Nous suivre sur les réseaux sociaux
Concours

Interview : Bev Vincent, spécialiste et ami de Stephen King, co-éditeur de « Flight or Fright »

Interview in english

 

 

Le weekend dernier, nous vous partageions notre interview avec Richard Chizmar, fondateur des éditions Cemetery Dance et co-auteur du livre « Gwendy et la boite à boutons » avec Stephen King, actuellement disponible chez Le Livre de Poche.

 

 

Aujourd’hui, nous vous proposons une interview avec Bev Vincent, spécialiste de l’auteur, ami de l’auteur et co-éditeur de l’anthologie « Flight or Fright » avec Stephen King.

Bev Vincent Stephenking

 

Club Stephen King: Bonjour Bev, merci d’avoir accepté de participer à cette interview. Pour les fans qui ne vous connaissent pas, pouvez-vous s’il vous plait vous présenter ?

Bev Vincent: J’ai la double nationalité (américain/canadien), né dans une petite ville rurale de l’Est du Canada. Je possède un doctorat en Chimie de l’université d’Halifax, en Nouvelle Ecosse, et j’ai fait des études postdoctorales à Zurich, en Suisse, pendant deux ans avant de déménager au Texas, où je vis depuis 30 ans. Je travaille dans la même société depuis cette période. J’ai une femme et une fille, qui vit au Japon avec son mari et notre première petite fille, qui a maintenant deux ans.

Depuis 2001, j’écris une chronique  « News from the Dead Zone » pour le magazine Cemetery Dance. C’est une colonne qui est présente dans chaque numéro (mais également en ligne) au sujet des travaux de Stephen King. Je suis également l’auteur de plusieurs livres, ainsi que de plusieurs essais, interviews et critiques, ainsi que de quelques nouvelles.

 

Club Stephen King: Vous êtes un expert sur Stephen King et sur La Tour Sombre. Comment avez-vous découvert l’œuvre de Stephen King et quelle a été votre réaction?

Bev Vincent: « Salem » était mon introduction à Stephen King. Je ne savais rien au sujet du livre, ou de l’auteur, lorsque je l’ai pris dans une librairie d’occasion en 1979. J’avais vaguement entendu quelqu’un en dire du bien par le passé. La couverture était intrigante, ce livre de poche noir avec une goutte de sang. C’était quelque peu différent de ce que je lisais à l’époque, principalement de la science-fiction et de la fantasy. Cependant, j’ai été captivé par le roman (à la fois l’histoire et les personnages) et j’ai immédiatement su que je voulais lire tout ce que King avait écrit, ce qui n’était pas grand-chose en 1979. Je me suis rendu à la bibliothèque et j’ai pris les autres livres, puis j’ai commencé à attendre le prochain, ce qui est devenu une habitude depuis.

 

Club Stephen King: Vous avez publié plusieurs livres autour de Stephen King et son univers, et plus spécifiquement au sujet de La Tour Sombre. Vous avez aussi contribué à de nombreux essais. Est-ce que “The Road to the Dark Tower” était votre premier livre?

Bev Vincent: Si l’on ne compte pas ma thèse, qui est un livre épais avec un titre quelque peu compliqué, une des thèses les plus longues publiées à mon université à l’époque (tellement longue que j’avais envisagé de la couper en deux volumes), alors oui, c’était mon premier livre.
J’écrivais ma colonne « News from the Dead Zone » depuis un peu plus d’un an lorsque j’ai eu l’idée du livre. Cette demi-douzaine d’essais m’a aidés à obtenir un contrat avec New American Library, puisqu’ils démontraient à l’éditeur  que je pouvais écrire, longuement, et montraient mon style.

 

 illustrated stephen king companion, bev vincent 
[illustrated stephenking trivia book revised paperback Stephen King - Photo] [thedarktower companion bevvincent NAL2013 Stephen King ]

 

Club Stephen King: Parmi les livres associés à votre nom se trouvent : The Road to the Dark Tower (2004), The Illustrated Stephen King Companion (2009), qui fut nominé à un Bram Stoker Awards et reproduit plusieurs objets de collection et manuscrits, The Illustrated Stephen King Trivia Book (Cemetery Dance, 2012), The Dark Tower Companion (NAL, 2013). Est-ce que j’en ai oublié? Quel fut pour vous le plus intéressant à travailler? Et le plus difficile ?
 

Bev Vincent: Outre certaines choses que je mentionne un peu plus tard dans l’interview, oui, c’est tout. Et je serai ne serai pas soucieux si je ne déclarais pas que  « The Road to the Dark Tower » fut nominé pour un Bram Stoker Awards et que « The Stephen King Illustrated Companion » avait également été nominé pour un Edgar Award, en concurrence face au grand écrivain de crime PD James !

Ils ont tous été des projets intéressants et complexes à travailler. Sur « The Road to the Dark Tower », j’avais eu la chance d’avoir un excellent éditeur, Ron Martirano, qui m’a montré comment transformer différents chapitres sans rapports en un livre avec un fil rouge et une histoire.
Pour « The Stephen King Illustrated Companion« , j’ai choisi un lot de livres de Stephen King et explorer comment sa vie a influencé ce sur quoi il travaillait à l’époque. C’était amusant, aussi, de travailler avec des chercheurs de documents qui ont trouvé des objets intéressants qui ont pu être inclus dans le livre. C’était aussi un projet incroyablement rapide, à peine neuf fois entre le début de l’écriture et l’obtention d’un livre fini dans mes mains. Une production incroyable. J’ai pu exercer mon humour à tomber (selon moi, du moins) en écrivant les « indices » résolument inutiles dans « The Illustrated Stephen King Trivia Book » ! Et dans « The Dark Tower Companion« , un des aspects que j’ai le plus apprécié était d’interviewer des personnes telles que Ron Howard, Akiva Goldsman et à peu près toutes les personnes qui ont travaillé sur les BDs « La Tour Sombre » de Marvel. Sans oublier ma première interview de Stephen King.

 

[flight or fright book] Flight Or Fright Stephenking Hodder

 

Club Stephen King: Et plus récemment vous avez co-édité “Flight or Fright” avec Stephen King, une anthologie de nouvelles au sujet de tout ce qui peut mal se passer durant un vol. Le livre est commercialisé par Cemetery Dance (USA) et Hodder & Stoughton (UK et les autres territoires anglophones). Pouvez-vous svp nous en dire plus sur la manière dont est né celui-ci ?

Bev Vincent: Pour moi, c’était réellement le fait d’être au bon endroit, au bon moment. J’avais été invité, avec plusieurs personnes, à assister à une avant-première du film La Tour Sombre. J’allais aussi me rendre à une conférence d’écriture sur la côté est la semaine d’après, donc je n’étais pas sûr d’y aller. Ma femme m’a convaincu de m’y rendre, bien que cela n’a pas nécessité beaucoup de persuasion pour être honnête. Le bureau de Stephen King organisait un diner avant la séance, auquel j’étais aussi invité, avec Richard Chizmar, Robin Furth, quelques personnes de Sony et des amis de Stephen King ainsi que des proches à lui.

Le diner s’est tendu dans un restaurant sur le thème des années 50s se trouvant à l’entrée de la route vers l’aéroport international de Bangor. La majorité d’entre nous ayant volé pour venir. L’aéroport est petit et généralement, il faut prendre un petit avion pour la dernière partie du voyage. A peu près tout le monde avait une histoire à raconter au sujet de leur vol, et Steve, après avoir entendu plusieurs de ces aventures, m’a approché avec Rich (Richard Chizmar, ndlr). Il a dit qu’il venait d’avoir l’idée d’une anthologie qui réimprimerai toutes les grandes nouvelles effrayantes au sujet des vols. Il mentionna en exemple « The Horror of the Heights” d’Arthur Conan Doyle, qu’il avait récemment lu. Il dit à Rich qui était là avec ses deux garçons : « Tu peux le publier. J’écrirais une introduction et des notes pour chacune des histoire ». Il s’arrêta un instant. “J’aurai besoin de quelque pour m’aider à trouver plus d’histoires.” J’étais assis à côté de Rich. Au bon endroit, au bon moment! “Ce sera ton affaire”, il me dit.

Et juste comme cela, l’anthologie était née. Dès que je fus rentré de mon séjour, je commençais à chercher des histoires qui iraient avec le thème.
 

 

Club Stephen King: Le livre est co-édité par Stephen King. Comment avez-vous fait pour travailler ensemble? Pouvez-vous svp nous en dire plus au sujet de l’implication de chacun dans ce projet ? Et comment est-ce que la sélection des histoires a été réalisée ?

Bev Vincent: Nous avons tout fait par email. Nous n’avons jamais parlé au téléphone ou ne nous sommes rencontrés en personne après ce diner. Steve est quelqu’un de très occupé. Je me suis porté volontaire pour préparer le manuscrit physique et contacter les auteurs ainsi que leurs agents pour voir si les histoires que nous avions choisies étaient disponibles. Steve avait suggéré plusieurs histoires qu’il connaissait et j’en ai déterré quelques autres en ligne. J’ai posé une question sur Facebook sans révélé ce pourquoi c’était, et j’ai parcouru des listes d’amis. Owen King a suggéré une des histoires, et quand Joe Hill a appris au sujet du livre, il s’est montré intéressé pour écrire une histoire spécifiquement pour le livre. Notre idée d’origine était de n’intégrer que des nouvelles existantes mais nous avons fini avec deux nouvelles inédites, ce qui a fait décoller le livre. Sans vouloir faire un jeu de mot !

Il se trouve que la catégorie de nouvelles impliquant d’effrayantes choses se déroulant dans des avions est assez petite. Je ne pense pas qu’il reste grande chose, et seulement un auteur a refusé que son histoire ne soit incluse. Une fois que nous avions toutes les nouvelles, nous avons décidé de l’ordre. Puis j’ai envoyé une copie physique du manuscrit à Steve pour qu’il puisse le parcourir et écrire ses notes introductives.

 

Bevvincent

 

 

Club Stephen King: Est-ce que c’était stressant de collaborer avec Stephen King ou est-ce que cela fait facilement?

Bev Vincent: Absolument aucun stress. Je connais Steve depuis un certain déjà, et on s’échange régulièrement des messages. Généralement nous discutons des livres que nous avons récemment lus ou des séries à voir. Nos goûts sont assez similaires. Ce n’était donc pas commencer une relation avec quelqu’un que je ne connaissais pas. Et une autre chose sympas était que nous étions plutôt sur la même longueur d’onde. Quand j’ai eu l’idée du titre un matin sous la douche, je le lui ai suggéré et il l’a immédiatement adoré. Et nous avons tous les deux eut en même temps l’idée d’intégrer le poème de James Dickey. C’était dès le début un projet très agréable.

 

 Club Stephen King: Le livre contient des histoires qui divergent au niveau des genres, du temps et des périodes. Elles sont écrites par des grands noms, tels qu’Arthur Conan Doyle, Richard Matheson, Ambrose Bierce, Dan Simmons, Ray Bradbury, Roald Dahl… et une nouvelle inédite (et effrayante) par Joe Hill. Si l’on fait abstraction de celle de Stephen King, ma préférée est celle de Joe Hill (« You are released ») et celle que j’ai le moins accroché est « Warbirds » de David Schow, dans laquelle j’ai eu le plus de mal à entrer. Puis-je demander votre top 3 des nouvelles de ce livre ?

Bev Vincent: J’ai toujours du mal à choisir mes préférés, et il y a des choses que j’aime dans chacune d’entre elles. Nous n’avions aucun doute que « Cargo » de E. Michael Lewis devait ouvrir l’anthologie. C’était une de mes premières découvertes et j’étais tombé directement amoureux de l’histoire, bien qu’elle soit effrayante et perturbante. Il n’avait pas publié grand-chose mais il me fallait découvrir ses autres travaux. J’ai eu un diabolique plaisir avec “Lucifer!” de E.C. Tubb parce que le concept est géniale, mais elle inclut l’un des personnages les plus détestables que j’ai jamais rencontré. Je ne connaissais pas Tubb avant de trouver cete nouvelle et il faut un certain temps avant d’arriver à la partie qui lui donne le sens d’être intégrée à cette anthologie, mais c’était une fin formidable. Et nous n’aurions pu ne pas intégrer l’histoire la plus célèbre du livre, « Nightmare at 20,000 feet » de Richard Matheson. Je suspecte que la plupart des gens la connaisse à cause de ses deux adaptations dans « La Quatrième Dimension », mais il est intéressant de voir la manière dont est dépeint le vol, avec la manière dont elle invoque l’horreur au travers de l’ambiguïté. Je n’avais pas lu beaucoup de John Varley mais avoir une histoire de science-fiction dans le livre ouvre les horizons. J’ai récemment fini de lire « Ironwood Blues », le dernier roman de Varley. Maintenant je dois en lire plus à lui !

 

Club Stephen King: Stephen King a écrit une introduction dans laquelle il mentionne sa pire expérience lors d’un vol, mais également une nouvelle “The Turbulence Expert”, et des introductions à chacune des histories. Est-ce qu’il vous avait donné une quelconque indication sur ce vers quoi allait porter son histoire ?

Bev Vincent: Quand Steve avait initialement suggéré que l’anthologie devienne “Flight or Fright”, il avait dit que nous pourrions utiliser “Les Langoliers” et qu’il écrirai une introduction et des notes pour chacune des histoires. Nous avions bien commencé à préparer le sommaire quand il a déclaré qu’au lieu d’inclure sa novella, il avait eu une idée pour une nouvelle, bien qu’il n’avait pas dot ce que c’était. Il m’a envoyé le manuscrit fini peu de temps après. Le problème avec « Les Langoliers » est que, bien que ce soit considéré comme une novella, toute autre personne l’aurai prise pour un roman. Elle est aussi longue que le reste de l’anthologie et aurait submerge le livre. C’était donc une formidable alternative : qui ne veut pas une nouvelle inédite de Stephen King ? Il m’a envoyé les notes une par une, au fur et à mesure de sa lecture du manuscrit, suivi par l’introduction. Bien que Steve a donné un milliard de fois et qu’il y a des anecdotes qu’il raconte à maintes reprises, il me semble que c’est la première fois qu’il parle de ce qu’il a inclut dans l’introduction.

 

News From Thedeadzone

 

Club Stephen King: Le livre contient également une histoire par un certain Bev Vincent. J’ai vraiment apprécié votre histoire « Zombies on a plane ». Je sais que, au-delà de vos essais, vous êtes également un auteur de fiction. Pouvez-vous nous en dire plus sur ce que vous écrivez ? Quand avez-vous commencé à écrire ? Combien de nouvelles avez-vous réussi à publier et dans quelles publications ? Quels sont vos genres et thèmes de prédilection ?

Bev Vincent: Je suis content que vous ayez apprécié « Zombies », elle fut originalement écrite pour une petite anthologie de zombies intitulées « Dead Set » et publiée en 2010. C’est la seule nouvelle que j’ai écrite dont le titre m’est venu avant le reste. J’avais commencé à écrire des histoires dans les années 80s quand j’étais à l’université, mais je n’en avais jamais rien fait. J’en ai soumise une à un concours organisé par le magazine « The Twilight Zone »… un concours remporté par Dan Simmons. C’était bien hors de ma portée. Peter Straub était un des juges du concours, heureusement, il ne se rappelle pas de mon histoire. Et maintenant, quelques 30 ans plus tard, j’ai la chance d’inclure une nouvelle de Dan Simmons dans « Flight or Fright ! »

J’ai recommencé à écrire des nouvelles en 1999, et depuis j’ai publié environ 80 nouvelles dans différents endroits. Vous reconnaitrez peut-être quelques noms : Cemetery Dance Magazine,   Ellery Queen’s Mystery Magazine, ou encore Alfred Hitchcock’s Mystery Magazine. Certaines ont été publéies dans plusieurs numéros de l’anthologie « Shivers » par Cemetery Dance, et dans des anthologies produites par les Mystery Writers of America. Je n’ai pas fait de recueil… pour le moment… mais pour des personnes intéressées par quelques-uns de mes récits, j’ai une mini-collection dans la série des ebooks de Cemetery Dance qui contient 4 histoires et j’ai 4 autres histoires dans un livre intitulé « When the Night Comes Down » : chez Dark Arts Press qui regroupe également plusieurs nouvelles de trois autres auteurs. Récemment, j’ai eu une nouvelle publiée dans « Shining in the dark », édité par Hans-Ake Lilja qui a ét traduit dans plusieurs langues (et qui réimprime la nouvelle rare « The Blue Air Compressor » de Stephen King, n’ayant pas été réimprimé depuis les années 70s, ndlr!). J’ai aussi le plaisir d’avoir écrit une histoire de « Doctor Who » ainsi qu’une des « X-Files » pour des anthologies officielles, ce qui était très sympas. Elles sont toutes listées sur mon site : bevvincent.com/fiction.

J’ai commencé en écrivant de l’horreur, mais ces dernières années j’ai migré vers des mysères et des histoires de crime. J’aime des histoires de gangsters où rien ne se passe comme prévu, j’en ai écrit quelques-uns au sujet d’un gang d’escrocs incapables que j’aime beaucoup. Même quand je me réaventure du côté de l’horreur, j’y intègre dorénavant une notion de crime.

 

 Club Stephen King: Puis-je demander les projets sur lesquels vous travaillez actuellement? A la fois autour de Stephen King, mais également sur vos autres projets d’écriture ?

Bev Vincent: Le prochain gros projet, je l’espère, est un projet que je développe avec Brian Keene depuis une dizaine d’années. On se connait tous les deux depuis un certain temps et on apprécie toujours se rencontrer à des conventions. A l’une d’entre elles, nous avons discuté de la musique que nous écoutons lorsque nous écrivons. Nous avons trouvé découvert des points communs et avons réalisé que nous avons également de grosses différences. Je ne sais pas comment nous est venu l’idée mais nous avons décidé de créer une playlist que l’autre pourrait écouter durant l’écriture d’une novella. La musique n’était pas fait pour nous inspirer l’histoire, pas nécessairement, mais plutôt pour l’influencer durant les moments créatifs. Brian est actuellement en train de repasser sur son histoire. Lorsqu’il aura fini, nous mettrons en commun les deux dans un livre appelé « Dissonant Harmonies ». Mon histoire s’intitule « The Dead of Winter » et ce sera la plus longue fiction que j’ai publié à date. Si tout va bien, le projet sortira en 2019.

Je suis actuellement en train de faire les retouches finales sur une autre novella, plus courte, que j’ai envoyé soumis à un concours. Faibles probabilités pour cela, mais c’est inspiré d’une nouvelle que j’avais écrit il y a 15 ans. Cela a évolué et a été beaucoup transformé (BEAUCOUP) depuis. A la base, il y avait des aspects surnaturels, mais depuis c’est une histoire vintage de crime noir.

Lorsque j’aurai fini deux projets à plus court terme, je redonnerai mon attention à l’écriture de romans, quelque chose que je repousse sans cesse de part d’autres engagements et par un manqué de temps. J’ai l’idée d’une série de romans de crimes et un premier jet de trois ou quatre d’entre eux. Il est temps que je devienne sérieux  à écrire quelque chose de long !
 

 

Club Stephen King: Y a-t-il un projet sur lequel vous aimeriez pouvoir travailler mais dont vous n’avez pas encore eu l’opportunité?

Bev Vincent: Rien ne me vient immédiatement à l’esprit. J’ai la chance de relativement pouvoir faire ce que je souhaite. J’ai tout un tas de nouvelles non publiées pour lesquelles j’espère trouver une maison.
J’avais proposé un livre « La science de Breaking Bad » à mon agent juste après la conclusion de la série, mais il pensait que c’était trop tard pour ce livre, que j’avais manqué ma chance. Cela aurait été amusant parce que cela m’aurai permis d’adosser mon chapeau de scientifique, ce que je ne fais pas vraiment en ce qui concerne mon écriture.

 

Castle Rock Stephenking Meta Poster

 

Club Stephen King: Maintenant que la première saison de “Castle Rock” a été diffusée, quel est votre avis sur la série?

Bev Vincent: Je vais commencer par dire que je suis un grand fan de la série « Lost ». Contrairement à bien d’autres personnes, je l’ai apprécié jusqu’à la fin. Par bien des aspects, « Castle Rock » me fait davantage penser à « Lost » qu’à l’univers de Stephen King. Bien sur, cela prend place dans la ville fictive de Stephen King et il y a une multitude de référence à son univers, mais en essence, c’est une histoire au sujet de mystères qui ont ou n’ont pas une explication rationnelle. Il y a même Terry O’Quinn ouvrant une trappe, ce que faisait John Locke, son personnage dans Lost !
 
Cela étant, comme j’adore regarder des séries de crime, j’apprécie beaucoup « Castle Rock ». Le casting est formidable, la production excellente, et une histoire fascinante. Je pense que l’épisode 7, intitulé « The Queen » est un des meilleurs moments télévision que j’ai vu récemment, et si Sissy Spacek ne remporte pas un Emmy pour sa performance, quelqu’un le lui aura volé.
Je suis par contre toujours en train de ruminer autour de la direction prise dans les deux derniers épisodes. D’un côté, cela semble un peu tard pour introduire les éléments qu’ils ont apporté dans le neuvième épisode, mais d’un autre, j’apprécie qu’ils soient obligé de prendre la même décision qu’Henry prend dans le dernier épisode : que l’on croit ou non ce que l’on voit dans le neuvième épisode. J’ai longuement pensé à ces deux derniers épisodes depuis que je les ai vu (et je les ai regardé à nouveau), ce qui, je pense, les rends un succès.

Au global, une vraiment bonne série que je recommande à quiconque, et non pas juste les fans de Stephen King.
 

 

 

Club Stephen King: Y a t’il d’autres films ou series que vous me recommanderiez?

Bev Vincent: Je suis actuellement en train de regarder la seconde saison d’ “Ozark” sur Netflix, et c’est génial. N’importe quelle personne qui a apprécié la spirale destructrice de “Breaking Bad” appréciera cette série. Modérément, des gens normaux prennent de mauvaises décisions et s’enlisent de plus en plus dans des emmerdes.
J’aime beaucoup les séries criminelles, y compris de récentes productions britanniques, françaises, belges et scandinaves. Il y a une série belge « Hotel Beau Séjour » que j’ai particulièrement apprécié. Voici quelques séries que j’ai récemment regardées et apprécié : The Americans, Goliath, Jessica Jones, Homeland, The Terror, Doctor Foster, Killing Eve. Si vous allez sur mon forum à bevvincent.com vous y trouverez un sujet intitulé « Films et séries vus en 2018 » qui vous indiquera ce que j’ai vu, soit seul, soit avec ma femme.

 

 

Club Stephen King: Abstraction faite de Stephen King, quels sont vos auteurs préférés?

Bev Vincent: Mon forum a aussi un sujet « Livres lus en 2018 » qui catalogue tout ce que j’ai lu cette année. J’ai aussi un blog à onyxreviews.com où se trouvent mes critiques de plus de 500 livres lus ces vingt dernières années. Je choisis ce que je lis et ce que je critique, ce qui vous donnera un bon aperçu sur les auteurs que j’apprécie, surtout si vous parcourez l’index des auteurs et ceux qui y sont le plus représenté ! Sinon, quelques auteurs que je lis tout le temps, bien que ce ne soit pas exhaustif : Haruki Murakami, Ian Rankin, Michael Connelly, Jonathan Kellerman, Michael Koryta, Megan Abbott, Sarah Pinborough, Kate Atkinson, Joe Lansdale, Dennis Lehane, Ian McEwan, Robert Galbraith (aka JK Rowling), Dan Simmons.

 

Club Stephen King: Voudriez-vous ajouter quoi que ce soit pour les fans de Stephen King Y a-t-il quelque chose que vous auriez voulu que je vous demande?

Bev Vincent: Rien ne me vient à l’esprit. Merci pour l’interview !

 

 

> Si vous souhaitez visiter le site de Bev Vincent, ou le suivre sur Twitter
>> Le livre « Flight of fright » est actuellement disponible, en anglais

 

[flight or fright book] Flight Or Fright Stephenking Hodder

 

 


 

Club Stephen King: Hello Bev, thanks for agreeing to do this interview. For Stephen King fans that may not know you, can you please do a small introduction of yourself?

Bev Vincent: I am a dual citizen (Canada/US), born in a very small, rural community in eastern Canada. I have PhD in chemistry from Dalhousie University in Halifax, Nova Scotia and did a postdoctoral fellowship in Zurich, Switzerland for a couple of years before moving to Texas, where I’ve lived for nearly 30 years. I’ve been working for the same company for that entire period. I have a wife and a daughter, who lives in Japan with her husband and our first grand-daughter, who is now two years old.

Since 2001, I’ve been writing “News from the Dead Zone” for Cemetery Dance magazine. It’s a column that appears in every issue (and now also online) that discusses King’s work. I’m also the author of several books, as well as numerous essays, interviews and book reviews, plus a bunch of short stories.

 

Club Stephen King: You are a Stephen King and Dark Tower expert. How did you discover Stephen King’s work, and what was your reaction to it?

Bev Vincent: ‘Salem’s Lot was my introduction to Stephen King. I didn’t know anything about the book or the author when I picked up a copy in a used bookstore in 1979. I had a vague idea that I might have heard someone say good things about the book in the past. It certainly had an intriguing cover, that black paperback with the drop of blood. It was a little different from what I was reading at the time, which was mostly science fiction and fantasy. However, I was captivated by the novel—both the story and the characters—and I immediately knew I wanted to read everything else King had written, which in 1979 wasn’t much. I went to the library and got the rest of his books, then began the process of waiting for the next one, which has been a constant in my life ever since.

 

Club Stephen King: You have published numerous books about Stephen King and his universe, particularly about « The Dark Tower, » as well as contributed essays to countless number. Was The Road to the Dark Tower your first book?

Bev Vincent: If you don’t count my PhD thesis, a massive tome with an unwieldy title, one of the longest theses published by my university at the time (so long it was almost split into two volumes), then yes, that was my first book. I had been writing “News from the Dead Zone” for a little over a year when I came up with the idea for the book. Those first half-dozen or so essays helped me get the publishing contract with New American Library, as they demonstrated to the editor that I could write at length, and showed him my style.  

 

 

 illustrated stephen king companion, bev vincent 
[illustrated stephenking trivia book revised paperback Stephen King - Photo] [thedarktower companion bevvincent NAL2013 Stephen King ]

 

 

Club Stephen King: Among the books holding your name are: The Road to the Dark Tower (2004), The Illustrated Stephen King Companion (2009), which was nominated for a Bram Stoker Award and reproduces excerpts of incredible memorabilia and manuscripts, The Illustrated Stephen King Trivia Book (Cemetery Dance, 2012), The Dark Tower Companion (NAL, 2013). Did I miss any? Which was the most interesting to work on? The most challenging?

Bev Vincent: Other than some things that I’ll mention later in the interview, yes, that’s it. And I’d be remiss if I didn’t say that The Road to the Dark Tower was nominated for the Stoker Award as well, and The Stephen King Illustrated Companion was also nominated for an Edgar Award, competing against the great British crime writer PD James!

They were all interesting and challenging projects to work on. With The Road to the Dark Tower, I had the good fortune to have an excellent editor, Ron Martirano, who showed me how to turn a loose collection of chapters into a book with a through line and a narrative. For The Stephen King Illustrated Companion, I got to pick a set of King books and explore how biography influenced what he was working on at that time in his life. It was a lot of fun, too, to work with the documents researcher, who found a lot of the memorabilia that was included in the book. It was an incredibly quick project, too—barely over nine months from the time I started writing until I had the first finished copy in my hands. An amazing production. I got to exercise my wicked (in my own mind, at least) sense of humor by writing the decidedly unhelpful “hints” for the trivia questions in The Illustrated Stephen King Trivia Book! And with The Dark Tower Companion, one of the aspects I enjoyed most was interviewing people like Ron Howard, Akiva Goldsman and just about all the people involved in the creation of the Marvel Dark Tower graphic novels. Not to mention my first Stephen King interview.

 

[flight or fright book] Flight Or Fright Stephenking Hodder

 

Club Stephen King: And recently you co-edited Flight or Fright with Stephen King, an anthology of short stories about what could go wrong during a flight, released by Cemetery Dance (USA) and Hodder & Stoughton (UK and other English-speaking territories).
Can you please tell us how that book came to be?

Bev Vincent: For me, it was very much a case of being in the right place at the right time. I was invited, along with several others, to attend the Bangor premiere of The Dark Tower. I was also going to be attending a writing conference on the east coast within a week or so of that event, so I wasn’t sure I’d go. My wife convinced me to go, although it didn’t take a lot of convincing, to be honest. King’s office organized a dinner before the screening, to which I was also invited, along with Richard Chizmar, Robin Furth, some people from Sony and a group of King’s friends and relatives.

The dinner was held in a fifties-themed diner across the road from the entrance to Bangor International Airport. Most of us had flown in for the event. The airport is small, and you usually end up on a commuter airplane for the last leg of the trip. Just about everyone had a travel story to tell, and Steve—after hearing a number of these adventures—approached Rich and me. He said he’d just had this idea for an anthology that would reprint all the great scary flying stories. He mentioned Arthur Conan Doyle’s “The Horror of the Heights,” which he’d read recently, as an example. He said to Rich, who was there with his two sons, “You can publish it. I’ll write an introduction and notes for each story.” Then he paused. “I’ll need someone to help me find more stories.” I was sitting next to Rich. Right place, right time! “That’ll be your job,” he said to me.

And, just like that, the anthology was born. As soon as I got home from that trip, I started looking for stories that would fit the theme.

 

Club Stephen King: The book is also co-edited by Stephen King. How did you both manage to work together? Can you please tell us more about both of your involvement in it? How did the selection of stories happen?

Bev Vincent: We did everything by email. We never spoke by phone or met about the project in person after that dinner. Because Steve is a busy guy, I volunteered to assemble the physical manuscript and contact the authors and agents to see if the stories we picked were available. Steve suggested several stories he already knew about, and I dug up others through online searches. I made a post on Facebook without revealing why I was inquiring, looking for suggestions from my friends list. Owen King suggested one of the stories, and when Joe Hill heard about the book, he said he’d be interested in writing a new story for it. Our original plan was for it to be all reprints, but we ended up with the two new stories, which really made the book take off. No pun intended!

As it turned out, the category of short stories involving scary things on airplanes is quite small. I don’t think we left much on the table, and only one author turned us down when we asked if he’d let us include his story. Once we had all the stories picked, we decided their order.Then I sent a hardcopy of the manuscript to Steve so he could go through it and write his header notes.

 

Bevvincent

 

 

Club Stephen King: Was it stressful to collaborate with Stephen King, or was it more like an easy-going thing?

Bev Vincent: No stress whatsoever. I’ve known Steve for a long time, and we correspond frequently. Mostly we discuss things like what books we’ve read recently or make recommendations of TV shows to watch. Our tastes in those are similar. So, it wasn’t like embarking on a new relationship with someone I barely knew. And the cool thing was that we were very much on the same wavelength. When I came up with the title one morning while I was in the shower and suggested it to him, he loved it immediately. And we both thought about using the James Dickey poem at the same time. An enjoyable project from the get-go.

 

Club Stephen King: The book contains stories that span a wide diversity of genre, time and period. They are written by a lot of big names, including Arthur Conan Doyle, Richard Matheson, Ambrose Bierce, Dan Simmons, Ray Bradbury, Roald Dahl… and a brand new (and scary) story by Joe Hill. Taking aside Stephen King’s story, my favorite was Joe Hill’s « You Are Released, » while the one I liked the least was « Warbirds » by David Schow, which I found a bit difficult to get into. May I ask your top 3 stories in the book?

Bev Vincent: I always have a hard time with favorites, and there are things I love about each and every one of them. We never had any doubt that “Cargo” by E. Michael Lewis would open the anthology. It was one of my earliest discoveries, and I fell in love with the story right away, even though it is creepy and disturbing. He hasn’t published a lot, but I definitely need to check out some of his other works. I take fiendish pleasure in “Lucifer!” by E.C. Tubb because it has a terrific concept, but it features one of the most loathsome protagonists I’ve encountered. I wasn’t familiar with Tubb before finding this story, and it takes a while to get to the part of the story that makes it relevant to our anthology, but it has a fantastic “punch line” ending. And we would never have gotten away without using the most famous story in the book, Matheson’s “Nightmare at 20,000 Feet.” I suspect people are mostly familiar with it from the two Twilight Zone adaptations, but it’s interesting to see how it depicts vintage airline travel, along with the way it invokes horror through ambiguity. I hadn’t read much by John Varley, but having a science fiction story in the book really expands its scope. I recently finished reading Varley’s new novel, Ironwood Blues. Now I must read more by him!

 

Club Stephen King: Stephen King wrote an introduction in which he mentions his worst flight, as well a short story, « The Turbulence Expert, » and introductions to each of the stories. Did he give you an idea of what he was going to write about?

Bev Vincent: When Steve first suggested the anthology that became Flight or Fright, he said we could use “The Langoliers” and that he would write an introduction and notes for each story. We were well into developing the table of contents when he said that rather than use the novella, he had an idea for a new story, although he didn’t say what it was. He just sent me the finished manuscript a short while later. The problem with “The Langoliers” is that, although it’s considered by many to be a novella, for anyone else it would be a novel. It is as long as the rest of the anthology and would have overwhelmed the book. So this was a terrific alternative—who doesn’t want a new King story? He sent me the story notes one at a time as he read the manuscript, followed by the introduction. Although Steve has been interviewed a gazillion times and there are some anecdotes he has told on numerous occasions, I believe this is the first time he has related the story found in the intro.

 

 

News From Thedeadzone

 

 

Club Stephen King: The book also includes a story by a certain Bev Vincent! I was quite pleased by your story « Zombies on a Plane. » I know that, besides writing essays, you are also a fiction writer.  Can you please tell us more about your fiction? When did you start writing? How many stories have you managed to publish, and in which publications? What genre and themes do you tend to explore?

Bev Vincent: I’m glad you enjoyed “Zombies”—it was originally written for a small press zombie-themed anthology called Dead Set, published in 2010. It’s the only story I’ve ever written where the title came before anything else. I started writing short stories in the 1980s when I was in university, but I never did anything with them. I submitted one to a contest run by Twilight Zone magazine…a contest that Dan Simmons won. I was way out of my league at that point. Peter Straub was a judge for the contest; thankfully, he has no recollection of my story. And now, some thirty years later, I had the chance to include a story by Dan Simmons in Flight or Fright!

I started writing stories again in 1999, and since then I’ve published over eighty in a variety of places. Names you might recognize include Cemetery Dance magazine, Ellery Queen’s Mystery Magazine, and Alfred Hitchcock’s Mystery Magazine. I’ve had stories in several of the Shivers anthologies from Cemetery Dance and in a couple of anthologies produced by the Mystery Writers of America. I haven’t done a collection…yet…but for people interested in sampling some of my tales, I have a mini-collection as part of the Cemetery Dance Select eBook series that has four stories, and I have four other stories in a book called When the Night Comes Down from Dark Arts Press, which also has multiple stories by three other authors. Recently, I had a story in Shining in the Dark, edited by Hans-Åke Lilja, which has been translated into numerous languages. I also had the pleasure to write a Doctor Who story and an X-Files story for authorized anthologies, which was a lot of fun. They’re all listed at bevvincent.com/fiction.

I started writing horror mostly, but in recent years I’ve migrated toward mysteries and crime fiction. I like capers—I’ve written a few featuring a gang of inept crooks that I really like. Even when I venture back into horror, there’s now more of a crime element to the stories.

 

Club Stephen King: Can I ask what projects you are currently working on? Both on a Stephen King related level, but also on the writing side of things?

Bev Vincent: The next big thing, I hope, is a project I’ve been developing with Brian Keene for over a decade. We’ve known each other for a long time and always enjoy meeting up at writing and genre conventions. At one, we got to talking about the kind of music we listen to when we write. We discovered some overlap, but also realized we had some vast differences. I don’t know how we got to the idea, but we decided we would each assemble an album-length playlist for the other writer to listen to while he wrote a novella. The music wasn’t meant to inspire the story, necessarily, but rather to influence him during his creative moments. Brian is currently revising his novella. Once he’s done, we’re going to put the two together in a book called Dissonant Harmonies. My story is called “The Dead of Winter,” and it will be the longest piece of fiction I’ll have published to date. If all goes well, that might be out in 2019.

I’m putting the finishing touches on another, shorter novella that I’m submitting to a contest. Long odds there, but it’s based on a short story that I wrote nearly 15 years ago. It has evolved and changed a lot—A LOT—since then. Originally, it had supernatural overtones, but now it’s a straight vintage noir crime story.

After I finish a couple of short-term projects, I’m returning my attention to writing novels, something that has been pushed off my plate time and time again due to other commitments and a lack of time. I have plans for a series of crime novels and rough versions of three or four of them. Time to get serious about writing at length!

 

Club Stephen King: Is there a project that you wished you could work on, but never had a chance to do so?

Bev Vincent: Nothing comes immediately to mind. I’ve been fortunate in that I’ve gotten to do pretty much what I want. I do have a large trove of unpublished stories that I hope to find homes for. I proposed a Science of Breaking Bad book to my agent after that TV series ended, but he thought the time for such a book had passed, that I’d missed the chance. That would have been fun because it would have allowed me to put on my scientific hat, something I don’t use much in my writing.

 

Castle Rock Stephenking Meta Poster

 

Club Stephen King: Now that the first season of Castle Rock has been released, what have you thought of the overall show?

Bev Vincent: I’ll preface my comments by saying that I was a huge fan of the TV series Lost. Unlike many viewers of that show, I enjoyed it all the way through to the end. Castle Rock reminds me more of Lost than it does of a Stephen King work in many ways. Sure, it’s set in King’s fictional town and it has references to things from the SK Universe, but in essence it is a story about mysteries that may or may not have a rational explanation. Hell, it even has Terry O’Quinn opening a hatch, as his character John Locke did in Lost!

Having said all that, as someone who loves binging on crime series, I enjoyed Castle Rock a lot. Terrific cast, excellent production values, and a compelling story. I think episode seven, “The Queen,” is one of the best things I’ve seen on television recently, and if Sissy Spacek doesn’t win an Emmy for her work on it, she’ll have been robbed. I’m still ruminating over the direction it took in the final two episodes though. On one hand, it seemed a little late in the game to introduce the element they did in episode nine, but on the other I appreciate that we are being forced to make the same decision Henry Deaver does in the final episode: whether or not to believe anything we saw in episode nine. I’ve given those last two episodes a lot of thought since seeing them—and I watched them again—which I’d say make them successful. On the whole, a really good series that I’d recommend to anyone, not just to fans of King’s books.

 

Club Stephen King: Any other series or movies that you would recommend me to take a look at?

Bev Vincent: I’m currently watching the second season of Ozark on Netflix, and it’s terrific. Anyone who enjoyed the downward spiral of Breaking Bad will like this show. Moderately normal people making bad choices and getting deeper and deeper into trouble. I like crime shows a lot, including recent productions from the UK, France, Belgium and Scandinavia. There’s a Belgian series called Hotel Beau Séjour that I particularly enjoyed. I’ll toss off a number of series that I watched and liked recently: The Americans, Goliath, Jessica Jones, Homeland, The Terror, Doctor Foster, Killing Eve. If you go to my message board at bevvincent.com you’ll find a thread called “Movies/TV series watched in 2018” that will show what I’ve been watching, either alone or with my wife.

 

Club Stephen King: Aside Stephen King, which are your favorite writers?

Bev Vincent: My message board also has a thread called “Books read in 2018” that catalogs everything I’ve read this year. I also have a blog at OnyxReviews.com where you’ll find my reviews of over 500 books from the past two decades. I choose what I read and what I review, so that will give you a good insight into the writers I like, especially if you look at the author index and see which ones are well represented! Again, I’ll list some authors I always read, but this is far from exhaustive! Haruki Murakami, Ian Rankin, Michael Connelly, Jonathan Kellerman, Michael Koryta, Megan Abbott, Sarah Pinborough, Kate Atkinson, Joe Lansdale, Dennis Lehane, Ian McEwan, Robert Galbraith (aka JK Rowling), Dan Simmons.

 

Club Stephen King: Would you want to add anything to Stephen King fans? Is there anything that you would have wanted me to ask?

Bev Vincent: Can’t think of anything! Thanks for the interview!

 

 

 

> If you want to visit Bev Vincent’s  website, or follow him on Twitter
>> « Flight of fright » is currently available 

 

[flight or fright book] Flight Or Fright Stephenking Hodder

 





PARTAGER L'ARTICLE
AJOUTER UN COMMENTAIRE :

Partenaires pour vos achats

Publicité

Dernières actus Stephen King

Suivez-nous sur les réseaux !

Newsletter

 

Recevez l’actualité de Stephen King par email

 

Notre livre (nouvelle version!)

Calendrier

  1. Mad Movies – hors serie – Shining (réédition collector)

    12 décembre
  2. « Maximum Overdrive », bluray chez ESC Distributions!

    08/01/2019
  3. Fin de Ronde (de Stephen King, en poche chez Le Livre de Poche

    06/02/2019

Publicité

Autres contenus : Concours