Nous suivre sur les réseaux sociaux
Livres

NOTRE AVIS sur “Fairy Tale”, le dernier livre de Stephen King en anglais

“Fairy Tale”, le tout nouveau et dernier roman de Stephen King est maintenant disponible, étant sortit le 6 septembre en version originale

On vous propose de découvrir notre avis, promis sans spoiler :  

 

 

J5fszju7

 

 

“Fairy Tale”, le tout nouveau roman de Stephen King est sortit début septembre en version originale. Le 6 septembre 2022 pour être exact.
 

 

Avant de vous en parler davantage, on vous propose de découvrir les couvertures.
Ci-après les versions américaines et britanniques… sachant qu’il existe plusieurs variantes britanniques des couvertures du roman “Fairy Tale” de Stephen King.

 

 

Ci-dessous les couvertures britannique, américaine et française.

 

King Rd2 Jaya Final Clean

Fairy Tale Stephenking Uk Cover Hodder

 

 

Si vous souhaitez commander “Fairy Tale” de Stephen King :
Acheter sur amazonAcheter sur fnac

 

 

De quoi parle “Fairy Tale”, le nouveau livre de Stephen King?

 

Commençons tout d’abord par la présentation de l’éditeur : 

 

Le légendaire conteur Stephen King descend plus profondément dans le puits de son imagination avec ce roman envoutant au sujet d’un garçon de 17 ans qui hérite des clés d’un monde parallèle où le bien et le mal sont en guerre, et dont les enjeux ne pourraient être plus grands… pour leurs monde comme le notre.

 

Charlie Reade ressemble à un adolescent typique, bon au baseball et au football, et un étudiant décent. Mais il porte un lourd fardeau. Sa mère a été tuée dans un accident virant en délit de fuite quand il n’avait que 10 ans, et le deuil a conduit son père dans l’alcoolisme. Charlie a appris à devenir s’occuper de lui-même et de son père. Puis, quand Charlie a eu 17 ans, il rencontre Howard Bowditch, un solitaire avec un gros chien qui habite dans la maison au sommet d’une grande colline. Dans la cour se trouve un cabanon fermé à clé dont proviennent d’étrange sons, comme si une créature essaye d’en échapper. Quand Mr Bowditch décède, il laisse la maison à Charlie, ainsi qu’un gros lot d’or, une cassette racontant une histoire impossible à croire et une responsabilité bien trop grande pour les épaules d’un garçon.

Parce que dans ce cabanon se trouve un portail vers un autre monde, un monde dont les habitants sont en danger et dont les monstrueux dirigeants vont peut-être détruire leur monde et le notre. Dans cet univers parallèle, où deux lunes voguent à travers le ciel, et les grandes tours de palaces tentaculaires transpercent les nuages, se trouvent des princes et princesses exilés qui souffrent d’horribles punitions ; il y a des dongeons ; il y a des jeux dans lesquelles des hommes et femmes doivent se battrent à mort pour l’amusement de “l’élu juste”. Et un cadran solaire magique qui permet de revenir dans le passé.

 

Une histoire aussi ancienne qu’un mythe, et aussi surprenante et iconique que le reste de l’oeuvre de Stephen King, “Fairy Tale” traite d’un type ordinaire forcé de devenir un héro par les circonstances, ce livre est aussi spectaculairement à suspense que plaisant.

 

 

Si vous souhaitez commander “Fairy Tale” de Stephen King :
Acheter sur amazonAcheter sur fnac

 

 

 

 

Que vaut le livre “Fairy Tale” de Stephen King?

 

Au premier abord, “Fairy Tale” reprend des éléments déjà présents dans l’oeuvre de Stephen King.
On pense notamment à l’adolescent qui devient ami d’une personne âgée et l’aide dans ses tâches (réminiscence de la nouvelle “Le téléphone de Mr Harrigan” – de “Si ça saigne“, notamment). Mais également au thème de l’alcoolisme qui empreigne ce roman.

En effet, on apprend très rapidement dans ce livre de Stephen King que Charlie se retrouve seul avec son père suite au décès (accident tragique) de sa mère. Celle-ci ayant été écrasée par un camion lorsqu’elle traversait un vieux pont qui n’avait pas d’espace pour les piétons. Un horrible accident, qui va faire sombrer son père dans l’alcoolisme, lui faisant perdre son emploi.

 

L’alcoolisme empreigne donc ce roman, et on ressent le passé sombre de King dans ces pages.
D’autant que l’alcool n’est pas la seule dépendance qui est décrite dans ce roman. S’il y a bien entendu des informations sur les promesses jamais tenues d’arrêter de boire, de se saouler au point de tomber de fatigue et les alcooliques anonymes, on y retrouve aussi la dépendance aux antidouleurs (les oxys) que ressent Bowditch suite à son accident… faisant écho à sa propre expérience suite à sa dépendance aux mêmes anti-douleurs suite à l’accident qui manqua de lui ôter la vie.

 

Car toute la promesse de l’histoire découle d’une rencontre : Charlie Reade, à vélo, entend Radar (le chien, un berger allemand) japper tandis qu’une personne âgée est tombée d’une échelle.
Charlie appelle les secours, et Mr Bowditch fera un petit séjour à l’hopital.
Pendant ce temps, Charlie va prendre soin de Radar, qui a besoin d’être nourri… et Mr Bowditch lui propose à la sortie de l’hopital de le payer pour l’aider à prendre soin de lui et pour réaliser quelques travaux dans la maison pour la maintenir.

 

Charlie allait de toute façon continuer à prendre soin de Radar et de son ami Bowditch, mais accepte la proposition qui lui permettra de mettre de l’argent de côté pour ses études.
C’est un petit spoiler se trouvant malgré tout dans la présentation officielle du roman, mais Mr Bowditch finira par décéder… et lui lèguera tout ce qu’il possède : ses économies, la maison et le gros lot d’or qui se cache dans un coffre… mais la maison a aussi son lot de secrets… comme ce qui se cache dans le cabanon dont on entend parfois d’étranges bruits… et dans lequel Mr Bowditch est une fois entré armé d’un pistolet de cowboy.

 

C’est là encore mentionné dans la présentation officielle du roman, mais dans ce cabanon se trouve un passage dans un autre monde… ce qui va transposer le roman dans une autre dimension, celle qui va transposer le conte moderne en un conte de fée… avec tout ce que cela implique.

 

 

“Fairy Tale” (littéralement “Conte de fée”) est donc ça : si la première moitié est indéniablement une histoire touchante au sujet d’un adolescent faisant la rencontre d’une personne âgée et de son chien, finissant par créer des liens touchant avec ces deux personnages, le roman entre dans une autre dimension… fantastique, fantasy… un conte de fée.

 

Comme souvent avec les livres de Stephen King, une fois lancé dans l’histoire on a du mal à s’arrêter : on veut tourner les pages pour découvrir ce que le romancier nous prépare. 
Dans quelles embrouilles il a lancé les personnages… et on espère que Stephen King n’est pas complètement un sadique et ne va pas tuer Radar!
On sait que Stephen King est un amoureux des animaux, lui qui partage souvent des photos de Molly son attendrissant corgi qu’il surnomme “la chose du mal”, mais est-ce qu’il va mettre à mal le berger allemand? On ne vous donnera pas la réponse!

 

Quand Charlie arrive dans l’autre monde, le roman se lance donc dans une autre dimension.
On se retrouve dans un monde fantastique, dont on ressent les différentes inspirations : par ici il s’agit du Magicien d’Oz, par là il s’agit des contes de Grimm, par ailleurs on retrouve les influences de Robert E. Howard, d’Edgar Rice Burroughs et d’HP Lovecraft à qui il dédie le roman…

Charlie rencontre des personnages hauts en couleurs, traumatisés et handicapés par ce monde grisant.
Si certains de ces personnages sont gentils, généreux et contents de le rencontrer, tous ne sont pas de cet ordre… car il y a d’horribles loups, des créatures nocturnes et tueuses, des gardes squelettes… malgré les avertissements de Mr Bowditch, Charlie n’avait pas pris la pleine envergure de ce dans quoi il s’est lancé en décidant d’entrer dans ce monde… même s’il le fait pour une bonne raison.

 

 

22
19
20
24

 

 

Que dire de plus sur “Fairy Tale”?

 

 

– La longueur : En version originale, le roman fait environ 500 pages. Le vocabulaire et les voix que le romancier donne à certains des personnages (et étranges créatures) peuvent sembler un peu difficile à appréhender si vous débutez la lecture en anglais. Ce n’est donc sans doute pas le roman de Stephen King le plus facile si vous êtes dans ce cas.
– L’inspiration : Stephen King a évoqué par le passé qu’il a eu l’idée de ce roman après avoir eu la vision d’une ville “déserte mais vivante”. Avec des rues vides, des immeubles hantés, une tête de gargoyle sur le sol… et un énorme palace tentaculaire avec des tours de verre tellement hautes qu’elles perçaient les nuages.”
– Dédicaces : Stephen King le dédie à trois auteurs de fantastique : Robert E. Howard, d’Edgar Rice Burroughs et HP Lovecraft, ce qui donne une idée des tons et univers dans lequel il va faire avancer l’histoire.
– Les liens avec ses histoires : on retrouve bien entendu quelques clins d’oeil envers son propre univers (voir notre dossier dédié), mais si certains éléments vont évoquer “La Tour Sombre“, le roman ne s’intègre pas véritablement dans cette saga.
– Chaque chapitre a une double spécificité : 
      o Ils ont tous une illustration en ouverture : les chapitres pairs sont illustrés par Gabriel Rodriguez (dessinateur des BDs “Locke and Key” avec Joe Hill), tandis que les chapitres impairs le sont par Nicolas Delort, un artiste français : vous les trouverez en bas de cette page.
      o Chaque chapitre possède un titre de deux ou trois lignes décrivant en quelques mots ce qu’il se passe dans le chapitre… ce que je trouve personnellement étrange, et inutile… gênant même.

 

“Fairy Tale” est donc à la croisée du “Téléphone de Mr Harrigan”, du “Talisman” et des “Yeux du Dragon”.

Si vous vous attendez à un roman d’horreur, vous serez sans doute un peu décu. Car ce n’est pas trop le ton du roman, bien qu’il y ait des notions d’horreur. 
D’ailleurs, Stephen King s’amuse à taquiner RL Stine : faisant dire à Charlie qu’après avoir lu HP Lovecraft avec une amie il a lu un roman de RL Stine… et qu’il l’avait trouvé “absolument stupide”!

On ne s’en rend pas réellement compte avant de le lire, mais le roman porte très bien son titre de “Conte de fée”… puisque ce roman multiplie, de manière explicite ou non, tout un lot de contes fictifs, plus ou moins connus. 

 

 

En quelques lignes?

 

 

“Fairy Tale” est véritablement juste cela… un conte de fée.

Si vous n’aimez pas la fantasy / le fantastique, vous aimerez la première partie puisque Stephen King, au travers du jeune Charlie, vous fait tomber d’amitié avec Radar et Mr Bowditch.

Si au contraire vous aimez l’aspect fantasy, vous adorerez sans doute la deuxième partie de ce roman, qui se déroule dans un autre monde. Un monde grisant que vous n’aurez pas à envier par rapport à votre quotidien.

Vous y rencontrerez des personnages hauts en couleurs, très différents, parfois difficiles à appréhender…. tout comme le vocabulaire. Celui-ci peut vous faire rebuter si vous débutez la lecture en anglais, mais si vous arrivez à le finir vous en serez d’autant plus content qu’il n’était pas facile! 

 

 

En soit, ce roman n’est pas un livre d’horreur. Mais un conte de fées. Et les contes de fée ont souvent des éléments d’horreur.

“Fairy Tale” ne sera personnellement pas mon roman préféré de l’auteur, mais j’ai véritablement aimé lire les aventures de Charlie avec Radar, et lire le tendre lien que les deux compères se sont créé via cette histoire. 

 

Comme il l’est écrit en conclusion d’une critique publiée par Slate, “Fairy Tale s’ouvre en grand tout en étant intimiste, il est à la fois drôle et effrayant, touchant et sordide”

 

 

 

Si vous souhaitez commander “Fairy Tale” de Stephen King :
Acheter sur amazonAcheter sur fnac

 

 

 

Fairytale Stephenking Livreaudio

 

 

Stephen King lit partiellement la version livre-audio

 

On l’évoque depuis cet été : Stephen King lit partiellement la version livre audio… bien entendu en version originale.
Si vous voulez garder la surprise, ne cliquez pas sur le lien suivant. 
> Mais, au contraire, si vous voulez savoir quelle est la contribution de Stephen King au livre audio, on vous propose de le découvrir dans cet article.

 

 

Fairytale Stephenking Newyorktimes
New York Times / Jon McCormack

 

“Fairy Tale” deviendra un film

 

Comme souvent avec Stephen King, son dernier roman est tout juste sortit que ses droits d’adaptation sont achetés!
“Fairy Tale” n’est donc pas une exception, et on sait que les droits ont été achetés (pour un dollar symbolique) par un studio, qui va adapter le roman de Stephen King pour le transposer en un film.

Le projet est porté par Paul Greengrass, qui va le proposer aux studios et plateformes de streaming pour le vendre au meilleur offrant.
> Toutes les informations sur l’adaptation de “Fairy Tale” en film

 

 

Quand sortira “Fairy Tale” en français?

 

A ce jour, les éditions Albin Michel n’ont pas encore communiqué publiqué sur la publication de “Fairy Tale” en français.
On sait néanmoins que le roman est prévu en 2023 : la question est donc maintenant de savoir s’il sortira début 2023 (vers février-mars-avril) ou fin 2023 (septembre-octobre).

On vous tiens bien entendu au courant !

 

 

Si vous souhaitez commander “Fairy Tale” de Stephen King :
Acheter sur amazonAcheter sur fnac

 

 

 

Les vignettes des chapitres du livre “Fairy Tale” 

 

Vous trouverez ci-dessous les 33 vignettes introduisant les chapitres du roman.
Les chapitres paires étant illustrés par Gabriel Rodriguez, alors que les chapitres impaires sont accompagnés d’illustrations de Nicolas Delort, un artiste français.

 

01
02
03
04
05
06
07
08
09
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
32 Epilogue

 

 

 





VOUS AIMEZ L'ARTICLE? N'HESITEZ PAS A LE PARTAGER ;)

ENVIE DE DONNER VOTRE AVIS? Cliquez ici pour laisser un commentaire


Autres contenus : Livres

SOUTENEZ-NOUS ET OBTENEZ DES AVANTAGES EXCLUSIFS !

Vous aimez notre travail?

En vente dans notre boutique :

Découvrez notre boutique :

Notre livre : gratuit sur demande!

La nouvelle "Bibliographie Stephen King"