Nous suivre sur les réseaux sociaux
Interviews

Interview : Paul Suntup, collectionneur de Stephen King et fondateur des éditions Suntup

Read the interview in english

 

Si vous suivez assidûment le Club Stephen King, vous avez du remarquer que nous parlons assez régulièrement des éditions Suntup.
Lancées il y a tout juste un an avec la publication de la seule édition limitée du livre « Misery » de Stephen King, ils ont rapidement su s’imposer dans le milieu des collectionneurs de livres de par la qualité de leurs designs et de leurs éditions.

Connaissant Paul Suntup depuis quelques temps déjà et sachant qu’il est (ou plutôt était) collectionneur de Stephen King, il nous semblait intéressant de vous faire découvrir les éditions Suntup au travers d’une interview… permettant d’entrer de l’autre côté des livres de collection. Celui de l’éditeur. 

 


 

Paul Suntup Editions Suntup 

 

Club Stephen King: Bonjour Paul, merci d’accepter de participer à cette interview. Pouvez-vous vous présenter un peu pour les fans de Stephen King qui ne vous connaitraient pas?

Je suis attiré par les livres depuis que je suis enfant. Durant ma vingtaine, j’ai ouvert une librairie vendant des comics, de la science-fiction, du fantastique et des livres d’horreur. Je suis un fan et un collectionneur de Stephen King depuis 1987. En 2016, j’ai réalisé que ce que je voulais vraiment faire, ce pour quoi j’étais né, c’était d’être un éditeur. De faire de beaux livres. Donc un jour j’ai pris la décision de publier la première édition limitée et dédicacée de « Misery ».

 

Club Stephen King: Vous êtes un fan de Stephen King. Comment avez-vous découvert son oeuvre, et quelle fut votre première réaction? 

Le premier livre de King que j’ai découvert était « Les Yeux du Dragon« . J’étais dans une librairie, à la recherche d’une nouvelle lecture, et je suis instantanément tombé sur le livre. C’était en 1987, et le livre venait tout juste de paraitre. Pour une quelconque raison, j’ai ressenti une véritable connection avec le livre. Je l’ai lu, et je suis depuis un fan.

 

Club Stephen King : Avant de devenir un éditeur, vous étiez un collectionneur. Quel est le focus de votre collection? Et collectionnez-vous encore?

Mon focus d’origine était les premières éditions. Je vivais en Afrique du Sud à l’époque, et au début il n’y avait aucun moyen d’être en contact avec les éditions limitées de Stephen King. Donc pour moi, les premières éditions étaient ce qu’il y avait de plus intéressant pour moi. J’appréciais regarder les différentes couvertures. Mon objectif était d’obtenir chaque première édition américaine et britannique. Une fois que j’ai découvert les éditions limitées, je me suis mis à les chasser. Je suis devenu une sorte de complétiste (une personne qui cherche à tout obtenir sur un sujet, ndt), donc ma collection s’est développé dans d’autres domaines.

Concernant la question de si je collectionne toujours; plus autant que je le faisais. Mon objectif s’est déplacé. Je collectionne maintenant les contrats. Je crois que l’ « esprit » du collectionneur ne vous quitte jamais vraiment, et donc maintenant, en tant qu’éditeur, mon focus et mon intérêt porte sur la publication de livres. Une obsession similaire à celle qui m’avait poussé à collectionner les livres, me porte maintenant vers les contrats à obtenir, pour que je puisse publier davantage de livres.

 

[misery stephenking suntuppress]

 

Club Stephen King : Je pense que l’on peut établir qu’en tant qu’en tant que collectionneur, vous avez réalisé ce que seulement une poignée de personne n’a pu faire. Vous avez probablement la signature de Stephen King sur un contrat, et vous avez personnellement publié une édition lettrée (et convoitée) de « Misery ». Pourquoi avez-vous choisi ce livre? Et comment est-ce que ce projet a vu le jour? 

C’est une grande question. Oui, j’ai un contrat avec la signature de Stephen King, à côté de la mienne. Je l’ai encadré sur le mur derrière mon bureau.

Pourquoi « Misery« ? Parce que j’étais le second livre de Stephen King que j’ai lu. Quand je faisais des recherches pour trouver quel livre publier, « Misery » était en haut de la liste, et ce pour différentes raisons. Une d’elle était que 30 ans plus tard, il n’y avait toujours pas eu une édition limitée. C’était aussi un des livres les plus réclamés lorsque j’ai lancé un sondage parmi des fans pour savoir quelle édition limitée ils voulaient. C’était donc le choix évident.

Comment est-ce que le projet a pris forme? Il a commencé par une simple pensée. Bien que c’était quand même plus qu’une pensée. C’était une conviction à partir du moment à laquelle cette idée à germé dans mon esprit. Je publierai une édition limitée de « Misery ». C’était une idée folle, et avec elle est venue les raisons pourquoi elle ne pourrai pas se concrétiser. Cela a nécessité énormément de travail, et je veux dire une tonne de travail, beaucoup de conviction, et chaque centime que j’avais, et de nombreux centimes que je n’avais pas. J’ai dilapidé toutes mes économies, mon compte retraite, mes cartes de crédits; tout. Parce que j’avais confiance en ce projet, et je savais ce qu’il nécessiterai, et j’étais prêt à tout pour qu’il prenne vie.

 

Club Stephen King : Absolument prêt à tout. Avez-vous déjà été personnellement en contact avec Stephen King pour ce livre? 

Non. Chaque étape du projet fut géré par son agent et ses assistantes. 

 

Club Stephen King : L’édition limitée de « Misery » par Suntup est illustrée par Rick Berry, un artiste qui avait précédemment illustré l’édition limitée américaine de « Territoires » (« Black House », en version originale, la suite du « Talisman »). Quand avez-vous découvert ses travaux? Et qu’est-ce qui vous a décidé qu’il serait l’artiste idéal pour votre édition?

Je ne me rappelle pas vraiment quand j’ai découvert ses travaux. Je me rappelle en avoir vu en ligne, et son style m’a frappé comme étant parfait pour ce livre. Pour moi, son style global ressemblait à une représentation visuelle de l’esprit d’Annie.

 

Club Stephen King : Ce livre était presque le premier projet de Suntup. Auparavant, vous aviez publié un portfolio d’illustrations. Mais « Misery » fut votre premier vrai livre. Cette édition a rapidement gagné beaucoup de visibilité. Est-ce que ce livre a significativement changé vos projets vis à vis des éditions Suntup? Quel était votre plan B, si King refusait ce projet?

Je n’avais pas de plan B. Après le portfolio, je savais que je voulais publier « Misery ». A cette époque, il n’y avait pas d’autres projets. Toute mon attention était sur ce livre. Le seul autre livre qui a germé un peu après était « Cornes » (de Joe Hill, ndt), parce que je voulais vraiment faire une édition de ce livre. Après que « Misery » fut approuvé, et à l’approche de sa publication, je savais ce dont j’étais capable, et que je n’allais pas faire qu’un seul projet qu’un succès. 

« Misery » a terriblement aidé à lancer ce que j’appellerai la seconde vague des éditions Suntup. Ce que je veux dire, c’est que quand « Misery » était sur le point de voir le jour, je n’arrêtais pas de me demander « Et maintenant? ». Si je voulais être un éditeur, alors il me fallait publier des livres. J’ai donc fait un second voyage à New York. Et le séjour a résulté en 7 contrats. La troisième vague avait commencé. 

J’avais entendu dire, par le passé, qu’un livre de Stephen King avait sauvé un petit éditeur, ou lui avait permis de voir le jour. « Misery » a fait exactement ça pour moi. Il m’a catapulté en avant, et il m’a permis de réinvestir l’argent dans d’autres livres. Je suis très reconnaissant pour l’opportunité qui m’a été donné de publier ce livre.

 

Suntup Horns Joehill

 

Club Stephen King : Malgré le fait d’être une maison d’édition encore toute jeune, les collectionneurs semblent apprécier la haute qualité de vos ouvrages. Avez-vous toujours été attiré par les livres hauts de gamme ou est-ce quelque chose qui est venu avec la production de vos livres?

La nature luxueuse des livres que je publie a toujours été présente. Ce n’était ni un choix ni une option. Soit je publiais de belles éditions et elles seraient reçus par le marché, soit je ne publierai pas. J’ai passé trop d’années à vivre une vie inauthentique. Ce sentiment n’était pas nouveau. Quand on lit les biographies des plus grands éditeurs d’éditions de luxes, à travers les années, ils avaient la même motivation. William Morris, était insatisfait de la médiocrité des livres produits à la fin des années 1800, et voulait retourner avant la révolution industrielle pour produire des livres magnifiques et produits à la main, et sa maison d’édition est devenue une des plus appréciée de l’histoire de l’impression. Il a aussi insufflé le mouvement des éditions de luxe.

George Macy, qui a fondé le « Limited Editions Club » (le Club des Editions Limitées, en français, ndt) en 1929, écrivait dans sa première lettre aux nouveaux inscrits, « Dans la plupart des cas, cependant, les éditions américains ont dépensé un ou deux dollars sur la production du livre, l’ont habillé avec la signature d’un auteur ou d’un artiste, et facturent le prix final de 20 dollars ou plus encore. Et les livres ont été baclés, conçue dans une approche commerciale et vierge d’une soif pour la beauté. »

Cela parle à mon coeur, parce que cela encapsule ma philosophie quant à la production de livres, et la raison pour laquelle je les fais de cette manière.

 

Club Stephen King : J’avais initialement décidé de ne pas commander « Misery », parce que le focus de ma collection porte autour de ce qui est associé à King… mais en français. J’ai néanmoins récemment pu acquérir un des exemplaires de la version « gift » (la moins cher). Je l’apprécie beaucoup. Le papier est lourd, solid, plaisant à toucher, et l’attention aux détails est très agréable. J’aime la manière dont les touches d’une machine à écrire ont été intégré à la numérotation des chapitres et une page possède même une éclaboussure de sang. Est-ce que vous avez vous-même stylisé l’intérieur des livres?

Oui et non. Plusisuers des idées utilisées sur « Misery » étaient les miennes, mais j’ai un designer pour l’intérieur. La typographie, la mise en page, etc… Sélectionner la police est quelque chose sur lequel on passe beaucoup de temps. Ainsi que la sélection du papier. Mon designer est un des meilleurs qui existe. Quand j’ai lancé la maison d’édition, j’ai approché des collaborateurs parmi la crême de la crême. Des professionnels expériments et au meilleur de leur forme.

 

Club Stephen King : Contrairement à d’autres éditeurs, Suntup semble considérer les livres comme une véritable forme d’art. Vos livres ne se ressemblent pas, et ce n’est pas uniquement un livre avec une couverture et des illustrations. Il semble y avoir une véritable créativité apporté à chacun d’entres eux. Comment approchez-vous l’idée de chaque livre?

Oui, cela fait partie de ma philosophie comme je le mentionnais précédemment dans l’interview. J’absorbe chaque livre. Je lis le livre, je prends des notes. Je capture l’essence du roman dans la création de la reliure, ainsi que dans son intérieur. Ce que j’ai ressenti durant ma lecture. Comment est-ce que je peux retrouver cette émotion ou des émotions similaires, en regardant notre édition de ce livre. Nous passons beaucoup de temps à conceptualiser, sélectionner les matérieux, et voir comment tout peut être regroupé d’une manière cohérente.

 

Club Stephen King : Et Suntup a maintenant publié ou annoncé des éditions limitées de « Misery » (Stephen King), « The haunting of Hill House » (La maison hantée, de Shirley Jackson), « Horns » (Cornes, de Joe Hill), « Rosemary’s Baby » (le bébé de Rosemary, par Ira Levin).
A un moment donné je me demandais si vous alliez vous focaliser sur des classiques de l’horreur, tels que ceux qui furent publié dans la collection « Stephen King Horror Library ». D’autant que vous en aviez annoncé deux de ceux-ci : La maison hantée et Rosemary.
Comment choisissez-vous vos livres? Ont-ils une signification personnelle pour vous?

Il est préférable de regarder le panorama d’une maison d’édition à travers une longue période de temps. Bien entendu, nous n’avons pas les avantages de cela parce que, de bien des manières, nous sommes une maison d’édition jeune. Ce que nous voyons en ce moment, n’est qu’une infime partie d’une vision plus large. Je travaille avec 3 à 5 ans en avance. Si vous pouviez avoir cette vision, vous verriez davantage de contexte. Oui, les premiers livres ont tous été dans le genre de l’ « horreur », des classiques et grands livres. Et les prochains le seront aussi.

Ces livres sont ressortis d’un sondage que j’ai lancé auprès de nos clients. Il s’agit donc de ce que nos clients ont demandé. Les deux qui sont largement motivés par moi-même, et disons, avec une dimension très personnelle pour moi, étaient « Misery » et « Cornes ». Est-ce que j’ai lu les autres? Oui, absolument. Est-ce que je les ai apprécié? Oui, très clairement !

Est-ce que nous allons sortir et nous diversifier en dehors de l’horreur? Je suis motivé par le livre, les mots écris, et le désir de créer des éditions qui, je l’espère, seront reconnus comme l’édition ultime de ce livre. Donc oui, tout à fait.

 

Club Stephen King : Est-ce que les prochains titres seront aussi dans l’horreur? Est-il possible d’avoir un indices concernant les prochains, ou quand est-ce qu’ils seront révélés?

Les quatre prochains seront dans le genre, oui. D’eux d’entres eux sont davantage de la science-fiction. Après ceux-là, je serai complètement en dehors de ce genre. La prochaine annonce sera au début d’avril.
[Note : et Suntup a annoncé une édition limitée de « The Road », soit « La route » en français, prix pulitzer et lecture préférée de Stephen King en 2008]

 

Suntup Laroute Editionlimitee

 

Club Stephen King : S’il vous plait, n’annoncez pas une édition limitée de « Sword in the Darkness » le 1er avril ! 

Non, vous êtes en sécurité. Bien que la prochaine annonce sera aux alentours du 1er avril, et que si c’est sur cette journée, ce ne sera pas une blague.

 

Pensez-vous que Suntup aura l’opportunité de produire une autre édition limitée de Stephen King, ou est-ce que c’était l’opportunité unique d’une vie?

Bien entendu, j’adorerai faire un autre livre de Stephen King, et j’en vise assurément un. Je me sens positif à son sujet, mais on ne sait jamais vraiment. Si j’ai l’opportunité de pouvoir à nouveau traiter un de ses livres, j’en serai ravi.

 

Club Stephen King : Je pense que pour faire une autre édition limitée de King, il faudrait se pencher sur un titre qui ne soit pas un « classique ». Un livre moins connu et que les autres éditeurs seront moins à même d’envisager. Par exemple « Histoire de Lisey » ou « Duma Key« , qui ont une dimension très personnelle à Stephen King. Je pense qu’il serait ainsi susceptible d’être intéressé.

Très bonne remarque. Il y a beaucoup de titres que j’aimerai traiter. Je sens une telle connection émotionnelle pour plusieurs de ses romans. Il a écrit certaines des plus belles proses que j’ai jamais lu, et je ne peux pas vous dire à quel point j’aimerai prendre ces livres et les faire à ma manière. En réalité, « Histoire de Lisey » est un de mes romans préférés de King. Celui que je vise est un des préférés des fans, et également un pour lequel je sens qu’on peut faire une édition magnifique. Nous verrons bien.

 

Si demain vous pouviez publier l’édition limitée de votre choix, quel livre choisisseriez-vous? 

Et bien, celui qui me vient à l’esprit est un de ceux que j’essaie de récupérer en ce moment, donc je peux pas vraiment en parler de peur de gâcher la surprise si on l’obtient. C’est trop difficile de vous donner une réponse.

 

Suntup Firestarter

 

Club Stephen King : C’est moins connu que les livres, mais Suntup vend également des posters haute définition d’illustrations utilisées en couvertures des livres de Stephen King. Je n’en ai personnellement pas vu, mais il me semble qu’elles sont imprimées sur du papier exceptionnel, avec un focus particulier sur l’oeuvre d’art en elle-même. Dénudé de nom, de titre, rien qui ne cacherai l’illustration. Au-delà de ces impressions Suntup, collectionnez-vous de l’art?

Oui, la « Covers Collection » (la collection des couvertures, ndt) a été lancé d’un des projets de création de nouvelles reliures que je faisais à une époque. Ce proejt artistique a grandi bien plus que je ne le pensais à l’époque. J’ai toujours apprécié les illustrations de couvertures de la plupart des livres de Stephen King, et c’était une manière de mettre en avant les artistes, qui sont souvent oubliés. Quand on voit l’art sans le texte de la couverture, et imprimé en utilisant les techniques modernes de giclée, cela donne quelque chose à contempler. On se rend alors compte de la qualité de l’art. Mais oui, pour répondre à votre question, j’ai toujours été un admirateur d’art. J’en ai collectionné, j’en ai commissionné pour ma collection personnelle, et j’adore travailler avec des artistes qui créent de nouvelles oeuvres pour les éditions que nous publions. Mais je ne collectionne pas vraiment de nouvelles pièces en ce moment, parce que mon attention s’est détournée de collectionneur à éditeur.

 

Club Stephen King : Il y a quelques années, Jerad de Centipede Press avait publié un livre d’art inspiré par Stephen King (« Knowing Darkness »). Je n’ai pas pu m’empêcher d’imprimer moi-même quelques illustrations françaises qui m’ont toujours fasciné. Les couvertures françaises de poche de « Ça » et « Le Fléau ».

ça stephen king j'ai lu

le fleau stephen king j'ai lu


Est-ce que les posters que vous proposez ont une signification particulière pour vous? Comment les sélectionnez-vous?

Oui, celles-ci sont belles. Etant le complétiste que je suis, je suis parti à la chasse de toutes les couvertures que je pouvais dont je sentais qu’elles feraient une bonne impression. Je dois avouer qu’elles ont toutes une signification particulière pour moi, parce que comme les autres fans et collectionneurs, je connais ces couvertures tellement bien. Et les voir dans les formats auxquels ont les propose, sur du papier haute qualité… c’est un vrai bonheur. Et c’est très probablement la seule fois que des lots d’impressions comme ceux-ci verront le jour, avec la signature des artistes.

Il y a quelques mois, j’avais terminé la série. Ce que je veux dire par là, c’est que j’avais acquis toutes les couvertures que je pouvais. Elles ont été imprimés, signées et sont en stock, prêtes à être mises en vente durant les deux années à venir. Je me suis récemment penché sur les titres, et j’ai identifié quelques autres travaux qui donneraient bien, donc je vais peut-être aller les chercher, bien que je vais peut-être d’abord demandé aux clients ce qu’ils pensent d’elles.

 

Club Stephen King : Pour vous, quel est l’aspect le plus compliqué de la publication d’éditions limitées de livres? 

L’augmentation de la production. En tant que petit éditeur, ou quelconque entreprise, il faut pouvoir réduire les coûts parce que cela bouffe très vite les bénéfices. J’essaie donc de tirer un juste milieu entre le désir de produire davantage de livres, et les coûts inévitablement croissants. D’une certaine manière, ce que vous faisiez au début, fonce un point de rupture. J’aimerai voir cette maison d’édition produire bien plus de livres par an que ce que nous faisons actuellement. Il faut juste avancer. Cela ne se fait pas du jour au lendemain.

 

 

Club Stephen King : N’avez-vous pas un peu peur qu’en augmentant le volume de production, vous aurez de moins en moins de temps à consacrer à chaque titre, et que la qualité décroisse un peu?
Qui est, jusqu’à présent, une des raisons pour lesquelles les livres Suntup sont admirés par les collectionneurs.

La réponse courte : non. Si je découvre que je ne peux pas maintenir la qualité en augmentant la production, alors je réduirai le rythme. Je dois croire que c’est possible. Et au centre de tout, se trouve le désir de produire de magnifique livres. Si quoi que ce soit venait à compromettre cette vision, je devrai sérieusement le regarder. Mais cela a été fait auparavant, et je suis confiant dans notre capacité à le faire. 
Je pense que parfois cela semble facile, mais je peux vous affirmer que ce n’est pas le cas. C’est probablement la raison pour laquelle nous ne sommes pas nombreux à le faire. Tenir une maison d’édition représente beaucoup de boulot, et pour le meilleur ou pour le pire, je ne suis pas marrié, et je n’ai pas non plus d’enfants. En conséquence, je suis en mesure d’y consacrer énormément de temps.

 

Club Stephen King : Avant de vous laisser partir. Quelle est votre édition limitée à ce jour, qu’elle soit ou non associée à King?

Je pense que ma réponse à cette question est fortement biaisiée par le fait que dans le monde des éditions de luxe, on n’en voit pas beaucoup, de par leur nature. Il existe tellement de livres que je n’ai pas pu tenir entre mes mains. Donc ma réponse est basée sur une exposition limitée d’un nombre plus conséquent de publications de luxe. De plus, je vais prendre la liberté de vous donner deux réponses. Une King, et une non King.
Mon édition limitée préférée de King est celle des « Yeux du Dragon », pour diverses raisons que je ne vais pas pouvoir étayer maintenant.
La non King, est un livre de poésie de James Tate, publié en 1971 et intitulé « Hints to Pilgrims ». Ce livre est derrière les raisons pour lesquelles je me suis dirigé sur les livres de luxe. Aussi, j’aimerai préciser que je n’ai pas pris en considération pour cette réponse des reliures et éditions privées de la fin du 19e et début du 20e siècle. Certains d’entres eux sont vraiment sans aucune mesure, et il me serait difficile de ne mentionner qu’un seul ouvrage.

 

Club Stephen King: Merci d’avoir pris le temps de répondre à mes questions. Y a t’il quoi que ce soit que vous voudriez ajouter aux fans de Stephen King? Y a t’il une question que vous auriez aimé que je vous pose?

Merci pour cette interview Jeremy. Rien ne vient à l’esprit, parce que tes questions ont été très bien pensées. Tu as tout couvert, et très bien.
La seule chose avec laquelle j’aimerai conclure, c’est avec des remerciements pour les fans qui ont supporté Suntup. Oui, c’est une entreprise, et c’est ce que je fais pour gagner ma vie, mais une grande partie de ma motivation réside dans le plaisir que j’apporte aux fans. Je ne sais pas si j’apprécierai autant si il n’y avait pas la joie que cela procure aux autres. Vous faites tous partie de la force qui me pousse à continuer et pousser cette presse de l’avant, ce pour quoi je vous remercie.

 

 

Suntup Logo

Cliquez sur le logo pour visiter le site de Suntup 

 

 

 


An interview with Paul Suntup, fan, collector and founder of the Suntup Press

 

 

If you follow the Club Stephen King, you must have noticed that we regularly talk about the Suntup press. 
Launched about a year ago with the publication of the first limited edition of « Misery », they quickly managed to get recognized in the book collecting world thanks to the quality of their books and designs.

Knowing Paul Suntup since a little while, and knowing that he is (or was) a Stephen King collector, we thought that it would be interesting to learn more about the Suntup Press through this interview. Allowing us to enter into the other  side of publishing : the publisher’s side.

 

 

 

Paul Suntup Editions Suntup

 

 

Club Stephen King: Hello Paul, thanks for agreeing to do this interview. For Stephen King fans that may not know you, can you please do a small introduction of yourself?

Since I was a kid, I’ve been attracted to books. In my early twenties I opened a bookstore selling comics, SF, fantasy and horror books. I have been a Stephen King fan and collector since 1987. In 2016 I realized that what I really wanted to do, what I feel I was born to do, was to be a publisher. To make beautiful books. So one day, I made the decision to publish the world’s first official signed limited edition of Misery.

 

Club Stephen King: You are a Stephen King fan. How did you discover his work, and what was your first reaction to it?

The first King book I discovered was The Eyes of the Dragon. I was at a bookstore, looking around for something new to read, and I was instantly attracted to the book. It was 1987, and it was just released. For some reason, I felt a deep connection to the book. I read it, and ever since then I’ve been a fan.

 

Club Stephen King : Before becoming a publisher, you were a collector. What is the focus of your collection? Do you still collect?

The original focus was 1st editions. I was living in South Africa at the time, and in the early days, I had zero exposure to limited editions of King’s work. So for me, 1st editions were most interesting to me. I enjoyed seeing the different covers. The goal was to get a copy of every U.K. and American edition. Once I discovered the limiteds, I was after those as well. I became somewhat of a completist, so I found that my collecting evolved into other areas.

As to whether I still collect; not on the scale that I used to. My focus has shifted. I collect contracts now. I believe that the “collecting bug” doesn’t really ever leave you, and right now, as a publisher, my focus and interest is in publishing books. A similar obsession that drove my book collecting, now drives me to lock down contracts so that I can publish more books.

 

[misery stephenking suntuppress]

 

Club Stephen King : I think that we can establish that, as a Stephen King collector, you have done something that only a handful have done. You probably have a King signature on a contract, and you have personally published a (now elusive) lettered edition of MISERY. Why did you choose this book? And how did that project happen?

It’s a big question. Yes, I do have a contract with Mr. King’s signature on it, alongside mine. I have it taped to the wall behind where I sit.

Why Misery? It was the second SK book I read. When I was researching what book to publish, Misery was at the top of the list for several reasons. One of which was that it had never been issued as a limited in 30 years, and I wanted to do one that had not been done before. It was also the most requested book from a poll I did asking which book fans would like to see as a signed limited. It was the obvious choice.

How did the project happen? It began with a simple thought. Although it was more than just a thought. It was a certainty from the moment the thought entered my mind. I will publish a signed limited edition of Misery. It was a crazy thought, and along with it came all of the reasons why it can’t happen. It took a lot of work, I mean a ton of work, a lot of faith, and it took every penny I had, and every penny I didn’t have. I depleted all of my savings, my retirement account, my credit cards; everything. Because I believed in the project so much, and I knew what it would take, and I was willing to do whatever it took.

 

Club Stephen King : Absolutely all in! Have you personally been in contact with Stephen King for this book? 

No. Every step of the process was handled through his agent, and assistants.

 

Club Stephen King : The Suntup limited edition of « Misery » is illustrated by Rick Berry, whom previously illustrated the limited edition of « Black House ». When did you discover his work? And what made you decide that he would be the perfect match for your edition?

I don’t recall exactly when I discovered his work. I do remember seeing some of it online, and it struck me that his style was perfect for this book. For me, the overall style looked like a visual representation of Annie’s mind.

 

Club Stephen King : That book was almost the first Suntup project. You published an art portfolio prior to that. But it was your first actual book. And it quickly gained a lot of visibility. Did that book change significantly your plans for the Suntup Press? What was your plan B, if King rejected your project?

I had no plan B. After the portfolio, I knew that I wanted to publish Misery. At that time, there were no other plans. The central focus was on this book. The only other book that I went after around that time was Horns, because I felt very strongly about doing an edition of that novel. After Misery was approved, and nearing publication, I knew what I was capable of, and that I was not going to be a one-trick-pony, a one-hit-wonder.

Misery helped tremendously in kickstarting what I’d call the second wave of Suntup Editions. What I mean is, when Misery was close to being complete, I kept saying to myself, “What now?” If I’m to be a publisher, then I must publish books. So I made a second trip to New York. That trip resulted in about 7 contracts. The third wave has already begun.

I have heard it said before, that a King book has saved a small press, or put them on the map. Misery did that for me. It catapulted the press forward, and it allowed me to reinvest the money into other books. I am most grateful for having been given the opportunity to publish that book.

 

Suntup Horns Joehill

 

Club Stephen King : Despite being a young publishing house, collectors seems to enjoy the high-end quality of your productions. Have you always been attracted to high-quality books or was it something that came with the production of your books?

The fine press nature of the editions I publish has always been there. It wasn’t a choice or an option. Either I would publish fine press editions, and they would be well received by the market, or I would not publish at all. I had spent too many years living an unauthentic life. This sentiment is not new. When you read the histories of some of the greatest publishers of fine editions over the years, they all had the same motivation. William Morris, dissatisfied with poorly produced books in the late 1800’s, wanted to return to pre-industrial production methods to create beautiful handcrafted editions, and his press became the most celebrated press in the history of printing. He also ushered in the fine press movement.

George Macy, who founded the the Limited Editions Club in 1929 wrote in his first letter to subscribers, “In most cases, however, the American publisher has spent one or two dollars in the manufacture of a book, has dressed it up with the signature of some author or artist, and has charged the ultimate purchaser twenty dollars and more. And the books have been shoddy, conceived in commercialism and untouched by the thirst for beauty.”

This speaks to my heart, because it encapsulates my own philosophies for producing books, and the reason why I make them the way that I do.

 

Club Stephen King : I originally decided not to get « Misery » because as book goes my collecting focus is about anything King, but in French. However, I recently had the opportunity to jump the wagon and get a copy of the gift version. I really love it. The paper is heavy, solid and nice to touch, but the attention to detail is really nice. I like the way the typewriter buttons are used for the chapter number and one page even has some blood splatter on them. Do you design the interior of the books yourself?

Yes and no. Some of the ideas for Misery were mine, but I have a designer who does all of the interior designs. The typography, the layouts, etc. Selecting the type is something we spend a lot of time on. Also selecting the papers. My designer is one of the best out there. When I started the press, the collaborators I approached to build my team, are the best of the best. Seasoned professionals at the top of their game.

 

Club Stephen King : Contrary to some other publishers, Suntup seems to consider books like a real art form. No books are the same, and it’s not just a book with a cover and illustrations into them. There seem to be a real creativity around them. How do you approach each book?

Yes, this is all about my philosophy that I mentioned earlier in the interview. I absorb each book. I read the book, and make notes. I try to capture the essence of the novel in the binding design, and also in the interior design. How does this book make me feel when I read it. How can I feel the same way, or experience similar emotions when looking at our edition of the work. We spend a great deal of time conceptualizing, selecting materials, and seeing how everything can come together in a cohesive way.

 

Club Stephen King : And Suntup has published or announced editions of « Misery » (Stephen King), « The Haunting of Hill House » (Shirley Jackson), « Horns » (Joe Hill), « Rosemary’s Baby » (Ira Levin). At some point I wondered if you would only do horror classics, such as the ones that were published in the Stephen King Horror Library. After all, you’ve already one two of them : Hill House & Rosemary. How do you choose your books? Do they have a special meaning for you? 

It’s best to take a look at the landscape of what a press puts out, over a longer period of time. Of course, we do not have the benefit of that because in many ways, we are a young press. What you’re seeing now, is a very small cross section of a larger vision. I am working three to five years in advance. If you could see what I see, things would have more context. Yes, the first few books have all been in the ‘horror’ genre, classics, big books. And the next few will also be.

These all came out of a poll I ran with our customer base. So it’s what our customers have asked for. The only two that were largely driven by myself, and let’s say, had special meaning to me were Misery and Horns. Did I read the other books? Yes absolutely. Did I enjoy them? I sure did!

Will we expand outside of the horror genre? I am driven by the book, the written word, and the desire to create what I would hope will become the landmark edition of that work. So yes, absolutely.

 

Club Stephen King : Will the next titles still be in the horror genre? Any hints about the upcoming titles, or when the next one will be revealed?

The next four books or so will be in this genre, yes. A couple of them step out more into science fiction. Then after that I have some that are completely outside of this genre. The next announcement is planned for the beginning of April.

[Note : the latest book announced by Suntup was « The Road » by Cormac McCarthy, book who won a Pulitzer Price and was Stephen King’s favorite reading of 2008!] 

 

Suntup Laroute Editionlimitee

 

 

Club Stephen King : Please don’t announce a “Sword in the Darkness” on the 1st of april ahah !

Nope, you’re safe. Although the next announcement may be around April 1st, and if it happens to be on that day, it will not be a prank.

 

Do you think that Suntup will have the opportunity to release another Stephen King book, or was it very likely a one-time opportunity?

Of course, I would love to do another SK book and I am certainly after one. I feel optimistic about it, but really you never know. If I am afforded the opportunity to honor his work a second time, I would be delighted.

 

Club Stephen King : I think that to be able to do another Stephen King limited edition, you would have to try to do a title that is not a “classic”. One that is lesser known and those other publishers are less likely to try to get. For instance “Lisey’s Story” or “Duma Key”, who have deep personal meaning to King, I think so that he may be personally interested.

You make a very good point. There are many titles I would love to do. I feel such a strong emotional connection to many of his novels. He has written some of the most beautiful lines of prose I have read, and I cannot tell you how much I would like to take those books, and do my thing with them. Actually, Lisey’s Story is one of my favorite novels of his. The one I am after is a fan favorite, and also one that I personally feel will be a wonderful edition to take on. We shall see.

 

If tomorrow you were given the possibility to publish a limited edition of any book, which would you pick?

Well, what comes to mind is one that I am pitching right now, so I can’t really say because it would spoil the surprise if we get it. So it’s a tough one to answer.

 

Suntup Firestarter

 

Club Stephen King : This is lesser known than the books, but Suntup also sells high quality prints of the art of Stephen King books covers.  I have not personally seen any, but I believe that they are printed on high quality paper, and the focus is given to the art. No names, no title, nothing is hiding the artwork. Beside your own print, do you collect artwork?

Yes, The Covers Collection evolved out of the rebound books I was doing at the time. This art project became way bigger than I initially thought it would. I have always enjoyed the cover art of most of the King novels, and it was my way to put the spotlight on the artists, who are often forgotten. When you see the art without the cover text, and printed using the latest generation giclée printers, it’s really something to behold. You never knew the art looked that good. But yes, to answer your question, I have always been an art lover. I’ve collected art before, commissioned art for my personal collection, and I really love working with artists to create new work for the editions we publish. I don’t really collect artwork currently, because of my shift in focus from collector to publisher.

 

Club Stephen King : A few years back, when Jerad from Centipede Press published his Stephen King artbook (Knowing Darkness), I couldn’t help myself by having to print a couple of French illustrations that are absolutely stunning me : IT & The Stand.


ça stephen king j'ai lu

le fleau stephen king j'ai lu

Do the prints that you release have a special meaning to you? How do you select them?

Yes, those are nice. Being the completist that I am, I have gone after every cover I possibly can, and which I feel will make a good print. I’d have to say they all have special meaning to me, because just like other fans and collectors, I know these covers so well. And to see them in the format that we print them, on the high quality paper, it’s a real treat. And it’s likely the only time we will ever have a set of prints like this, signed by the original artist.

A few months ago, I was basically done with the series. What I mean by that is, I had acquired every cover that I could. They were all printed, signed, and in stock, ready to be released over the next 1-2 years. I recently went through the titles again, and we have identified a whole bunch more that would work, so I may go after those although I will probably poll my subscribers and see how they feel about them.

 

Club Stephen King : To you, what seem to be the most challenging part of the world of publishing limited editions?

Increasing production. As a small press publisher, or for any business, you want to keep overhead down because that can eat up profits really fast. So trying to balance the desire to produce more books, with the inevitable increase in overhead. In some ways, what you’re doing in the early days, is moving toward a tipping point. I would like to see this press publishing a lot more books in a year than we currently are. We just have to move toward that. It doesn’t happen overnight.

 

Club Stephen King : Aren’t you a bit afraid that by increasing the production, you’ll be able to spend less time on each title and that the quality may decrease a bit? Which is, so far, one of the reasons why Suntup books are truly admired by collectors

Short answer, no. If I discover that we cannot maintain the quality, by increasing production, then I would probably reduce the output. I have to believe it’s possible. At the heart of it all, is this desire to produce beautiful books. If anything were to ever compromise that vision, I’d have to take a serious look at it. But it has been done before, and I am confident I can do it. I think sometimes I make this look easy, but I can tell you, it’s not. That’s probably why there are so few of us doing it. Running a press is a lot of work, and for better or worse I am not married, and have no kids. As a result, I am able to dedicate an inordinate amount of time to this.

 

Club Stephen King : Before letting you go. King or not, may I ask what is your favorite limited edition to date?

I think my answer to this question is seriously compromised because in the world of highly limited fine editions, you don’t get to see a lot of them, by their very nature. There are so many books out there, that I have not had the pleasure of holding in my hands. So my answer is based on my very limited exposure to the wider spectrum of fine press publications. Also, I will take the liberty to give you two answers. One King, and one not King. Favorite King would be the limited edition of The Eyes of the Dragon, for many reasons I won’t get into now. Favorite non-King is a book of poetry by James Tate published in 1971 called Hints to Pilgrims. That book had a lot to do with driving my interest in fine press books. Also, I should point out that I have not considered books published by the great private press publishers of the late 19th and very early 20th Centuries. Some of those are in a league of their own, and I would be hard-pressed to come up with a single volume.

 

Club Stephen King: Thanks a lot for taking the time to answer my questions. Would you want to add anything to Stephen King fans? Is there anything that you would have wanted me to ask?

Thanks for the interview Jeremy. Nothing comes to mind, because your questions were very well thought out. You’ve really covered it well. The only thing I would close with is to say thank you to all of the fans who have supported the press. Yes, this is a business, and it’s what I do for a living, but a big part of my motivation for doing this is the pleasure it brings to the fans. I don’t know if I would enjoy it as much as I do, if it weren’t for the excitement it generates. You are all part of the driving force that continues to propel this press forward, and for that I am grateful.

 

Suntup Logo
Click on the logo to visit the SUNTUP website

 

 





PARTAGER L'ARTICLE
AJOUTER UN COMMENTAIRE : cliquez ici

Partenaires pour vos achats

Publicité

Dernières actus Stephen King

Suivez-nous sur les réseaux !

Newsletter

 

Recevez l’actualité de Stephen King par email

 

Notre livre (nouvelle version!)

Calendrier

  1. NOSFERA2, la série inspirée du livre de Joe Hill

    2 juin
  2. Castle Rock, en DVD et Bluray

    5 juin
  3. Diffusion du court-métrage « Georgie »

    10 juin
  4. « Shining », en livre audio

    3 juillet
  5. Simetierre (2019) en DVD / Bluray

    10 août

Publicité

Autres contenus : Interviews