomètres). Dans son roman ROSE MADDER, Stephen King nous parle des terribles événements qui se sont produits dans la ville de Lud (chapitre 6-10) mais fait aussi une rapide référence à une autre ville du nom de Topeka (chapitre 7-6).

Blaine le Monorail voyage d’OUEST en EST. Dans THE WASTE LANDS(I-II-22), Jake lit le livre de « Charlie le Tchou-Tchou » dont le trajet part de Saint-Louis vers Topeka… Un voyage d’EST en OUEST !!! Doit-on supposer que Lud et Saint-Louis sont en fait une seule et même ville mais à des périodes différentes et dans un monde où le Temps et la Géographie ne sont plus cohérents ?

Une erreur de traduction s’est glissée au chapitre II-V-27 de la première diffusion française. Blaine voyage vers le sud-est et non pas vers le nord-est ! Pour rester dans les erreurs de traduction, dans ce même chapitre, remarquons, à la page 468 (édition J’Ai Lu), il faut lire : « s’il m’adresse la parole, pensa Eddie (…) » et non pas « (…), pensa Blaine (…) ». (Notons au passage que la plupart des erreurs de traductions ont été corrigées par Yves Sarda, lors de la publication de la série aux éditions 84. Nous ne pouvons que l’en remercier).

Au chapitre II-I-15 du même roman, il est dit que Charlie le Tchou-Tchou voyage au travers des « Terres vides séparant Saint-Louis de Topeka ».

Il n’en est cependant rien… Puisque Lud ressemble étrangement à New York City… Dans THE WASTE LANDS, Eddie, Susannah et Jake semblent reconnaître le pont George Washington… Dans WOLVES OF THE CALLA (Part I – VI – 8), King écrit que Roland pense que New York est en fait, d’une façon étrange, New York, dans une autre époque.

Et cela nous amène à une étrange découverte… Dans THE GUNSLINGER, Jake meurt à New York et arrive directement au Relais, dans le désert de Mohaine. On découvre dans WOLVES OF THE CALLA que le Père Callahan arrive dans le monde de la Tour Sombre de la même façon… Ensuite, dans THE DRAWING OF THE THREE, les trois portes sur la plage mènent à New York… Le Portail de l’Ours n’est autre que Brooklyn, à New York… La ville de Lud, elle aussi, est New York… Blaine, le monorail connaît New York… Dans WOLVES OF THE CALLA, le groupe de Roland voyage « Todash » vers New York…

Dans WOLVES OF THE CALLA, alors qu’ils sont dans le terrain vague, à l’angle de la seconde avenue et de la 46ème rue, Eddie regarde dans le coeur de la Rose Cosmique et il y voit la Tour Sombre… Roland ne sait pas si la Rose est une porte vers la Tour ou simplement la Tour elle même…

Mais si la Rose est bien la Tour, alors, le fait qu’elle se situe dans un terrain vague de New York justifierait le fait que chaque lieu du monde de Roland soit lui aussi, en quelques sortes, une extension de New York…

 

 


 

 

Réflexion 3 : Le Breuvage Cosmique

Notons qu’au chapitre II-VI-7 de THE WASTE LANDS, alors que le Ka-Tet de Roland voyage dans les « Terres Dévastées » vers la Tour Sombre, Susannah Dean a une pensée très intéressante : « C’est ce que virent Frodon et Sam quand ils atteignirent le cœur de Mordor. Ce sont les fissures du jugement dernier ». Une autre pierre dans l’édifice King – Lovecraft – Tolkien (voir le chapitre III de notre étude). Une autre façon de voyager (mais cette fois ci, entre les mondes) est le breuvage cosmique. Dans l’univers de Lovecraft, il permet aux individus de supporter le vide et les vicissitudes de l’espace en les plongeant dans un état physique et mental qui les rend pratiquement insensibles à leur environnement. Le personnage qui absorbe le breuvage cosmique peut alors voyager au travers des dimensions sans le moindre dommage. Dans THE TALISMAN (chapitre 4-3), Jack Sawyer emploie un breuvage similaire qui lui permet de voyager entre les Territoires et notre plan.

 

 


 

 

Revenons à notre Monorail. Lors de son voyage entre Lud et Topeka, Blaine traverse ce que Roland appelle une tramée. Ces tramées s’avèrent être en fait des portes menant vers d’autres dimensions, vers d’autres mondes et d’autres époques. Ainsi, Blaine finit par arriver à Topeka, mais il s’agit d’un autre Topeka que celui du monde de Roland ou que celui du monde d’Eddie, Susannah et Jake (mais viennent-ils pour en finir tous les trois du même monde ?) (WIZARD AND GLASS I-4-1/2). Roland déclare d’ailleurs (alors que les membres de son Ka-Tet découvrent les panneaux « Topeka-Interstate 70 » et « Kansas Turnpike » (WIZARD AND GLASS I-4-1)), qu’ils se trouvent « tout près de la fin de l’Entre-Deux-Monde et tout près du commencement du Monde Ultime«  (WIZARD AND GLASS I-4-2). Puis il ajoute : « la première grande étape de notre quête est terminée ».

Le Pistoléro parle ensuite des tramées. Il déclare qu’une tramée est « un endroit où l’étoffe de l’existence est usée jusqu’à la trame » et que les tramées « se multiplient puisque la force de la Tour Sombre est déclinante » (WIZARD AND GLASS I-4-2). Il continue ensuite en précisant, tout comme Jake l’avait dit dans le passé, qu’« il existe plusieurs mondes possibles et une infinité de portes qui y mènent. Nous sommes dans l’un de ces mondes ; la tramée qu’on entend est l’une de ces portes… seulement plus grande que celles qu’on a trouvées sur la plage (…). Dans tous les cas, les tramées ne sont pas naturelles – ce sont des écorchures sur la peau de l’existence, et qui ne doivent la leur qu’au fait que les choses vont de travers. Et ce, dans tous les mondes » (WIZARD AND GLASS I-4-5). Ce à quoi, Eddie ajoute « parce que les choses vont de travers à la Tour Sombre ».

Le Topeka que le Ka-Tet de Roland découvre se situe en automne 1986 et a subi les ravages du Grand Voyage (la super grippe du roman The Stand). Ce monde agonisant n’est cependant pas celui des membres du Ka-Tet (trop des détails montrent la différence entre leurs mondes), mais Roland précise à ses compagnons que « même si cet endroit – ce quand, ce où – n’est pas le ka de ton monde à présent, il pourrait le devenir. Ce fléau – ou d’autres encore pires –pourraient s’étendre. Tout comme les tramées continueront à s’étendre, en nombre et en taille croissants ». (WIZARD AND GLASS I-4-5).

Le chemin du Rayon n’existe plus dans ce Topeka. Il leur faut alors le retrouver. Roland déclare que la Tour Sombre « n’est peut-être pas accessible depuis tous les mondes ». (WIZARD AND GLASS I-4-5). Le Ka-Tet, dans ce monde, prend alors l’Autoroute 70 vers l’EST (WIZARD AND GLASS I-5-6)… ce qui peut paraître assez illogique… En effet, dans le monde de Roland, le Ka-Tet est parti de la Mer Occidentale vers l’EST jusqu’au Portail de l’Ours puis vers le SUD-EST en allant de Lud à Topeka. Ce même trajet, dans notre monde, semble être équivalent à un voyage partant de New York City (là où Roland rencontre les membres de son Ka-Tet) puis allant à Topeka en passant par Saint Louis (Lud dans le monde de Roland)… Ce déplacement, dans notre monde est en direction de l’OUEST. Arrivés dans ce monde parallèle et très proche du notre, Roland et ses compagnons devraientt alors continuer le même chemin qui les a fait voyager de New York City à Topeka, à savoir, vers l’OUEST et non pas vers l’EST… Cependant, cette petite incohérence pourrait s’expliquer d’une façon : le monde de Topeka, où le Ka-Tet atterrit, est un monde à mi-chemin entre celui de Roland et le nôtre… Une pirouette assez maladroite mais qui semble être l’unique justification de ce paradoxe. A moins que King ne justifie cela en précisant qu’ils reviennent un peu sur leurs pas pour repasser au travers de la tramée…

Il faudra attendre la publication du prochain volume de la série The Dark Tower pour connaître la suite du trajet du Ka-Tet. Les seules informations que Stephen King a laissé transparaître pour la suite des événements est que le petit groupe de Roland devra passer par un lieu répondant au nom de Tonnefoudre (Thunderclap dans la version originale), situé aux limites du Monde UltimeTonnefoudre sera la dernière étape avant de rejoindre la Tour Sombre… King a aussi précisé, comme nous l’avons mentionné au Chapitre II, que la Tour Sombre et la Rose ne pourraient faire qu’un. Si c’est réellement le cas, cela nous pose alors un problème… King déclare, dans la postface de WIZARD AND GLASS que le dernier volume de THE DARK TOWER devrait se situer « presque entièrement dans notre monde à nous – celui en rapport avec le terrain vague au coin de la Seconde Avenue et de la 46è Rue »… Là où pousse la Rose… La Rose est à New York City dans notre monde… La Tour Sombre devrait alors se situer sur un plan parallèle dans le monde de Roland. New York est la ville d’où viennent Jake, Eddie et Susannah… Si les tramées ouvrant sur cette partie de notre monde se trouvaient du côté de la Mer Occidentale, alors, pourquoi la Tour Sombre ne se trouve pas en ce lieu puisque son équivalent (la Rose) y est accessible par cet endroit ?

Nous pourrions cependant expliquer ces incohérences de diverses façons. Tout d’abord, Roland explique que pour atteindre la Tour, il faut suivre le chemin du Rayon. On peut alors supposer que ce chemin n’est pas forcément la voie la plus rapide entre deux points mais le seul accès à la Tour Sombre. Même si Jake a pu voir la Rose, si cette dernière contient d’autres dimensions (tout comme il est dit au tout dernier chapitre de THE GUNSLINGER, le monde de Roland n’est il pas qu’« un seul élément d’un seul atome » d’un « brin d’herbe ». « Tout ce que nous percevons, de l’infinitésimal virus à la lointaine nébuleuse d’Orion, est contenu dans une seul brin d’herbe… un brin qui n’a peut-être eu d’existence que l’espace d’un jour ou deux dans un flux temporel différent du nôtre »). Il faut alors probablement parcourir tout un chemin pour passer de notre monde au monde de Roland… De plus, tout n’est il pas cyclique ? Selon de nombreux astrophysiciens, l’Univers est courbe. On parle aussi de Cosmologie Cyclique. Un théorie déclare d’ailleurs que si l’on regarde devant soit, dans le lointain espace, on aperçoit son propre dos… En résumé, le voyage de Roland à l’échelle de ce brin d’herbe ne serait il pas lui aussi cyclique ? Le point de départ et le point d’arrivée ne ferait il qu’un ? Finalement, dans WIZARD AND GLASS, King insère de nombreuses références aux célèbres Wizard of Oz (Le Magicien d’Oz) où la jeune Dorothy, après une longue quête initiatique finit par découvrir que tout ce qu’elle cherchait se situait en fait dans son propre jardin… chez elle… à son point de départ…

 

 


 

 

C) Voyager « Todash »

Pour passer d’un monde à l’autre, dans les premiers volumes de la série THE DARK TOWER, nous découvrons qu’il existe des « Portes » qui ouvrent un passage entre les diverses réalités ou époques et les innombrables dimensions. Mais ces « Portes » ne sont pas l’unique façon de voyager d’un monde à l’autre. Nous avons vu précédemment que Jack Sawyer, dans THE TALISMAN, utilise une boisson que nous pourrions appeler le breuvage cosmique, pour se déplacer dans les autres réalités ou dimensions.

WIZARD AND GLASS nous fait découvrir un autre type de voyage… Le Ka-Tet de Roland voyage au travers d’un des globes, le Cristal Rose aussi nommé le Pomelo, de l’Arc-En-Ciel du Magicien. Ils peuvent ainsi être témoins d’événements passés dans des lieux différents, sans être réellement présents dans les lieux.

Dans WOLVES OF THE CALLA, la proximité du Cristal noir « Black 13 » permet à Roland et ses compagnons de voyager « Todash » pendant leur sommeil. Il quitte alors le monde où ils se trouvent, mais pas complètement. A la place de leur corps se trouve un halo de lumière. Ils se retrouvent ailleurs, dans un autre monde à une autre époque. Ils ne sont cependant pas complètement présents dans cet autre monde. Ils sont en quelques sortes, à cheval entre deux mondes. Ils sont invisibles et immatériels dans le monde d’arrivée. Les gens autour d’eux semblent cependant sentir leur présence même s’ils ne peuvent pas les voir ni les toucher. Voyager « Todash » n’est cependant pas si simple et il ne faut pas se perdre en chemin. Chaque voyage est accompagné de tintements de cloches appelées Kammens. Ces cloches sont à la fois d’une pureté et d’une harmonie parfaite. Elles sont cependant particulièrement désagréables à entendre et difficilement supportables.*

Michael Noonan, romancier et personnage principale du roman BAG OF BONES semble être capable, lui aussi de voyager « Todash ».

Dans WOLVES OF THE CALLA, Roland précise que le Cristal noir peut permettre de voyager « Todash » de façon complète, sans être à cheval entre deux mondes. On découvre aussi que certaines personnes appelées les Vieux Sages Ermites (Les « Mannies » dans la version originale) sont capables de voyager « Todash » grâce à la magie.

 

 


 

 

D) Le Monde a bougé…

Comme nous l’avons vu précédemment, les repères géographiques sur le plan de la Tour Sombre posent quelques problèmes. S’agit-il d’erreurs involontaires de la part de Stephen King ou existe t-il une explication cohérente ?

Une « erreur » importante s’est glissée dans THE DRAWING OF THE THREE. Roland est, d’après ce que King nous dit, sur les rivages de la Mer Occidentale, et se déplace vers le NORD. Mais cela ne correspond pas aux descriptions des ombres et des mouvements du soleil données dans The Prisoner I-3/4 ainsi que dans Reshuffle 8… D’après les indices donnés par King dans ces chapitres, Roland se trouve soit sur le rivage d’une Mer Orientale, soit se déplace vers le SUD.

Essayons de trouver une explication logique à cette « erreur » :

Première Explication : Comme nous l’avons vu précédemment, la Tour Sombre est malade. Plusieurs fois, Roland précise que son monde s’élargit et que les distances entre les lieux deviennent plus grandes. Le temps, lui aussi, semble être déréglé et ne peut plus servir de référence. Les heures sur la montre Seiko de Jake défilent à rebours. Nous pouvons alors supposer que la montre de Jake symbolise les déplacements du soleil dans le monde de Roland… Ce soleil se déplacerait alors de façon contraire à celui de notre monde et à des vitesses variables. Parfois, tout semblerait donc « normal », d’autres fois non. Cette explication pourrait paraître la bonne si elle n’entraînait pas une autre question… Pourquoi ces différences de repères ne choquent pas Jake, Susannah et Eddie, issus tout droit de notre monde. Lorsque Roland leur dit aller vers le NORD, aucun d’entre eux ne remarque rien d’étrange.

 

Deuxième Explication : Lorsque Roland déclare se déplacer vers le NORD, il est sous l’emprise de la maladie, après sa rencontre avec les homarstruosités. Il est alors possible qu’il se dirige en fait vers le SUD mais n’en est pas conscient… Cependant, cette explication n’est apparemment pas appropriée car, un peu plus loin (Shuffle – neuvième partie), alors que Roland parle à Eddie, il fait face au NORD, cachant le côté droit de son visage, le protégeant ainsi du soleil couchant… Normalement, il aurait dû s’agir du côté gauche de son visage. Toujours dans ce chapitre, alors qu’Eddie et Roland atteignent la porte portant l’inscription « The Lady of Shadows », il est dit que la porte projetait « son ombre oblique vers la mer », ce qui est cette fois ci correcte !… Ce qui nous mène à prendre en compte une troisième explication…

 

Troisième Explication : Stephen King habite sur la côte EST des États-Unis et donc près d’un océan Oriental, et malgré ses efforts, a mélangé les repères d’un habitant de la côte OUEST avec ceux d’un habitant de la côte Est… L’erreur est humaine, non ?

L’introduction de mondes et de réalités parallèles pourrait être une habille pirouette de la part de Stephen King pour corriger un bon nombre d’erreurs de continuité dans son œuvre. Ainsi, on ne se pose plus la question de savoir comment INSOMNIA peut avoir lieu en 1998 après que le fléau a ravagé la planète quelques années plus tôt dans THE STAND. Et cela, même si les deux ouvrages sont directement liés. WOLVES OF THE CALLA vient renforcer cette volonté de corriger les erreurs en insistant sur le fait que les repères des points cardinaux, sur une boussole, ne peuvent plus être pris en compte… Ainsi, les erreurs de THE DRAWING OF THE THREE ne sont plus vraiment des erreurs…

(suite – cliquez ICI)

 

 


 

 

Retour à l’Index de L’Univers Selon Stephen King





PARTAGER L'ARTICLE




COMMENTER avec FACEBOOK :






Partenaires pour vos achats

Dernières actus Stephen King

Newsletter

 

Recevez l’actualité de Stephen King par email

 

 

Notre livre

Calendrier des sorties

  1. The Outsider (roman, version originale)

    22 mai
  2. La Part des Ténèbres (réédition Le Livre de Poche)

    23 mai
  3. Sleeping Beauties, livre audio, Audiolib

    6 juin
  4. La Tour Sombre 4, livre audio, Audible

    27 juin
  5. Anatomie de l’horreur, réédition, Albin Michel

    29 août

Publicité

Publicité

Autres contenus : Uncategorized