Nous suivre sur les réseaux sociaux
Films

Simetierre (2019) : un film oppressant et très respectueux du livre de Stephen King

Le film « Simetierre » sort aujourd’hui aux Etats-Unis, et la semaine prochaine en France. Le Club Stephen King a pu le voir en avant-première sur Paris, et nous souhaitions vous partager notre avis. Alors que vaut-il?

En court : il s’agit d’un film oppressant et très respectueux du livre de Stephen King, incontestablement mis en scène par des fans ! 

 

Simetierre Avis Clubstephenking

 

Difficile de passer à côté de la promotion du nouveau film « Simetierre ». Tant dans les rues de Paris que sur internet : le film est partout. Mais que vaut ce nouveau film? Faut-il aller le voir?

 

Un belle photographie… riche… et sombre

La photographie de ce nouveau film démontre indéniablement que cette version est plus moderne.
L’image de ce nouveau film est tour à tour très verdoyante et naturelle, ou au contraire très sombre et sinitre.
Il n’est donc pas question ici d’avoir un certain « grain » comme dans le film de 1989, car l’image est très nette et moderne.

Nous émettons Quelques réserves néanmoins sur la partie du cimetière Micmac où l’image est clairement faite en effets spéciaux, peut-être trop?
Il parait absolument évident que les budget des films de 1989 et de 2019 ne sont pas les mêmes : le premier fut produit sur environ 11 millions, on peut deviner que le nouveau l’est sur au moins le double.

 

Une musique angoissante à souhaits

L’accompagnement musical du film est parfait : angoissant et stressant.
Ce ne sont pas les sonorités très perturbante du film « 1922 » de Netflix, mais ce n’était pas nécessaire. L’ambiance musicale retranscrit formidablement le ton des scènes et les émotions qui en ressortent. 

 

Une réinterprétation moderne et respectueuse du livre de Stephen King… préparée par des fans !

Si vous avez vu les bandes annonces, vous avez découvert que le film n’est pas parfaitement fidèle au livre de Stephen King :
(spoiler, surlignez ce qui suit si vous n’avez pas vu les bandes annonces) : ce n’est pas Gage qui meure, mais sa grande soeur Ellie. Les réalisateurs n’hésitent pas à déclarer dans les interviews qu’ils souhaitaient garder le mystère pour garder ce retournement en surprise dans le film… mais c’était une gageure de l’équipe marketing. Et au final, c’est peut-être mieux? Car cela évite de découvrir cela lors du film et de s’interroger durant la fin du film. Puisque nous pouvons accepter cette décision avant de voir le film. De plus, c’est en quelque sorte un hommage au film « Simetierre » de 1989, puisque dans la bande annonce originale du film, Gage revenant des morts était montré! (fin du spoiler).

Et pourtant, il ressort indéniablement de ce film que celui-ci est très fidèle et que les réalisateurs sont de véritables fans.
Pourquoi est-ce que nous vous disons cela, malgré ce changement majeur?

Et bien tout simplement parce que le film a beau ignorer ou retravailler à sa sauce certains éléments du livre… et pourtant cette nouvelle interprétation du livre de Stephen King réintègre certains éléments qui étaient ignorés du film de 1989. Et le film fourmille de petits détails qui sont très fidèles au livre : que ce soit des références au chien de Jud, les noms sur les pierres tombales qui sont des reprises de ceux du livre, dont le nom du chat de Naomi, l’intégration de coupures de journaux mentionnant le taureau qui fut enterré ou encore Timmy Batterman, mais aussi et surtout l’intégration du Wendigo qui devient une part majeure de ce film.

Et d’un autre côté, le film change également beaucoup de choses : la découverte du Cimetière ; Norma, la femme de Jud est décédée depuis quelques temps déjà ; la relation entre Jud et Louis est fortement réduite, idem concernant le conflit et le mépris du père de Rachel concernant son beau-fils…

Mais tout cela part d’un parti pris de la part des réalisateurs : l’envie de ne pas juste faire un remake du film de 1989. Et soyons honnête : si ils n’avaient fait qu’un remake (comme ce fut le cas avec le film « Carrie »  incarné par Chloe Moretz), les fans n’auraient pas été contents.
Ils ont donc au contraire essayé de se réapproprier l’histoire de Stephen King, en conservant les thèmes majeurs et sous-jacent, pour en faire une histoire différenciante et permettant de surprendre tant les lecteurs que ceux qui auraient vu le premier film.
Peut-on réellement leur reprocher cela?

D’ailleurs, tant que l’on parle du livre, n’oubliez pas que les éditions du Livre de Poche ont sorti une réédition du livre « Simetierre » utilisant le poster du film comme couverture !

Et les réalisateurs Dennis Widmyer et Kevin Kolsch étant indéniablement des fans, ils se sont permis d’intégrer, subrepticement, une multitude d’easter eggs (clins d’oeils / références) à l’univers de Stephen King.  Et ce n’est pas uniquement nous qui ne le pensons et qui voyons des easter eggs partout. Les réalisateurs l’ont déclaré à maintes reprises. Ils ont par exemple déclaré lors d’une inteview avec Bloody Disgusting, qu’ils en ont caché certains qui ne sont perceptibles qu’en regardant images par images, et qu’il n’est pas impossible qu’ils en aient eux-mêmes oubliés certains. Ils apprécient les films qui se dévoilent en les regardant à plusieurs reprises. 

Parmi ceux que nous avons remarqué ( ordre alphabétique) : 

– Carrie :

    – toujours lorsque Creed « rêve », il commence à grimper la barrière… et se fait attraper la jambe par une main. Cela ne vous évoque t’il pas une scène du film « Carrie au bal du diable »? 

– Ça :
    – de mémoire, lorsque Rachel Creed revient à Ludlow, on aperçoit un panneau de Derry… la ville de où le Club des Ratés fait face à Grippe-sou dans Ça !
    – c’est peut-être une mauvaise idée de notre part, mais lors du film nous n’avions pu nous empêcher de penser que le rire de Pennywise était mélangé au bruits de Church !
    – est-ce que les mouvements d’Ellie ne vous ont pas fait penser, à plusieurs reprises, à ceux de Pennywise dans le nouveau film? Lorsqu’elle se contorsionne ou se déplace en « araignée »?

– Cujo :
    – selon un des réalisateurs, durant la scène d’anniversaire, il n’est pas impossible que Jud parle de quelque chose en référence à Cujo hors écran…

– La petite fille qui aimait Tom Gordon
   – Comment ne pas penser au livre de Stephen King lorsqu’Ellie se déplace, seule, dans les bois où se trouve le Wendigo?

– La Tour Sombre :
    – lorsque Louis Creed est transporté dehors, il passe via une porte. La scène est similaire dans le livre (mais nous vous avouons ne plus nous rappeler si il est aussi question d’une porte), mais difficile de ne pas penser à « La Tour Sombre » ! 

– Shining : dans l’interview avec Cinema Teaser, les réalisateurs ont déclaré que « Le livre Shining a pas mal de points communs avec Simetierre. Donc les films se recoupent visuellement »
    – la scène d’introduction, qui parait étonnante au premier abord car joue avec une structure narrative particulière, est incontestablement une référence au film de Stanley Kubrick.
    – dans une scène du film, on voit Gage répétant le nom de Victor Pascow : comment ne pas penser à Danny répétant Redrum?
    – lorsqu’Ellie pourchasse Rachel et Gage dans le grenier et qu’ils se réfugient dans une pièce. Elle possède un couteau, et bien qu’elle ne l’utilise pas contre la porte, nous ne pouvions nous empêcher de penser à l’attaque de la porte du film « Shining »

– Simetierre : le film
    – Cela va de soit, mais le duo de réalisateur a lancé quelques clins d’oeil au film de Mary Lambert. Parmi ceux que nous avons remarqué : Jud Crandall qui s’attend indéniablement à un coup dessous le lit !

    – Les Ramones. Par exemple la chanson « Sheena is a punk rocker » des Ramones. Une référence au livre de King, qui les cites, mais également du premier film puisque la chanson est celle que le camionneur écoute lors de l’incident… Et bien entendu la chanson titre du premier film, « Pet Sematary » des Ramones… qui est jouée à la fois dans le générique du film de 1989 et qui est interprétée en reprise dans la version de 2019 ! Cette fois, c’est Starcrawler qui reprend le classique des Ramones.
   

 

N’hésitez pas à nous donner votre avis : est-ce que notre imagination nous a fait des tours? Avez-vous remarquez plus de références à Stephen King?

 

 

Des acteurs qui arrivent à nous convaincre

L’émotion est omni-présente, et sous une véritable palette de formes : de la joie à l’angoisse, en passant par la tristesse et des rires nerveux, avant de partir sur des frissons, quelques sursauts…. et une touche très subtile d’humour. 

Les thématiques du livre de Stephen King sont donc véritablement présentes malgré les changements : la question de la vie après la mort, précédent le sujet de la deuil d’un enfant, et ce que chacun est prêt à faire pour accepter (ou non) cette épreuve et ce traumatisme.

L’acteur qui transpose probablement le plus d’émotions est Jason Clarke, Louis Creed, et bien que nous n’ayons pas été particulièrement ébahi par ses autres rôles, il a joué plutôt bien ces émotions. Bien entendu, la personne qui nous a le plus épaté dans ce film est l’actrice Jeté Laurence, incarnant Ellie. 

 

Mais le film n’est pas pour autant dénué de défauts

Notre plus gros regret, est qu’il est trop rapide. Nous n’avons pas vu le temps passer durant sa diffusion, mais l’ensemble de l’histoire nous a semblé trop rapide.
Tout semble s’enchainer un brin trop vite, ce qui peut parfois aller à l’encontre du jeu des acteurs et des émotions qu’ils sont censés retranscrire.
En ajoutant une vingtaine de minutes de plus, les réalisateurs auraient pu jouer davantage sur des éléments tels que le mépris et le conflit de Louis avec son beau-père, un élément important du livre ; des relations entre Louis et sa fille Ellie ; entre Ellie et Jud ; mais également Louis et Jud, dont les relations sont bien plus importantes dans le livre.

 

Est-ce que ce nouveau film aura un impact aussi important que le film de Mary Lambert?

En toute honnêteté, on ne pense pas. Parce que le film est beaucoup plus moderne, tant dans son esthétique que dans le traitement de l’horreur, et cela se ressent également dans la liberté artistique qui découle d’un budget plus conséquent. Et qu’entre 1989 et 2019, le cinéma de genre a beaucoup évolué et qu’il faut beaucoup plus de nos jours pour « choquer » ou « marquer » les esprits que par le passé.

Mais au final, ce n’est pas grave puisque « Simetierre » (version 2019) aborde des thèmes universels autour de la famille, de la mort…. et puis…. après ce film vous ne regarderez plus votre chat de la même façon !

 

Verdict final :
Un film oppressant et angoissant. Une version moderne et relativement fidèle du livre de Stephen King.
N’allez pas le voir en attendant une adaptation pure et dure du livre de Stephen King, puisqu’elle l’est dans une certaine mesure, sur le sujet des thèmes et de nombreux détails, mais parce qu’elle contient également changement majeur qui change bien entendu la dynamique de l’histoire.
A l’inverse, laissez-vous porté par cette réinterprétation… et faites-vous votre propre avis par la suite.

 

 

Le nouveau film « Simetierre » arrive le 10 avril dans les cinémas français, et nous, on peut vous garantir que nous allons retourner le voir!
Et puis… vivement la sortie en DVD et Bluray, puisque les réalisateurs ont déclaré avoir tourné une fin alternative qui sera proposé sur ces supports !

 

 

Simetierre Pet Sematary Affiche Poster Francais

 

La bande annonce en VOST (et lien vers la version française)

 





PARTAGER L'ARTICLE
AJOUTER UN COMMENTAIRE : cliquez ici

Partenaires pour vos achats

Publicité

Dernières actus Stephen King

Suivez-nous sur les réseaux !

Newsletter

 

Recevez l’actualité de Stephen King par email

 

Notre livre (nouvelle version!)

Calendrier

  1. Simetierre (1989) : réédition bluray

    24 avril
  2. Cujo, édition collector du film

    29 avril
  3. NOSFERA2, la série inspirée du livre de Joe Hill

    2 juin
  4. Castle Rock, en DVD et Bluray

    5 juin
  5. « Shining », en livre audio

    3 juillet

Publicité

Autres contenus : Films