Nous suivre sur les réseaux sociaux
Series

« Castle Rock » : le guide de la série et des easter eggs (références) à Stephen King

Castle Rock Guide Complet Serie

L’événément Kingien de cette année est sans conteste la série « Castle Rock », produite par JJ Abrams et inspirée par l’univers de Stephen King.

Etant donné la qualité de la série et qu’elle multiplie les références à Stephen King, nous ne pouvions que prêter un oeil très attentif à la série et vous proposer un « guide » complet, épisode par épisode, comprenant le résumé de l’histoire ainsi qu’un listing des easter eggs, ces références plus ou moins subtitles à Stephen King.

 

Cet article sera mis à jour chaque semaine, à la sortie de chaque épisode, et n’hésitez surtout pas à nous contacter par email, ou sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Instagram) pour nous signaler des erreurs, des oublis… ou nous faire part de commentaires quelconques !

 

La série était diffusée les mercredis aux Etats-Unis, sur la plateforme Hulu, et à partir de janvier 2018 en DVD / Bluray américains.
En France, la série est diffusée sur CanalPlus à partir du 18 octobre 2018!

 


Sommaire  :

Casting
Documentaire introductif
Episode 1 
Episode 2
Episode 3
Episode 4 
Episode 5
Episode 6
Episode 7
Episode 8
Episode 9
Episode 10


Castle Rock, le guide des épisodes 

Création : Sam Shaw & Dustin Thomason
Série produite par JJ Abrams, Robin Sweet, Stephen King, Sam Shaw, Dustin Thomason… 

Au casting :

  • Andre Holland (Henry Deaver) : un avocat pour les condamnés à voir, qui revient à Castle Rock, sa ville natale
  • Jane Levy (Jackie Torrance) : un nom qui n’est pas sans rappeler Jack Torrance, le père de famille dans le livre « Shining ». 
  • Scott Glenn (le shérif Alan Pangborn) : un personnage récurrent de l’univers de Stephen King
  • Noel Fisher (Dennis Zalewski) : un garde de la prison qui est notamment connu pour un rôle dans la série « Shameless »

 

Au casting, les acteurs ayant déjà travaillé sur des adaptations de Stephen King : 

  • Bill Skarsgård (le « Kid ») : un jeune homme découvert enfermé dans une cage dans les sous-sol de la prison de Shawshank. Bill Skarsgard est également connu pour incarné Pennywise (Grippe-sou) dans le film « ça« , adaptant le roman éponyme de Stephen King et dont le premier film est sorti en septembre 2017 et la suite est prévue pour septembre 2019
  • Terry O’Quinn (Dale Lacy) : le directeur de prison de Shawshank poussé à une retraite forcée, avait interprété le shérif dans le film « Peur Bleue » (1985), inspiré du court roman « L’année du loup-garou »
  • Sissy Spacek (Ruth Deaver), la mère adoptive d’Henry. L’actrice est mondialement connue pour avoir interprêtée « Carrie », dans le film de Brian de Palma, sortit en 1976.
  • Melanie Lynskey (Molly Strand) : une femme qui possède un don d’extrême empathie, pouvant ressentir les émotions des gens l’avoisinant. Elle a également joué dans « Rose Red », un téléfilm écrit par Stephen King. 
    Sur Twitter, Stephen King a déclaré ne pas penser que le nom du personnage est anodin, en évoquant un clin d’oeil à son corgi : « Molly dans ‘Castle Rock’, et ‘Molly’ aka La Chose du Mal. Coincidence? Je ne pense pas »
  • Chosen Jacobs (Wendell Deaver), le fils d’Henry Deaver. Le jeune acteur est également l’incarnation de Mike Hanlon dans la nouvelle adaptation de « ça », où il retrouve donc Bill Skaarsgard, mais avec le costume de Grippe-sou le clown. 
  • Frances Conroy (Martha Lacy), la veuve aveugle de Dale Lacy :  l’actrice avait précédemment joué dans la série « The Mist », adaptant la nouvelle « Brume » de Stephen King, où elle incarnait une femme hautement religieuse 
  • Ann Cusack, la nouvelle directrice de la prison de Shawshank : l’actrice avait joué Olivia Trelawney dans la première saison de la série « Mr Mercedes », qui était la propriétaire de la voiture qui fut volée pour perpetrée un carnage. Elle a par la suite été harcelée par Brady pour la mener au suicide. 

La musique de la série : le thème de la série est signé Thomas Newman, et la musique de la série est co-signée par lui et Chris Westlake.
        Thomas Newman avait d’ores et déjà travaillé sur les musiques des films « La Ligne Verte » et « Les évadés »!

Découvrir notre guide des personnages principaux de la série « Castle Rock« 

 


 

En introduction à la série, nous vous proposons de découvrir le documentaire « A la recherche de Castle Rock » : 

 

 

 

En complément à cet article, nous vous proposons également de découvrir : 
le documentaire « A la recherche de Castle Rock » que nous vous avons traduit et sous-titré !  
> les références de Stephen King dans le générique de la série « Castle Rock« 
> l’avis de Bev Vincent, expert et spécialiste de Stephen King

 


 

Rabid Dog Tears Cujo Castlerock

 

On préfère vous prévenir dès à présent vis à vis des références : l’idée des créateurs étant d’être subtils, ils ont donc décidé de placer subrepticement leurs références et non pas de les enchainer sans aucun sens.

De ce fait, et parce que Stephen King a écrit sur énormément de choses, il n’est pas impossible que certains des easter eggs (clins d’oeils, en français) ci-dessous  ne soient qu’une affabulation de notre part, croyant voir une référence là où il n’y en a peut-être pas…  mais dites-le nous !

 


 

Castle Rock 01

Episode 1 : Severance (Rupture*)

 

Le titre « Severance » est lié à Dale Lacy. Un « severance package », est une indemnité de licenciement. Le directeur Lacey est poussé vers une retraite forcée, mais également sa tête est coupée (severed) de son corps lors du suicide.

Scénario : Sam Shaw & Dustin Thomason
Réalisation : Michael Uppendahl
Synopsis officiel : 
Un appel anonyme amène Henry Deaver, un avocat spécialisé dans les condamnés à mort, à revenir à Castle Rock, sa ville natale.

Résumé :  

1991, en hiver. Le shérif Alan Pangborn est à la recherche d’Henry Deaver, un garçon qui a disparu depuis onze jours. Il marche à travers la forêt enneigée et utilise un baton pour appuyer sur les monticules qui pourraient correspondre à un corps. Il trouve un cerf et passe son chemin.
Arrivant à un lac gelé, il s’assoit et observe l’horizon avant d’entrendre un bruit assoudrissant et voit Henry, soudainement apparu au milieu du lac gelé.

2018. Le directeur de prison Warden Dale Lacy prépare le petit déjeuner pour Martha, sa femme aveugle. Il s’agit de son dernier jour à la prison de Shawshank, vendue à une société privée. Mais au lieu d’aller à la prison, Dave conduit aux abords de la falaise où Henry avait été trouvé.
Il s’attache un noeud coulant autour du cou, puis à un arbre, et lance la voiture dans le lac, finissant décapité.

T. Porter, la nouvelle directrice de prison obtient une leçon d’histoire de la prison dont elle prend les rennes. Elle souhaite augmenter le nombre de personnes enfermées puisque la société ayant racheter la prison souhaite rentabiliser l’affaire. Découvrant qu’une aile entière de la prison, le Block F, a été fermée à la suite d’un incendie dans les années 80s qui avait tué un grand nombre de prisonniers, elle souhaite la rééouvrir et envoie Dennis Zalewski ainsi qu’un autre garde l’inspecter. 

Les deux gardes ouvrent l’aile, trouvent des empreintes dans des cendres, et les suivent jusqu’à une écoutille en métal, fermée, qui descend dans une grande citerne à eau. A l’intérieur, se trouve une chaise, une boite remplie de mégots de cigarettes, et une cage. A l’intérieur de la cage, un homme. Le mystérieux prisonnier ne parle pas et semble timide. Il n’est sur aucun document de la prison et il est supposé qu’il servait d’esclave sexuel au directeur.
Sans aucun moyen d’identification, il est décidé de le garder dans la prison. Finalement, le prisonier dit un nom : « Henry Deaver »

Henry Deaver, maintenant adulte, est un avocat texan pour les condamnés à mort. Sa cliente actuelle, Leanne Chambers, est sur le point de se faire exécutée pour le meurtre de son mari, Richard Chambers. Elle mange son dernier repas avec Henry et ils évoquent tous les deux leurs premiers souvenirs. Il se rappelle avoir été trouvé par le sherif, sans aucun signe de gelure, alors qu’il avait disparu pendant 11 jours, en plein milieu de l’hiver.
Leanne est exécutée, mais quelque chose ne se passe pas comme prévu,  et elle trépasse après avoir agonisé sur un brancard.

A la prison de Shawshank, le directeur et ses employés ont découvert qui est Henry Deaver après avoir trouvé des rapports au sujet du jeune disparu. Ils trouvent aussi que son père avait été trouvé à moitié gelé en bas d’une falaise et avec le dos cassé. Il est mort trois jours plus tard.
Ils apprennent qu’il vit actuellement au Texas, mais refusent de l’appeler. Dennis Zalewski l’appelle anonymement et lui déclare qu’ils ont un de ses clients. Intrigué et n’ayant pas rendu visite à sa mère depuis un certain temps, Henry se rend à Castle Rock, sa ville natale.
La directrice Porter décide de mettre le prisonnier dans la cellule d’un détenu particulièrement violent, espérant qu’ainsi le problème se résoudra par lui-même.

A Castle Rock, Molly Strand achète des drogues pour arriver à supporter sa condition qui l’a rend extrêmement sensible à son environnement, ressentant les émotions des personnes alentours. Récupérant ses pillules d’oxycotin, elle aperçoit Henry Deaver, sur qui elle avait un gros béguin enfant, et éprouve des difficultés à respirer. Henry, lui, ne la remarque pas, et fonce directement à l’église.

Quittant l’église, Henry va rendre visite à Ruth, sa mère, qui ne le reconnait pas immédiatement son fils. Henry découvre que Ruth Deaver vit maintenant avec Alan Pangborn, l’ancien shérif de la ville. 
Henry questionne vis a vis du cimetiere à coté de l’église, où son père était enterré qui semble avoir été remplacé par un terrain recouvert de dalles. Pangborn lui annonce que l’église a du vendre le terrain et déplacer les corps. Enervé de ne pas avoir été au courant, il commence à penser qu’Alan profite de sa mère.

Henry va à la prison de Shawshank, demande à voir son client mais ne connait pas son nom. Les employés de la prison feignent de savoir de qui il parle, et évoque la possibilité qu’il n’ai été victime d’une farce, en ajoutant que le Maine ne réalise d’ailleurs pas d’exécution. 

De garde, Dennis Zalewski, observe les écrans de surveillance de la prison, et constate que le mystérieux prisonnier, « le kid », a disparu de sa cellule et semble se promener. Les portes s’ouvrent devant lui et il laisse derrière lui les corps des gardes assassinés.

Henry retourne dans la maison où il a grandi, et découvre au sujet du suicide du directeur Lacy. Discutant avec Pangborn, il apprend que Lasy s’est suicidé à coté du lac où il a été trouvé.
Molly sort une boite et lance un sablier. Fouillant dans une boite, elle observe un poster de recherche d’Henry, et un pull a capuche rouge.

Henry conduit vers le lieu de suicide. Il le voit comme en 1991, un désert glacé, et sens le jeune lui derrière.

Lors d’un flashback, le directeur Lacy est aux cotés du prisonier. Fumant cigarettes après cigarette, il lui dit « Quand ils te trouvent, demande Henry Deaver. Henry Matthew Deaver. »

 

 

Les références et easter eggs :

 

– Thèmes :
La saison 1 évoque volontairement l’univers carcéral des livres et films « Rita Hayworth et la rédemption de Shawshank » (nouvelle de « Différentes Saisons », transformé en film « Les évadés »), et « La ligne verte »

– La tempête du siècle :
La première scène, lorsque le shérif Alan Pangborn marche dans la neige avec un baton, nous fait penser à André Linoge dans « La tempête du siècle ». Mais il s’agit peut-être d’une idée saugrenue?

– Dreamcatcher
Lors de cette même scène, Alan Pangborn trouve la tête d’un cerf enfoui dans la neige. S’agirait-il d’un clien d’oeil à la couverture de « Dreamcatcher »? 

– Rita Hayworth et la rédemption de Shawshank / Les évadés : la prison de Shawshank
La prison est bien entendu le lieu principal de la nouvelle « Rita Hayworth et la rédemption de Shawshank », se trouvant dans le recueil « Différentes Saisons », et qui fut transformée en film par Frank Darabont sous le titre « Les évadés ». 
Stephen King mentionne par ailleurs cette prison dans plusieurs de ses livres, dont : ça, Bazaar, Dolores Claiborne, Sac d’os, Blaze, Dome, 22/11/63…

– Brume
Comme dans la bande annonce, la prison est montrée pour la première fois comme étant enveloppée de brume, évoquant par la même occasion la nouvelle du même nom. Ce texte est présent dans le recueil portant, en France, le même nom : « Brume ».

– Les évadés : chanson 
Lorsque le directeur Lacy prépare son suicide, la chanson « Sull’aria » est jouée à la radio. Extraite de l’opéra « Le marriage de Figaro », il s’agit de la même chanson qu’Andy Dufresne diffuse à la radio de la prison en étant enfermé dans le bureau du directeur, dans le film « Les évadés »

– Les évadés : une sculpture
Lorsqu’Henry est ramené par Alan Pangborn chez lui, il tient ce qui semble être une figurine ou une pièce d’un jeu d’échecs bien que cela n’y ressemble pas trop. (Risque de spoiler : on retrouvera tout au long de la série cette pièce et d’autres pièces d’un jeu d’échecs, et plus spécifiquement dans le 7e épisode où elles jouent une certaine importance. )
Dans Shawshank / Les évadés, Andy Dufresnes sculpte les pièces d’un jeu d’échec dans des savons, ainsi que d’autres figurines. Elles représentent alors des symboles de persévérance, et d’espoir.

– Le Corps (nouvelle) : Richard Chambers
Lorsque nous rencontrons Henry Deaver, celui-ci représente Leanne Chambers, une condamnée à mort. On apprend qu’elle a tué son mari, Richard Chambers. Celui-ci n’est autre que le bras droit d’Ace Merrill, dans la nouvelle « Le corps » (du recueil « Différentes Saisons », et donc du film « Stand By Me ».
Accessoirement, mais probablement sans rapport, c’est aussi le nom de famille de Jake (Jake Chambers) de la saga de « La Tour Sombre ».

– La Ligne Verte : exécution ratée
L’exécution de Leanne Chambers ne se déroule pas comme prévu, ne la tuant pas calmement. Cela rappelle indéniablement une scène du film « La Ligne Verte » (spoiler si vous n’avez pas lu/vu : « La Ligne Verte » : celle où le sadique Percy n’a volontairement pas mouillé l’éponge, rendant l’exécution de Delacroix une scène particulièrement éprouvante. )

– L’ancien directeur de prison, Samuel Norton :
Lors de l’arrivée de la nouvelle directrice, un des gardes mentionne que la prison a d’ores et déjà perdu 4 directeurs en fonctions, et qu’il y a toujours le trou réalisé lors du suicide du directeur Norton.

– Shining : la hache
Quand Dennis quitte le bureau de la nouvelle directrice de prison, on aperçoit en fond une hache de sécurité. Elle ressemble beaucoup à celle utilisée par Jack Torrance dans le film « Shining ».

– La Ligne Verte : la souris
Dans sa prison, le Kid observe une souris, qui rappelle donc bien évidemment « Mr Jingles » du livre « La Ligne Verte ».  

– Codename : mousetrap
La même souris se fait capturer par un piège à souris. On tend à penser que les créateurs ont ici glissé une référence très subtile à « Codename:mousetrap » (littéralement : « Nom de code : piège à souris »), un texte méconnu de Stephen King parce qu’il s’agit d’une de ses premières nouvelles. Celle-ci fut publiée en 1965 dans le journal de lycée « The Drum », et n’a jamais été publiée depuis.
D’ailleurs, la scène précédant celle-ci montre à la télévision de la maison un serpent tuant une souris. Juste avant que nous voyons le Kid observer une souris, qui fini par se faire tuer par un piège… intrigant, non?

– Laurie : la scène des crocodiles
Ce lien parait faible, d’autant que le scénario était probablement écrit depuis plusieurs mois, mais… on a du mal à comprendre la raison de cette scène. Elle nous fait penser, d’une certaine manière, à la nouvelle « Laurie », inédite en français, que Stephen King avait offert gratuitement en mai à ses fans.

– Les évadés : le bus
Le bus via lequel Henry arrive en ville n’est pas sans rappeler à celui du film « Les évadés ». 

– La Tour Sombre : le nom d’une auberge
Lorsqu’Henry arrive en ville et que le bus part, on voit une auberge portant le nom de « Pleasant Dreams », un écho à « Long days and pleasant nights », qui donne « Que vos journées soient longues et vos nuits plaisantes », dans l’univers de « La Tour Sombre »

 

Avez-vous remarqué des références non citées ci-dessus? N’hésitez pas à nous le faire savoir!

 

 

Vidéo explicative de l’épisode :

 


 

Castle Rock 02

Episode 2 : Habeas Corpus

 

Scénario : Sam Shaw & Dustin Thomason
Réalisation : 
Michael Uppendahl
Synopsis officiel : 
Henry a un nouveau client à la prison de Shawshank.

Résumé :  

L’épisode est raconté par le directeur Dale Lacy, sous la forme d’une lettre addressée à Alan Pangborn.

A la prison de Shawshank, l’officier Dennis Zalewski fait des recherches sur l’échappée du prisonnier, découvrant que rien de ce qu’il a vu n’est réellement arrivé. Il n’y a pas de corps, et le Kid est toujours dans sa cellule.

Lors d’un flashback, nous voyons le jeune Lacy construire la cage du futur prisonnier. « Un jour, Dieu m’a répondu »

Henry rend visite à la veuve de Lacy, et se permet de parcourir ses affaires, dont des coupures de presse. Martha découvre qu’il est en train de fouiller, et l’expulse de la maison, le temps de remarquer que le sous-sol est cadenassé.

Il se rend à l’église, où il rencontre Jackie Torrance. Le prêtre lui parle de Lacy, le présentant comme un homme bon et fortement religieux.
Au Mellow Tiger Bar, la directrice T Porter boit en s’interrogeant sur son prédecesseur, avant d’être rejointe par Alan Pangborn, qui lui évoque les propos passés de Lacy : qu’il était convaincu d’avoir trouvé les raisons des problèmes de Castle Rock, laissant sous-entendre qu’il s’agit du garçon qui a été trouvé, et il s’en va en lui disant de ne pas laisser sortir ce putain de garçon.

Cherchant à obtenir des réponses, elle et son assistant Reeves déplacent le prisonnier dans une autre cellule avec un compagnon nazi. Qui, un peu plus tard, meure d’un cancer.

Des flashbacks montrent une jeune Molly Strand, habitant en face de chez Henry, et un brin obsédé par ce dernier. Un soir, elle le voit monter dans une voiture, et à la suite de la mort du père d’Henry, étant interrogée par la police elle déclare de rien savoir de la disparition du jeune garçon, mais comme elle se retrouve seule, on remarque que de sa respiration provoque un souffle froid, comme si elle était dehors.

Henry rencontre à nouveau Jackie, dans un bar. Elle lui raconte comment la ville a transformé ce qu’il s’est passé à son sujet et celui de son père, en véritable légende urbaine. La théorie principale, étant que c’est Henry qui a poussé son père de la falaise et qu’il a ensuite cherché à s’enfuir. Quand Jackie lui demande si une autre rumeur est vraie, selon laquelle il aurai perdu trois doigts de pieds à cause de gelures.

Henry rentre à la maison, et remarque Alan cherchant à déterrer le cadavre d’un chien de la cour. Ruth Deaver pense que le chien est toujours vivant, mais Alan Pangborne est déterminé à lui prouver  que ce n’est pas le cas. 

Henry et Zalewski montent un plan pour que le premier puisse accéder au prisonnier. Henry se glisse parmi une paroisse religieuse itinérante arrivant à la prison, et observe le grillage, tandis que Zalewski fait sortir le Kid pour qu’ils puissent se rencontrer.

Ailleurs, un chien déterre la tête coupée de Lacy, qui n’avait pas été retrouvée avec le corps.

 

 

Les références et easter eggs :

 

– Cujo & Dead Zone :
o Lorsque le directeur Lacy raconte les des atrocités qui se sont déroulées à Castle Rock, il mentionne un chien (Cujo) et un étrangleur (Dead Zone).
o Une nouvelle allusion à « Cujo » est réalisée au travers d’une publicité pour les céréales « Sharp Cereal », puisque Vic Trenton travaille pour une agence de pub travaillant pour le compte de ces céréales.

– Billy Barrage (Blockade Billy) : la scène de baseball
On l’avoue, c’est sans doute tiré par les cheveux, mais cette scène de baseball doit pourtant avoir une symbolique. 
Notre première pensée a été envers la nouvelle « Billy Barrage », du recueil « Le bazar des mauvais rêves ». Après tout, Lacey (en rouge) se fait plaquer au sol par un membre de l’équipe des anges, comme dans une scène du texte. Mais le plaqueur porte le numéro 20, alors que dans la nouvelle, Billy porte le 19…. donc peut-être pas une référence?
En tout cas c’est bien entendu le cadre idéal pour le suicide de la mascotte, son frère.

– Rose Red : la petite fille qui regarde la mascotte
Peut-être un peu tiré par les cheveux, mais on y pense depuis plusieurs semaines sans arriver à nous décider. La fille qui remarque la mascotte qui va sauter, porter un béret rose. Cette petite fille nous fait un peu penser à la jeune Rachel, portant elle aussi un bonnet (rouge), dans le téléfilm « Rose Red« .
Certes ce serait un peu faible comme lien. Mais on sait également que dans le téléfilm, Rachel est jouée par Mélanie Lynskey, qui joue Molly dans « Castle Rock »

– Shining : la mascotte
Une scène étrange du film « Shining » de Stanley Kubrick est lorsque l’on voit une personne déguisée en ours faire une fellation à un homme âgé (Horace Derwent, un ancien gardien de l’hotel). La caméra est remarquée, et les deux nous observent.
Il y a donc un certain point de convergence avec la scène où l’on voit une mascotte (une personne portant le costume d’un cougar) observer la petite fille (qu’on a l’impression d’avoir déja vu au passage…) et lui faire un concou pendant un certain temps… avant de sauter.
S’agit-il juste d’une scène étrange, ou y a t’il un lien avec « Shining »? On l’avoue, comme pour la mention de « Barrage Billy » si dessus, on n’en ai pas vraiment certain…

– Le Corps (nouvelle) : le corps retrouvé aux cotés d’un chemin de fer
o Il continue en évoquant la découverte du corps d’un garçon à coté d’un chemin de fer, ce qui est correspond bien évidemment à la nouvelle « Le Corps » (du recueil « Différentes Saisons »), transformé en film « Stand By Me ».
o Le dealer auquel Molly achète son Oxy s’appelle Dean Merill, du nom de famille d’Ace Merill, le méchant de « Le corps » et « Stand By Me », interprété par Kiefer Sutherland dans le film, également mentionné dans le roman « Bazaar »

– Shining : une scène ensanglantée
o Toujours lors des mêmes paroles par Lacy, des images sont montrées d’une salle de bain ensanglantée, rappelant  des images similaires de « Shining » ?
o Le sang qui coule rapidement en descendant d’un escalier, ne serait-ce pas une référence a la scène classique du sang qui découline de l’ascenceur de « Shining »?
o Le bureau du directeur Lacy contient une pile de calendriers portant tous la même citation, démontrant une véritable obsession, comme Jack avec la célèbre phrase « All work and no play makes Jack a dull boy » de Shining

– Christine : suicide par monoxyde de carbone
Parmi les autres événements tragiques qui se sont déroulés dans la ville, on voit une femme tuant son mari via les gaz de sa voiture… comme dans une scène du livre « Christine »  

– Shining : Jackie Torrance
Un des personnages principaux de la série, est une femme intéressée par le macabre, et portant le nom de Jackie Torrance. 
Est-ce qu’elle a un lien de parenté avec Jack Torrance de « Shining »? 

– Le shérif Norris Ridgewick :
Dans un flashback, le shérif interrogeant Molly au sujet de la disparition d’Henry, n’est autre que Norris Ridgewick, qui a remplacé son prédécesseur, Alan Pangborn.
Ridgewick a été le shérif Adjoint d’Alan Pangborn, de 1981 à 1991 et apparait notamment dans les livres « La Part des Tenebres », « La Part des Tenebres », « Bazaar », « Jessie » et est celui qui a capturé Joubert dans « Jessie ». Après 1991, il prendra la place de Pangborn, et apparaitra à nouveau dans « Sac d’os » et « Histoire de Lisey ».

– Un élève doué / Dead Zone: un poster d’Hitler
Un exemplaire du magazine Times, posé sur une table, montre une couverture avec Adolf Hitler, évoquant par la même occasion « Un élève doué », la nouvelle du recueil « Différentes Saisons » ou « Dead Zone », dans lequel le leimotiv est de demander si, sachant ce que l’on sait aujourd’hui et qu’on était en mesure de voyager dans le temps, on tuerai Hitler.  Merci à JC Maur

– Misery : la machine  à écrire
Au moment moment que le magazine Times avec Hitler sur la première de couverture, se trouve une machine à écrire. Une référence à « Misery » peut-être?

– Bazaar / Cujo / Le Corps : 
Parmi les coupures de presse que feuillete Henry chez la veuve Lacy se trouve des titres évoquant : un titre au sujet d’un étudiant blessé à son travail  (la nouvelle « la presseuse » peut-être?), un chien enragé parcourant la ville (« Cujo »), le propriétaire disparu suite à l’incendie d’une boutique de curiosités (« Bazaar ») avec le nom de Leland Gaunt encadré, et la découverte d’un corps à proximité d’un chemin de fer (« Le corps », et « Stand by Me »).

– Bazaar : avec le bar Mellow Tiger 
Plusieurs scènes de la série prennent place dans le bar Mellow Tiger, le seul bar de Castle Rock et que l’on retrouve dans plusieurs histoires de Stephen King. Notamment dans « Bazaar », où deux habitants s’entretuent à coup d’armes à feu.

– La tempête du siècle :
A la fin, Jackie Torrance évoque qu’Henry Deaver s’est perdu dans une « tempête des neiges géante, digne du guiness book des records »… comme « la tempête du siècle »

– Simetierre
Alan Pangborn cherche à déterrer un chien mort parce que Ruth a perdu sa tête et pense que le chien du voisin traine toujours dans le parage. Il veut donc lui prouver qu’il n’est pas revenu à la vie… comme dans « Simetiere »

 – Dreamcatcher
Cherchant à obtenir des réponses, la directrice  et son assistant Reeves déplacent le kid dans une cellule avec un autre prisonnier, nazi. Celui-ci finira par mourir d’un cancer survenu brutalement : « Cancer » était le nom de travail du livre « Dreamcatcher ». Référence ou non?
Dans tous les cas, contrairement à la nouvelle « Chambre d’autopsy 4 », il est bien mort!

– 1408 : le tatouage sur le front du nazi
Le camarade de cellule du Kid, un nazi, possède le chiffre 1488 sur le front. S’agit-il d’une référence à la nouvelle 1408 de Stephen King, dans laquelle il est question d’une chambre (d’hotel) hantée?
D’ailleurs, leur cellule est la « 9 », mais une marque sur le mur, juste avant ce nombre suggère le chiffre « 19 », hautement symbolique chez Stephen King.

– Sa majesté des mouches, de William Golding
Ce livre est lu par le prisonnier nazi cohabitant avec le Kid. Ce livre est un des préférés de Stephen King, et comporte par ailleurs  un monument dénommé « Castle Rock ». Stephen King a écrit une introduction pour l’édition anniversaire du livre, célébrant les 100 ans de l’ouvrage.
Un des co-créateurs s’est d’ailleurs exprimé au sujet de cette scène : « l’idée qu’un skinhead de ce genre se retrouve avec le Kid, qu’il est en train de lire ce livre de survie et de cruauté et de solitude, est poétique, mais a aussi une ferme connection à l’univers de Stephen King »

– Poste de nuit / La créature du cimetière :
Discutant avec sa soeur, Molly Strand évoque son souhait de redonner vie à une ancienne usine de textile, probablement celle de la nouvelle « Le Poste de Nuit » (recueil : « Danse Macabre »), infestée par une colonie de rats géants dans l’histoire de King.
Molly évoque également le « Nan’s luncheonette », soit littéralement, « le snackbar de mamie ». Ce lieu existe notamment dans la nouvelle « Le molosse surgi du Soleil » ( Minuit2/Minuit4), ainsi que dans « ça ». Mais ce lieu a brûlé, et il semblerait donc que le seul bar soit maintenant le Mellow Tiger.

– Dead Zone, et le don du « shining »
o Molly évoque être supersensible et a besoin de stupéfiants (oxycocodone) pour lui permettre d’amoindrir ces émotions et lui permettre de vivre une vie à peu près normale.
Cette capacité n’est pas sans rappeler celle d’un autre habitant de la ville de Castle Rock, à savoir Johnny Smith, dans le livre et le film « Dead Zone » qui a un « don » similaire lorsqu’il touche des individus, mais également et surtout nous évoque… le don du shining ! 
Pour la création de ce personnage possédant un don malheureux, les producteurs ont déclaré s’être inspiré de « Carrie » et de « Charlie ».

 

Avez-vous remarqué des références non citées ci-dessus? N’hésitez pas à nous le faire savoir!

 

Vidéo au sujet des références dans les épisodes 1 à 2 : 

 

 

Vidéo explicative de l’épisode :

 


 

Castle Rock 03

Episode 3 : Local Color (Couleur locale, le nom de l’émission télévisée)

 

Scénario :  Gina Welch
Réalisation :  
Dan Attias

Synopsis officiel : Le passé resurgit pour Molly Strand.

Résumé :  

1991. La jeune Molly Strand traverse la route pour se rendre chez Henry Deaver. Ce dernier est disparu, alors que son père, trouvé à moitié gelé a le dos cassé. Allongé sur son lit, il est maintenu en vie par une machine l’aidant à respirer. Molly déconnecte le tube et le regarde mourir.

2018. Jackie Torrance parle avec Molly de son apparition télévisée à  « Local Color », une émission locale. Ils évoquent Castle Rock, et Molly semble ressentir Henry arriver juste avant qu’il n’ouvre la porte. Elle commence à entendre des bribes de conversation qu’Henry avait eu auparavant, et qu’elle n’avait donc théoriquement pas pu entendre. Ils parlent, et elle sait de suite qu’il veut vendre la vieille maison de sa famille. En flashback, Molly invite Henry dans sa chambre à regarder des posters.

A la prison de Shawshank, le prisonnier mange un repas pendant que les autres l’évident. Soudainement, il regarde fixement le portrait au mur du directeur Lacy. 

Molly et Jackie vont chez la première et la trouve saccagée. Quiconque a fait cela a aussi renversé la boite contenant les souvenirs d’Henry, que Jackie remarque. Alors que Molly se prépare pour son interview, elle est prise de panique lorsqu’elle découvre qu’elle n’a plus de pilule. Elle se rend alors chez son dealer, qui n’en a plus non plus et lui recommande de voir un autre fournisseur.
Le lieu est rempli d’enfants jouant un drôle de jeu, et elle arrive à récupérer des pillules mais la police arrive et l’embarque.

Henry est à la station de police à la recherche de renseignements pouvant connecter le Kid à Dale Lacy. Il veut des informations sur la mort de Lacy, mais comme il s’agissait d’un suicide, le dossier a été fermé. Découvrant que Molly est en prison, il la fait sortir. Stressée et en panique, elle admet à Henry qu’elle ressent ce que les personnes alentours ressentent. Certaines personnes, telle qu’Henry, ont davantage d’emprise, et les émotions la submerge. « Des choses se passent lorsque nous sommes ensembles, et ça peut être envahissant. »

Il ne la prend pas au sérieux, mais commande un taxi pour aller directement à l’émission pendant qu’ils en ont encore le temps.

Arrivée à la chaine télévision, elle est vite préparée avant d’être jetée devant la caméra. Se sentant engloutie par les émotions et les voix, elle semble s’évanouir. Mais rapidement, et au lieu de parler de son projet immobilier, elle révèle publiquement la présence du Kid à la prison de Shawshank.

La mauvaise publicité force la directrice Porter à parler avec Henry. Elle propose un règlement de 300 000 dollars pour que le prisonier signe un document l’empêchant de dévoiler ce qu’il a vécu ici. Mais pas idiot, Henry sait qu’il peut récupérer bien plus d’argent, mais demande à voir son client pour évoquer la proposition.

Quand Henry lui parle, le Kid lui demande si « ça a commencé », et si « il l’entend maintenant ». Lors d’un flashback, nous découvrons que ce sont les mêmes mots que le père d’Henry lui avait dit juste avant qu’il ne courre dans la forêt.

Molly rentre chez elle, qui a été mise sans dessus dessous, et elle est convaincue qu’elle n’est pas seule. Entendant des bruits à l’étage, elle s’arme d’un couteau et rencontre un prêtre ensanglanté qui lui crie « Observe! Je vais te dévoiler un mystère! » avant de disparaitre.

 

Les références et easter eggs :

 

– Stephen King : le slogan de Molly
L’accroche commerciale de Molly, affichée sur des posters est « Vivez comme un roi »! (Live like a King »)

– L’image du prêtre et des religieux chez King
Le père adoptif d’Henry Deaver, est un prêtre. Cela correspond donc à un archétype de King, et les producteurs ont déclaré s’être inspiré de la mère de « Carrie », la mère Abigail (« Le Fléau »), ou encore du père Callahan de « Salem » et de « La Tour Sombre ».

– Peur Bleue : le rêve de Molly dans l’église
Dans un de ces rêves, Molly rêve (ou plutot fait un cauchemar) d’une église remplie de personnes recouvertes de bandages. Scène particulièrement stressante qui n’est pas sans rappelée une du film « Peur Bleue » (inspiré du court roman « L’année du loup-garou »), dans laquelle les individus se transforment… en loup-garou.

– Dead Zone : le kiosque a musique
La maquette que Molly construit place en son centre un gazebo, un kiosque à musique / petit pavillon de jardin, qu’elle décrit à Jackie comme un lieu paisible.  c’est une référence directe au film « Dead Zone », où une femme est tuée par le tueur Frank Dodd. 
Comme le précise SKF, Molly précise à deux reprises le terme de « gazebo », terme que dit d’ailleurs le jeune Eddie Kaspbrak dans le nouveau film « ça »  à la place de placebos.

– Simetierre : le groupe Punk des Ramones
Durant un des flashback, lorsque Molly invite Henry a voir les posters de sa chambre, on ne peut que constater un poster au sujet des Ramones. Stephen King est un grand fan de ce groupe de punk, qui a écrit la chanson titre du film « Simetierre », et en plus Stephen King a écrit en 2003 un essai inroductif intitulé « We’re a happy family » pour un album CD de reprises du groupe.

– Jessie : le pain que mange le Kid
Un internaute a trouvé une référence subtile, intelligente et… délicieuse : le Kid ne mange que du pain. Nous n’avons pas réussi a confirmer qu’il s’agit de la marque « Wonder Bread », mais dans le roman « Jessie », Raymond Joubert a un sandwhich particulier sur son siège. « Le truc qui dépassait entre les deux tranches de pain de mie était visiblement une langue humaine, barbouillée de cette moutarde jaune vif dont raffolent les mômes. » Mômes = Kids

– L’ancien directeur de prison, Samuel Norton :
Une photo d’un ancien directeur de prison est accrochée au mur, aux cotés du portrait de Lacy, que le Kid ne peut s’empêcher d’observer. Il s’agit du directeur du film « Les évadés »

– Contraband : une publication contenant des textes de Stephen King
A coté de la photo des deux anciens directeurs de la prison est encadré un texte « Contraband »… qui est le nom d’une publication ayant incorporé deux textes de Stephen King, en 1971.

– Ça / Pennywise
A la fin de sa discussion en prison avec le Kid, Henry déclare qu’une fois sorti et qu’il aura fait un procès, il possèdera l’état entier, et faire ce qu’il veut. Comme transformer la prison en un garage pour bateau. Référence volontaire au bateau de Georgie, dans « ça »?

– Les enfants du maïs / La Tour Sombre : les enfants masqués
Scène oppressante : les masques que les enfants portent dans l’étrange maison où Molly entre, nous évoquent la nouvelle « Les enfants du maïs », du recueil « Danse Macabre »… mais également le livre fétiche de King, « Sa majesté des mouches » dans lequel les enfants ont créé leur propre société.
Les masques rappellent également ceux que les « hommes de bas étage » portent, mais dans l’univers de « La Tour Sombre » ils portent des masques humains pour cacher leur animosité, alors que c’est ici l’inverse… d’ailleurs, Molly ne porte t’elle pas un manteau jaune? Ne serait-ce pas directement une référence au titre « Crapules de bas étage en manteau jaune » (du recueil « Coeurs Perdus en Atlantide »)?

– Shining : la scène de la salle de bain avec un gros couteau de cuisine
A la fin de l’épisode, Molly traverse sa maison mise sens dessus dessous avec un gros couteau de cuisine pour se défendre d’un potentiel intrus chez elle. Cette scène n’est pas sans rappeler Wendy Torrance étant poursuivie par Jack à travers l’hotel, d’autant plus que Molly cherche à se réfugier dans la salle de baincomme Wendy!

– La tempête du siècle : la cassette brûlée
La cassette que brûle Henry semble mentionner la date de 23/11/89. La date ressemble un peu au titre du roman 22/11/63 (?), mais à cette date, une tempête de neige a frappé les côtes de Nouvelle Angleterre. S’agirait-il d’une référence au roman « La tempête du siècle », ou la date a t’elle une autre signification?

– La Ligne Verte : les « moon pies » 
Selon le site IGN, dans l’épisode 3 nous découvrons que le dernier repas du directeur Lacy avant son suicide était constitué de « Moon Pies »… qui est au centre d’une blague dans le film « La Ligne Verte »

 

 

Avez-vous remarqué des références non citées ci-dessus? N’hésitez pas à nous le faire savoir!

 

Vidéo au sujet des références dans l’épisode 3 :

 

Vidéo explicative de l’épisode :

 


 

Castle Rock 04

Episode 4 : The Box (La boite)

 

Date de diffusion : 1er aout 2018

Scénario :  Scott Brown
Réalisation :
Michael Uppendahl

Synopsis officiel : Henry se prépare pour sa journée au tribunal, un cercueil arrive à « Castle Rock »

Résumé : 

Henry fait un rêve dans lequel il semble être enfermé dans un sous-sol, laissant penser à sa disparition, et se réveille en sursaut lorsque la porte de sa chambre s’ouvre.

Dennis Zalewski (le garde) démarre sa journée de travail en se rendant dans la salle de surveillance de la prison.

Le Kid reçoit dans sa cellule la visite du subordonné de la directrice, qui lui dit qu’il aurait du accepter l’offre de la société gérant la prison (la société privée de sécurité qui a réussi a capturer Saddam Hussein) , parce qu’il avait torturé et maltraité des terroristes. 

Henry & Alan Pangborn vont voir le nouveau terrain où doit être enterré le père adoptif d’Henry.

Au Mellow Bar Tiger, Henry & Molly discutent de l’offre de 300 000 dollars faite au Kid pour reprendre sa vie à zero. Perturbé et fatigué, Henry déclare faire des rêves éveillés et Molly lui avoue avoir des visions, parfois du passé…
Dennis vient à leur rencontre pour montrer à Henry un dessin représentant la cage qu’il considère comme une preuve pour l’audition prévue la semaine d’après, et lui déclare ne plus pouvoir supporter son travail à la prison, les conditions, les violences des gardes, et qu’il se sent lui-même aussi prisonnier.
« De mauvaises choses se produisent ici, parce que des personnes mal intentionnées se semblent en sécurité ici »

A la prison, Dennis va voir le Kid pour lui dire qu’à la suite  de son témoignage, ils pourront tous les deux sortir. Il se rend ensuite en salle de surveillance, où il dessine des sourires sur les écrans.

Henry regarde des couputres de presse sur micro-films au sujet du passé de la prison et voir passer des articles autour de sa disparition. Un de ceux-ci le mène à s’interroger sur un des anciens voisins d’où il a disparu, Vincent Desjardins.

Molly organise une visite à portes ouvertes de la maison Lacy, essayant en vain de cacher les objets montrant la mort du mari. Le couple remarquant un des objets qu’elle s’efforçait de cacher, elle fini par leur révéler qu’un étrangleur en série est mort dans sa maison et qu’elle dort pourtant comme un bébé…. avant de leur dévoiler que la ville possède un passé un peu particulier, mais que les prix de l’immobilier vont monter en flèche. 

Henry rend visite à la propriété de Desjardins, dans les bois, et remarque un cabanon verrouillé. Il fait la rencontre du frère de Vincent, qui lui dévoilé que son frère n’a finalement jamais habité ici et lui fait découvrir le dossier de la police sur la disparition d’Henry. Il y a quelques années, le dossier s’était retrouvé dans un sous-sol dans lequel une canalisation a éclaté. Les papiers ont fini dans une poubelle, et il les a récupéré voulant découvrir ce qui était écrit sur lui, car il était un des suspects car habitant aux alentours du lieu de disparition.

Le cercueil de Mathew Deaver est déterré pour être déplacé.

Henry accuse Alan de ne pas avoir bien mené son enquête en évoquant le cas de Desjardins qui n’avait pas d’alibi et donc la propriété n’avait été que partiellement fouillée. A son tour, Alan l’accuse d’avoir poussé son père de la falaise, car ce dernier, sur son lit médical, avait écrit à Alan « Henry did it » (Henry l’a fait), et le lendemain Mathew était retrouvé mort.

Henry, prit de doutes et de désespoir, va voir Molly, avec qui il va passer la nuit.

Le cercueil est déplacé.

Henry appelle Dennis pour lui dire qu’il doit quitter Castle Rock le plus tot possible, lui suggère de tout abandonner, et de laisser le Kid accepter l’offre de la prison.

Dennis, en ayant marre de la violence et de l’ambiance de la prison, décide de prendre les choses en main et de tuer ses collègues… jusqu’à ce qu’il fasse abattre à son tour. Juste devant Henry.

 

 

Les références et easter eggs :

– Dead Zone : le manteau du tueur
Avant d’entrer dans la salle de surveillance, on remarque à côté de Dennis Zalewski des manteaux. C’est peut-être un brin tiré par les cheveux, mais on a immédiatement pensé à Frank Dodd,  l’étrangleur de « Dead Zone ». 

– Bambi : la visite de la maison Lacy
Molly fait visiter la maison de la veuve Lacy : bien entendu les ballons sont une référence évidente à « ça », mais parmi les ornements se trouve la statue d’une biche. S’agirait-il d’une référence à Bambi, un des tous premiers films que Stephen King ai vu?
L’écrivain a d’ailleurs déclaré que « Walt Disney a effrayé bien plus de gens que je ne le ferai jamais ! Quand la mère de Bambi explique à son faon le danger qui vient, que les hommes sont entrés dans la forêt, elle résume tout : nous, les hommes, sommes les monstres. »

– Salem : le déplacement du cercueil
Est-ce que, d’une certaine manière, le déplacement du cercueil ne vous fait pas penser à « Salem », lorsque le cercueil arrive à la maison Marsten?

– Un épisode de la série « La quatrième dimension »
Voici une référence qui n’est pas associée à Stephen King, mais qui est très intéressante. Lorsqu’Alan entre chez Ruth, un épisode de la série « La Quatrième Dimension » est diffusé à la télévision. Risque de spoiler :  Bev Vincent l’avait remarqué, et précisait qu’il s’agit de l’épisode  « l’homme qui hurle », de la saison 2, épisode 5. Avant d’ajouter que « L’incapacité à reconnaitre le Diable a toujours été la plus grande faiblesse de l’homme »

– Ça: Dennis Zalewski et le Kid
Lorsque Dennis Zalewski vient parler au Kid dans sa cellule, la scène n’est pas sans rappeler celle de Pennywise (incarné par le même Bill Skarsgard) avec Georgie : Dennis tend même le bras !

– L’image de la faucheuse (Brume)
Dans la cellule du Kid, on entrevoit une multitude de graffitis, mais l’un d’eux parail non négligeable : « The reaper is watching you ». Le terme de « Reaper » (la faucheuse) peut paraitre assez générique, mais il peut aussi évoquer « The reaper’s image » (« l’image de la faucheuse », en français), une nouvelle du recueil « Brume ».

– Le fléau / Mr Mercedes: Dennis Zalewski dans la salle de surveillance
Dans la salle de surveillance, Dennis Zalewski dessine des smileys sur les écrans. Comme SKF le rappelle, ce symbole se trouve sur un des boutons de la veste de Randall Flagg dans « Le Fléau », et est très utilisé par Brady dans « Mr Mercedes » pour narguer Bill Hodges.

– Dreamcatcher : dans la maison de Ruth
Lorsque Ruth vide des poissons, on constate des choses accrochées au plafond. Nous avions initialement pensé à de grands attrapes-rêves (donc une référence au livre « Dreamcatcher » de Stephen King), mais on nous a depuis signalé que cela semble plutôt être des herbes aromatiques. 
Les créateurs semblant subtils dans l’intégration de références, ils ont peut-être essayé de suggérer des attrape-rêves… ou peut-être pas.

– Le Corps et Carrie : avec Desjardins
o Henry rend visite à la propriété Desjardins. On y découvre le nom de Vincent Desjardins, un des membres du gang d’Ace Merrill.
o Il s’agit également (presque) du même nom de famille de la professeur de gymnastique dans « Carrie ». La  nuance étant qu’elle s’appelle Rita Desjardin (sans « s » à la fin). Il n’y a donc peut-être pas de lien de parenté.

– Histoire de lisey / Pompes de basket
Chez les Desjardins, la camera semble s’attarder sur : une pelle, référence à « Histoire de Lisey », et une paire de chaussures vides : références à la nouvelle « Pompes de Basket » (du recueil « Rêves et cauchemars »), ou au poster de « Gone », le court métrage de Richard & Billy Chizmar auquel King a prêté sa voix?
Ou pensez-vous qu’on a perdu la tête et qu’il n’y avait aucune référence ici?

– Gerald Winters et sa mésaventure
On a beau avoir fouillé la scène durant laquelle Henry traverse les pièces remplies de bazar, nous n’avons pas remarqué d’éléments directement rattaché à King.
Ceci est probablement accidentel, car il ne s’agit pas directement de l’univers de Stephen King et parce que l’écriture avait sans doute été réalisée plusieurs mois avant l’incident… bien qu’il serait probablement possible de l’intégrer par la suite : en début d’années, Gerald Winters, collectionneur et propriétaire d’une boutique dédiée à Stephen King, a vécu un incident durant lequel une partie de sa collection se trouvant au sous-sol a été détruite à cause d’une canalisation qui a explosé.
Le frère Desjardins évoque un accident du même acabit concernant le lieu où se trouvait le dossier de police sur la disparition d’Henry Deavers…

– Un bocal… particulier
Toujours chez Desjardins, nous apprenons que Vincent a réalisé une fraude à l’assurance en se coupant quatre doigts (tu parles d’une fraude!). Son frère les a gardé dans un bocal, que la police avait fini par embarqué, trouvant cela suspicieux.
Cela nous a immédiatement fait pensé à une citation attribuée à Stephen King, qui provient initialement de l’auteur Robert Bloch : « Les gens pensent que je dois être une très étrange personne. Ce n’est pas vrai. J’ai le coeur d’un petit garçon. C’est dans un bocal, sur mon bureau. »

– Carrie
Selon le site IGN, cet épisode contient un monologue de Ruth sur les gens bizarres de « Castle Rock », et elle mentionne une femme accusée de satanisme pour avoir éventrer ses cochons… devons-nous rappeler que l’actrice a, dans le film « Carrie », fait l’objet d’une blague de mauvais goût puisque son personnage a été recouvert de sang de cochon durant la célèbre scène du bal de fin d’année?

  

Une vidéo intéressante au sujet de cet épisode : 

 

 

Vidéo explicative de l’épisode :

 

Avez-vous remarqué des références non citées ci-dessus? N’hésitez pas à nous le faire savoir!

 


 

Castle Rock 05

Episode 5 : Harvest (Moisson)

 

Date de diffusion : 8 aout 2018

Scénario :  Lila Byock
Réalisation : 
Andrew Bernstein

Synopsis officiel : Un étranger arrive en ville ; la ville de Castle Rock honore le shérif Pangborn.

Résumé : 

2016, Henry Deaver réalise des examens médicaux parce qu’il a des interférences et bruits gênants dans l’oreille droite.
Les alentours de la ville sont en prise à des feux de forêts virulents.
Le cercueil de son père a explosé. Il installe des caméras de surveillance dans la maison de sa mère.

Le Kid sort de prison.

En flashback, Lacy évoque au Kid avoir entendu la voix de Dieu et l’a guidé à l’enfermer. Mais après toutes ces années, il ne sait toujours pas ce qu’il est, ni si il a fait la bonne chose.

Le Kid subit à son tour des tests psychomoteurs. A sa sortie, il est ensuite amené par Molly et Henry dans les bureaux de Molly où ils lui préparent un lit gonflable.

Le Kid sort et se promène dans les rues, rendant visite à une famille célébrant l’anniversaire du petit garçon, Gordie. Mais le père fini par prendre le couteau et tuer sa famille.

Une voix off à la radio évoque les violents feux de forêts qui se propagent rapidement, sans que les pompiers n’expliquent l’élément déclencheur ou pourquoi leurs outils n’arrivent pas à les atténuer et les éteindre.

Jackie apporte le petit déjeuner aux bureaux de Molly, absente, et fait la rencontre du Kid, nu.

Cérémonie à l’honneur d’Alan Pangborn, dont un pont prendra son nom.
Un chien qui aboie semble perturber Ruth, qui fini par se jetter dans la rivière.

Jackie est en train de fumer de l’herbe aux cotés du Kid. Elle évoque un accident lors d’un noel passé durant lequel la famille voisine est morte asphyxiée suite a une fuite de gaz. Parlant de la ville, elle évoque également un serial killer (l’étrangleur) et un chien enragé (Cujo) et qu’un de ses oncles a essayé de tuer sa femme et son enfant à la hache dans une station balnéaire de luxe (Shining). Ses parents ne le lui ont jamais dit et quand elle l’a découvert, elle a pris son nom de famille (Torrance), juste pour les embêter… son vrai nom étant Jackie Diane.
A la radio, on entend qu’un hélicopère de pompiers à explosé en plein vol, tuant également des pompiers au sol…

Alan Pangborn, dans une discussion à coeur ouvert avec Henry lui dit « Live free or die », en attendant que Ruth se réveille à l’hopital.
Sur son lit d’hopital, Ruth évoque que « rien ne reste mort dans cette ville ».

Le Kid, au sommet d’un immeuble semble écouter les voix de tous les habitants de la ville. « Je ne devrai pas être ici, je devrai être (resté?) dans le trou ». De peur qu’il ne saute, Molly essaie de le rassurer.

Suite à cet incident Molly va chez Henry, lui explique la puissance des ondes que le Kid dégage. Henry ne la croit pas, alors elle lui dit ce qu’il ressent, avant de lui dire qu’elle sent qu’il y a qq chose de pas normal au sujet du Kid… au moment même où il entre dans la pièce.

Henry l’emmène dans le grand garage à coté de la maison pour qu’il ait un endroit où dormir. Le Kid se met à jouer du piano s’y trouvant.

La nuit, le kid se promène dans les bois. Alan Pangborne remarque sur son téléphone connecté aux caméras que le Kid se déplace et va le confronter. Il évoque qu’il l’a immédiatement reconnu, parce qu’il avait arrêté la voiture de Lacy, et lui avait fait ouvrir le coffre après avoir entendu des bruits. Ce dernier lui avait dit de lui faire confiance, et le shérif l’avait laissé partir.
Mais c’était il y avait 27 ans, et lui a vieillit, tandis que le Kid n’a pas vieilli d’un jour. En 27 ans.

Il lui demande si il est le Diable : Non.

Alan, énervé, déclare qu’il a fait tout ce qu’il pouvait pour garder les citoyens de Castle Rock en sécurité. Il a attendu 30 ans pour avoir la femme qu’il aime, mais maintenant qu’il l’a, il l’a perd….
Le Kid lui dit qu’il peut l’aider (Ruth)…

« Tu n’as pas idée de ce qu’il se passe, n’est-ce pas? »

Alan avoue qu’il perd l’amour de sa vie, Ruth, qu’il aime depuis plus de 30 ans… et le Kid lui dit « Je peux l’aider »

 

 

Les références et easter eggs :

– La rédemption de Shawshank / Les évadés
La vidéo que regarde le Kid avant de sortir de prison est présntée par Lou Hadley. Aurait-il un lien avec Byron Hadley, le garde méprisant de la prison qui a tué (spoiler : l’ami d’Andy Dufresnes ) sur les ordres du directeur Norton?

– N. : les chaussures du Kid
Lorsque le Kid sort de prison, ses chaussures montrent « N ». Certes cela pourrait être un moyen détourner pour ne pas afficher une certaine marque, mais pourquoi faire s’attarder sur plan de ces chaussures?
De ce fait, on se demande si ce ne serait pas une référence à la nouvelle et bande dessinnée « N ». Spoiler sur cette nouvelle : cette histoire raconte l’histoire de « N. », le patient d’un psychiatre qui est convaincu qu’il est devenu le gardien d’un portail vers une autre dimension, et que s’il ne fait pas certaines actions, le portail s’ouvrira et libèrera des monstres…

– Compresseur à air bleu
Lorsque Molly et Henry gonflent le matelas pour le Kid, ils utilisent un souffleur automatique rouge. Cela pourrait être un clin d’oeil à une nouvelle méconnue de Stephen king, « the blue air compressor » car publiée en 1971 et n’a quasiment pas été publiée depuis… jusqu’à son intégration dans le livre « Shining in the Dark », des éditions Cemetery Dance.

– Gordie Lachance?
L’enfant fêtant son anniversaire lorsque le Kid observe la famille s’appelle Gordie… comme Gordon LaChance, de la nouvelle « Le corps » et le film « Stand by me »? Probablement juste une coincidence de prénom.
Cette même scène, durant laquelle on voit une personne devenir soudainement folle, serait-elle une référence à « Shining », ou à la nouvelle « Déjeuner au Gotham Café » dans laquelle, spoiler sur « Gotham »: une personne est prise de folie soudaine et se met à tuer au couteau… d’ailleurs, un peu comme rêve Brady dans la série « Mr Mercedes », avec le caméo de Stephen King.
Au début de cette scène, la chanson est « Animal Crackers in my Soup », par Shirley Templete

– Figurines et pièces d’échecs
On retrouve à plusieurs reprises dans cet épisode des pièces d’échecs et la figurine qu’Henry Deaver tenait lorsqu’il avait été découvert après sa disparition… 
Aussi, les pièces ne sont pas noires, mais tendent plutot vers le cramoisi, comme le Roi Cramoisi…

– Leaf Peepers
« Leaf peepers » est un terme utilisé aux Etats-Unis au sujet des voyageurs qui vont observer la nature et le feuillage des arbres à l’automne.
Quand Jackie arrive dans les bureaux de Molly et pose le journal, on peut y lire un titre déclarant que « L’incendie de la Montagne Noir a été déclenché par des observateurs de nature peu prudents ». 
Ce n’est probablement pas une référnce car il s’agit d’un terme courant, mais Stephen King a publié en 1999 un essai intitulé « Leaf-peepers » au sujet des saisons touristiques dans le Maine, en évoquant donc bien évidemment ces visiteurs en automne. Par contre, ces feux semblent omniprésents en fond de l’épisode.

– Cujo
Durant la cérémonie à l’honneur d’Alan Pangborn, un chien aboit ce qui semble perturber et déclencher quelque chose chez Ruth. Difficile de ne pas penser à Cujo.

– Jackie Torrance
On apprend enfin si Jackie a, ou non, un lien de parenté avec Jack Torrance, de Shining.
Dans une scène, nous rencontrons Jackie en train de fumer de l’herbe aux cotés du Kid. Evoquant le passé sordide de cette ville ennuyeuse, elle déclare qu’un de ses oncles a essayé de tuer sa femme et son enfant à la hache dans une station balnéaire de luxe. Il s’agit bien entendu d’une référence à Shining.
Elle précise alors que ses parents ne le lui avaient jamais dit et que pour les embêter elle a décidé de prendre son nom. Son vrai nom est Diane (Torrance), et elle s’est donc prénommée Jackie Torrance.

– WKIT : une radio appartenant à Stephen King
Selon ThinkStory (un youtuber analysant les épisodes de la série, voir ci-dessous), la fréquence 100.3 est la même que celle de WKIT, une radio de rock à Bangor appartenant à Stephen King!

– Les évadés ; « Get busy living or get busy dying »
A l’hopital en attendant que Ruth se réveille, durant une discussion à coeur ouvert, Alan mentionne « Live free or die ». Il s’agit de la devise officielle du New Hampshire, mais nous n’avons pu nous empêcher de penser à une citation de « Les Evadés » : « Get busy living or get busy dying »

– Dome
Lorsque Jackie dévoile son identité, nous entendons à la radio qu’un hélicoptère de pompiers a explosé en plein vol aux environs du lac, tuant d’autres équipes au sol. Certes il y a beaucoup d’icendies de forêts aux USA, notamment en Californie, mais est-ce que dans une certaine mesure cela ne fait pas penser à l’avion explosant au début de Dome?
D’autant plus que dans Dome il y a une explosion de propane et de meth, générant une tempête de feu toxique.
De plus, cet élément ne semble pas anodin avec l’histoire : le Kid semble écouter avec attention cette annonce à la radio…

– Molly
Cet épisode nous le dévoile encore plus : Molly, hypersensible, semble entendre et ressentir les émotions des gens alentours, et souvent même de la ville entière. Un peu comme Johnny Smith de « Dead Zone », mais de manière plus poussée (pour lui ce n’est que lorsqu’il touche une personne). Cela nous évoque également le don du « shining », mais aussi et surtout John Coffey de « La Ligne Verte »
Lorsque le Kid est en haut de l’immeuble, on peut aussi percevoir une phrase du film « Stand by me », demandant si on veut voir un corps.

– La Tour Sombre
On voit un renard empaillé dans la grange, pouvant évoquer Ote de « La Tour Sombre »

– Ça
Lorsque le Kid se met a jouer du piano, nous avons vaguement eut l’impression que certaines notes correspondaient au début du morceau « every 27 years » de Benjamin Wallfisch au titre en parfaite adéquation avec la série.
De plus, mais c’est sans doute un hasard, le scénario de Cary Fukanaga pour sa version du film « ça », avant qu’il n’abandonne le projet, avait une scène prenant place à l’époque du western, où l’on voyait Pennywise jouer au piano dans un saloon… ça ne parait pas étrange dit comme ça? ahah
Think Story sur Youtube signale que la musique que le Kid joue est une chanson religieuse, « O God Our Help in Ages Past »

– Peur Bleue
La scène finale, dans la forêt : le milieu, les couleurs, la scène… comment ne pas penser au poster et au film « Peur Bleue »?

Avez-vous remarqué des références non citées ci-dessus? N’hésitez pas à nous le faire savoir!

 

Vidéo au sujet des références dans l’épisode :

Vidéo explicative de l’épisode :

 


 

Castle Rock 06

Episode 6 : Filter (Filtre)

 

Date de diffusion : 15 aout 2018

Scénario :  Vinnie Wilhem & Marc Bernardin
Réalisation :  
Kevin Hooks

Synopsis officiel : Le fils d’Henry visite Boston ; des funérailles ravive de troublants souvenirs

Résumé : 

Le père adoptif d’Henry est à nouveau enterré.
Le Kid découvre des cassettes et un lecteur de vhs dans le grenier, et commence à regarder des enregistrements.

Alan Pangborn vient voir le Kid. Pour l’aider, celui-ci lui dit avoir besoin de quelque chose, qui n’est plus à proximité. Mais il en a besoin « Je ne peux pas expliquer, avec des mots que tu comprendrais ».

Le kid va dans la maison de Ruth, et semble observer un emplacement où se trouvais une croix sur le mur.

Ruth rentre chez elle, et ouvre un jeu d’échecs, dont elle prend deux pièces.
Wendell, le fils d’Henry arrive en ville.

Molly réalise un coup de fil pour un prospect désirant s’installer à Castle Rock, et a une vision du prêtre Deaver à la fenêtre. Elle réalise qu’elle est à court de pillules.

Ruth, Henry et son fils discutent dans la cuisine, lorsqu’ils voient le Kid par la fenêtre.
Henry retourne dans la grange pour discuter avec lui, pendant qu’il regarde les vidéos.

Henry et le Kid font une visite à l’institut psychiatrique de Juniper Hill.
Wendell Deaver pose des questions à son père au sujet de ses parents adoptifs, et de ses « vrais » parents.

Henry interroge sa mère sur ce qu’il faisait avec son père, lorsqu’ils allaient dans la forêt.

Il va voir Molly pour essayer de comprendre ces escapades dans la forêt avec son père. Elle lui dévoile qu’il détestait son père, et qu’il voulait qu’il meure. Elle lui explique alors qu’elle a tué son père, le débranchant, parce que c’est ce qu’Henry souhaitait… mais qu’ils l’ont fait « ensemble ».

Willem Deaver et Ruth jouent aux échecs, en remplaçant des pièces manquantes par des objets de la maison… par exemple le roi noir semble être remplacé par une bouteille de tabasco. Elle lui révèle un secret : « Nous avons déjà eut cette conversation. Et nous l’aurons à nouveau. »
(voir notre message dans la partie « référence »).

Henry parcours les bois avec la caméra, essayant de retrouver les passages et lieux d’une vidéo de son passé.

Alan Pangborn se rend dans une décharge pour récupérer la voiture de l’ancien directeur dans laquelle il s’est suicidé. En voix off, nous apprenons qu’il y a eu un incendie a l’institut psychiatrique visité un peu plus tot.

Perdu dans les bois, sans réseau téléphonique, Henry tombe en compagnie de deux personnes faisant un feu. Ce sont les deux personnes qu’Henry a aperçu un peu plus tôt, lors de l’enterrement de son père. L’un d’eux est sourd et muet, tandis que l’autre, Willy, lui sert d’interprête.
Le muet connaissait le père d’Henry, et partageait certains centres d’intérêts : la spiritualité, la philosophie, la physique, l’acoustique…
(Voir notre référence ci-dessous à « La Tour Sombre »)

Intrigué par les propos du muet, qui évoque que l’explication la plus plausible, selon lui, les bruits que certaines personnes (comme Henry) entendent seraient associés à une faille interdimensionnelle et temporelle, mais également que celui-ci aurai construit l’objet que son père avait imaginé, Henry suit les deux individus dans leur caravane… où il se fait convaincre d’entrer dans une salle insonorisée, totalement silencieuse, afin de mieux entendre le silence….

Henry fini enfermé dans cette pièce.

Alan Pangborn a pu récupérer la voiture. Rentrant chez Ruth, il remarque le Kid sur le bord de la maison… avec une main ensanglantée…

 

Les références et easter eggs :

 

– MB117
Une théorie intéressante de Vulture, qu’ils évoquent comme étant peut-être un peu tirée par les cheveux… mais que l’on apprécie. Quand Alan Pangborn est dans la fourrière de Syracuse, on peut apercevoir un bus avec « MB117 ». En 1811, Beethoven a écrit son 117e opus, possédant donc le code « Op 117 ». Quel serait  le nom de cet opus : « King Stephen »

– L’ennemi du temps
Lorsqu’Alan Pangborn vient voir le Kid, celui-ci lui déclare « Le temps est notre ennemi ». Est-ce à prendre littéralement, le temps est compté, ou pourrait-ce être une référence à « 22/11/63 »?

– Ça
Le fils d’Henry est incarné par Chosen Jacobs, jouant le jeune Mike Hanlon dans le nouveau film « ça ».

– Pennywise / Ça
Lorsque le Kid observe Ruth a travers la fenêtre, cela nous a fait directement penser à une scène avec Pennywise dans le nouveau film….

– Carrie
Dans une des vidéos, on voit le jeune Henry Deaver sauter brusquement d’un tas de feuille. S’agit-il d’une référence au film « Carrie »? Spoiler :  la scène finale, où l’on voit la main de Carrie sortir de sa tombe pour attraper Sue

– Juniper Hill :  
L’institut psychiatrique de Juniper Hill est notamment référencé dans les livres « ça » (avec Henry Bowers), Insomnie, Jessie (Raymond Joubert), Bazaar, Les Tommyknockers…

– Le Fléau / La Part des Ténèbres : les corbeaux
A Juniper Hill, un corbeau se suicide, et il est dit que c’est la deuxième fois cette semaine. Nous avons appris via le documentaire sur la série et les propos de Stuart Tinker, qu’il y a pléthore de corbeaux à Derry, dans le Maine.
Mais comment ne pas penser à « La Part des ténèbres » où des moineaux jouent un rôle important? Egalement, les corbeaux sont importants dans « Le Fléau », puisque Randall Flagg peut prendre leur forme…

– Le corps : la décharge 
Alan Pangborn se rend dans une décharge pour récupérer une ancienne voiture. Dans la nouvelle « Le corps », ainsi que le film « Stand By Me », les enfants traversent une décharge en courant puisque se font pourchasser par un chien.

– La Tour Sombre et les pièces d’échecs
Durant la conversation entre Ruth et Willem devant un jeu d’échecs, elle déclare quelque chose qui fait écho à La Tour Sombre.  Spoiler  : « Ka est une roue » wheel ». Elle évoque que la vie allait par le passé dans un seul sens : vers l’avant. Mais elle déclare que cela ne semble plus être le cas pour elle.
Elle continue en expliquant que les pièces d’échecs sont pour elle comme les miettes de pain d’Hansel et Gretel, lui permettant de se retrouver, de savoir dans quelle période elle est. 

– Ça : Ruth renverse ses pillules 
La scène durant laquelle Ruth renverse ses pillules avant de voir le Kid entrer, ne serait t’elle pas une référence à la scène de Stanley avec le lèpreux?

– La Tour Sombre : discussion autour du feu de camps
Est-ce que le « schisma », « la voix de Dieu » évoquée par Odin Branch lors de la discussion autour du feu ne serait pas le carillon de « La Tour Sombre »? Il est évoqué que les anciens appelaient ce bruit « la musique des sphères », et l’hypothèse la plus vraisemblable évoquée par le muet est que le bruit correspondrait à des turbulences cosmiques entre les univers et les temps.
 

 

 

Vidéo au sujet des références dans l’épisode :

Vidéo explicative de l’épisode :

 


 

Castle Rock 07

Episode 7 : The Queen (La Reine)

 

Date de diffusion : 22 aout 2018

Scénario :  Sam Shaw
Réalisation :  
Greg Yaitanes

Synopsis officiel : Des souvenirs hantent Ruth Deaver

Résumé :  

Ruth, en panique, se cache avec un pistolet dans la maison.

Ruth déballe le jeu d’échecs offert par Alan Pangborn, avec le chien dans la meme piece.

Le chien de Ruth s’est fait renversé par un 4×4, et Alan abrège ses souffrances.
De retour à la maison, Ruth évoque que Puck, son précédent chien avait disparu, qu’elle avait par la suite trouvé du poison dans un débarras…

Ruth fait un cauchemar et se réveille avec une main ensanglantée, avec son chien sur le devant du lit… se précipite au rez de chaussée où Alan et Henry discutent… avant de repartir, ayant oublié quelque chose.

A l’instar d’Henry et du Kid, c’est au tour de Ruth de faire l’objet de tests cognitifs.
De retour chez elle, Ruth se précipite sur son jeu d’échec, observe plusieurs pièces et en mets dans ses poches. Elle a des visions de son passé et dépose des pièces au sein de sa maison.

Henry amène son fils à la maison. Pendant que Wendell regarde le « programme » de l’enterrement de son grand père, Ruth fait des mots croisés et a une vision d’elle, assise à l’église aux cotés de son fils, écoutant un sermon de son mari.
Elle échange un regard avec le jeune Alan Pangborn, et son mari le remarque.

Ruth voit le Kid l’observer à la fenetre.
Ruth a des visions de feuilles dans la maison, et se voit alors en promenade dans la forêt avec son mari et son fils.
Assis pour un pique nique, Matthew sort un pistolet, parle de suicide, des méfaits de la ville, et avoir entendu la voix de Dieu.

Réminiscence de l’épisode précédent, dans lequel Ruth évoque à Wendell l’importance des pièces d’échecs.
Wendell navigue à travers la maison en lui montrant le jeu auquel il joue, qui n’est pas tout à fait un jeu selon lui, une sorte de Pokemon Go, dans lequel on voit des démons et autres créatures en réalité augmenté dans les pièces où on est.

Ruth jette ses médicaments dans l’évier de la cuisine, et en renverse sur le sol, faisant écho à l’épisode précédent, elle est assise et regarde Matthew entrer.

A la télévision, les informations signalent un incendie à l’institut psychiatrique de Juniper Hill, faisant 14 morts, et diffusent la photo d’un suspect… celle du Kid.

Ruth retourne chercher le pistolet dans le placard.

Henry et Ruth discutent dans la salle de bain, avant d’être rejoins par Matthew.

Semblant fuir le Kid, Ruth va à nouveau chercher un pistolet, cette fois non plus dans un placard, mais dans un coffre.

Molly cherche Henry et dit à Ruth penser que quelque chose d’horrible est sur le point d’arriver.
 Ruth semble déclarer qu’elle a vu ce que Molly avait fait dans sa chambre (débrancher le cable de son mari?) et évoquer qu’il (donc Matthew, son mari) est de retour (!!!)

Ruth entre dans une pièce, où se trouve le Kid, jouant « Blue Moon » d’Elvis Presley, une chanson que Matthew avait joué à leur mariage.
Elle échange quelques pas de danse avec le Kid, avant de feindre de se sentir faible et de lui demander de lui préparer un encas.

Wendell descend et elle lui intime de partir très vite.

Ruth prend soin d’Henry, jeune, qui a de la fièvre après être rentré de la forêt, dans le froid, sans chaussures.

Elle se retrouve dans le bureau du sherif Pangborn pour signaler la disparition de son chien, et les comportements étranges de son mari. Alan lui suggère de quitter son mari Matthew et ils construiront ensemble une nouvelle vie.

Ruth trouve un carton de poison dans la poubelle, et part à la recherche son chien bug.
Le Kid lui apporte à manger, dont un des somnifères qu’elle avait jeté, avant de suggérer de lui couler un bain.

Elle se précipite chercher le pistolet dans le coffre, puis se cache dans la salle de bain.

Ruth demande qui le Kid est. Il lui répond « Je suis plus petit qu’une tasse de thé », ce que son fils avait dit dans la salle de bain.
Elle poignarde le Kid avec un tournevis avant de se réfugier dans la chambre, où elle a une vision. Elle se voit en train de préparer une valise, sous le conseil d’Alan Pangborn pour s’enfuir avec lui.

Le chien aboit violemment sur Ruth.

Ruth se revoit aux funérailles de son mari.

Matthew revient de la forêt avec Henry, qui déclare aussi l’avoir entendu (la voix de Dieu). Ruth dit à son mari qu’elle va le quitter.

Elle se précipite dehors pour déterrer la valise qu’elle avait préparé et se met à chercher les balles du pistolet.
Se réfugiant dans la grange, elle tire sur le Kid qu’elle voit entrer et la suivre… avant de découvrir qu’il s’agit en réalité d’Alan.

Après s’être lavée, Ruth va répondre à la porte où l’on retrouve Alan qui déclare avoir quitté le New Hampshire pour revenir à Castle Rock. Pour elle.

 

Cet épisode fait donc une grande révélation : 
Le Kid, ou plutôt ce qui habite son corps, ne serait-autre qu’une incarnation du mari de Ruth… ou en tout cas, c’est la perception qu’elle en a… impactée ou non par Alzheimer.
A suivre  si ce sera avéré, mais c’était une piste qui était évoquée à plusieurs reprises par les personnes de Game Spot Universe dans leurs vidéos.  

 

Les références et easter eggs :

 

Concernant les références :

– Tout est Fatal
Alan demande si il y a du champagne dans cette maison, et le plan suivant montre une bouteille de champagne sur une table.
Ok, c’est sans aucun doute très tiré par les cheveux, mais ce plan vu depuis la bouteille nous a immédiatement fait pensé à la couverture américaine du livre « Tout est Fatal ». qui affiche, elle, un verre un peu ensanglanté…

– Maximum Overdrive
Lorsque l’on découvre que le chien s’est fait renversé par un 4×4, de la taille d’un petit camion, on constate bien entendu du sang sur les roues, et on a eu un sentiment de déja vu… avec le poster du film « Maximum Overdrive ».
Ici, on ne voit pas un corps encastré dans le camion, mais un chien renversé juste devant. D’ailleurs, l’angle dans lequel se trouve le 4×4 (regardez les roues) n’évoque pas un peu le sens du camion sur le poster…  
Est-ce que l’on a trop d’imagination, ou serait-ce possible?

– Les révélations de Becka Paulson
Quand Ruth regarde le pistolet en haut de l’étagère, on n’a plus s’empêcher de penser a la nouvelle, méconnue, de « Les révélations de Becka Paulson ».
Cette histoire avait également été intégrée au récit des « Tommyknockers », et fut transformée en un épisode de la série « Au-dela du réel ».
On y suit Becka Paulson, qui fouille une armoire à la recherche de décorations de Noel, remarque un pistolet… et qui appuie par mégarde sur la gachette en tombant… 

– Dome
Ruth invite Wendell à partir, lui disant d’aller au supermarché de Chester Mill… la ville de « Dome »

– Jessie 
Ruth se réveille avec un gros chien sur son lit… comment ne pas penser à « Jessie »?

– La tempête du siècle
Henry discute avec sa mère qui prend un bain. Ils jouent alors à un jeu consistant à deviner ce à quoi l’autre personne pense, et Henry dit « je suis plus petit qu’une tasse de thé ».
Dans « La tempête du siècle », André Linoge chante une chanson « I am a little teapot ». Coincidence?

– La Part des Ténèbres
Durant l’épisode, nous apprenons que Matthew Deaver souffrait d’une tumeur au cerveau… comme dans « La Part des Ténèbres ».

– Simetierre
Après avoir tiré sur Alan, sans se rendre compte qu’il s’agissait de lui, Ruth s’allonge et pleure sur son corps. Bien que le ton et la dynamique ne soit assurément pas les mêmes, les positions des deux corps nous ont immédiatement fait penser à la scène du film « Simetierre » (spoiler : où Gage mord dans le cou de Jud Crandall)
Bien entendu, la scène est beaucoup plus poignante et émotionnelle que dans le film, ce qui tend à penser que ce n’est pas une référence à Simetierre.

– Carrie
Lorsque Ruth se lave, nous retrouvons une scène qui avait été montrée dans la bande annonce : on voit du sang qui s’écoule dans la baignore. Comment ne pas penser à Carrie, qui fut incarnée par la même actrice? 

 

Des internautes ont également mentionné d’autres liens références. Nous n’avons pas pu les vérifier mais souhaitions vous les mentionner :
– Simetierre : le son des bois, rappellerai un bruit du film « Simetierre »
– La Nuit Déchirée : une autre version de la chanson « Blue Moon » serai présente dans le film « La Nuit Déchirée ». Ce même film contient une étrange scène durant laquelle les protagonistes dansent un slow.

 

Vidéo au sujet des références dans l’épisode : 

 

 

Vidéo explicative de l’épisode :

 


 

Castle Rock 08

Episode 8 : Past Perfect (Plus que parfait)

 

Date de diffusion : 29 aout 2018

Scénario :  Mark Lafferty
Réalisation :  
Ana Lily Amirpour

Résumé :  

Trois hommes (dont celui qui avait visité la maison en vente par Molly) écoutent un autre dans ce qui pourrait être un entretien d’embauche… et l’un d’eux frappent violemment l’homme qui serait l’amant de sa femme.

L’homme et sa femme emménagent à Castle Rock, et ouvrent un « bed & breakfast » dans la maison qu’ils ont acheté. Celle de la veuve Lacy.
(Dommage que le nom de domaine : crhistoricalbnb.com que l’on voit dans sur la pancarte, ne mène pas à un vrai site!)
Ils explorent donc les moindres recoins de la maison, dont le sous-sol… où se trouvent de nombreuses peintures réalisées par Dale Lacy du Kid.

Le mari parait en quelque sorte hypnotisé par les peintures.

Le B&B est axé autour de meurtres puisque « Castle Rock » semble avoir été la capitale des meurtres en 1991 (l’année de Bazaar)… Gordon, le mari, a réalisé un doctorat sur une analyse psychologique du tueur « BTK ».

Le couple reçoit leurs premiers clients, qui ne sont pas intéressés par l’aspect des meurtres historiques de la ville…. et Gordon les tue durant la nuit.

Molly se réveille en sursaut et se rend dans la forêt où elle sort Henry de la caravane, qui était enfermé dans la chambre d’isolation. On voit alors qu’Odin a été tué… et on est laissé à pensé que c’était par Molly.

Molly ramène Henry chez lui. Il voit le Kid mais s’inquiète de ne pas voir son fils.
Il suit le Kid dans la grange où celui-ci lui montre le corps d’Alan.
Le kid lui explique ce qu’il s’est passé et veut emmener le corps dans les bois pour la protéger.

Le Kid a Henry : « Je t’ai sauvé du sous-sol, et je n’ai rien demandé de tout ça. »

Gordon découpe les corps et les charge dans sa voiture. Sa femme l’aide à se débarasser des corps.

Jackie arrive et entre dans la maison, sans demander l’autorisation. Elle souhaite monter un partenariat avec le couple.
Elle avait eu la meme idée il y a quelques années, pour transformer la ville en lieu touristique autour des meurtres.

Jackie a sentiment de quelque chose d’étrange, remarque d’étranges sacs dans la voiture du couple ainsi qu’un bijou ensanglanté sur le sol.

La police est chez Ruth (pour le corps d’Alan). Ruth explique à Henry ce qui s’est passé, déclarant que Matthew est revenu.

Henry fait partir Wendell de Castle Rock. Un corbeau s’écrase sur le bus.

Suite aux propos du Kid, Henry se rend chez la veuve Lacy pour inspecter le sous-sol. Il finit par visiter la maison, et remarque les nombreuses peintures et représentations du Kid.

Jack se fait poignarder par la femme de Gordon. S’ensuit une lutte durant laquelle la femme se fait tuée.
Gordon étant sur le point de tuer Henry avec un gros couteau, mais il se fait tuer par Jackie Torrance.

Wendell revient à Castle Rock.

Molly se rend chez Ruth et aperçoit le Kid sur les escaliers. Il semble savoir des choses sur elle.
« Comment le sais-tu? »
« J’étais là-bas. Dans les bois. C’est là où tu es morte. »

 

 

Les références et easter eggs :

– La Méthode respiratoire (Différentes Saisons)
On l’avoue, on ne se rappelle plus en détails cette histoire de Stephen King… mais la toute première scène, dans laquelle on voit plusieurs hommes écouter un autre, dans un cadre très huppé, nous a, dans une certaine mesure, fait penser au club élitiste de « La méthode respiratoire ».

– Ça
Réminiscence d’images des épisodes précédents concernant la visite de la maison par Molly. On aperçoit donc à nouveaux les ballons qui sont indéniablement une référence à Pennywise, d’autant qu’il n’y a pas de ballon rouge… forcément une démarche volontaire !

– Bon ménage
Gordon a réalisé un doctorat autour du tueur surnommé BTK (pour « Bind, Torture, Kill », soit « Ligoté, Torturer et Tuer » en français). Il s’agit du tueur qui a inspiré à Stephen King sa novella « Bon Ménage » dans le recueil « Nuit Noire, Etoiles Mortes »!

– Bazaar
Gordon évoque que Castle Rock a été la capitale des meurtres en 1991… une référence évidente au livre « Bazaar » et qui se sont déroulés dans la ville.

– L’autovirus met cap au Nord
Les nombreuses peintures qui hypnotisent Gordon, ne vous font-elles pas penser à la nouvelle « l’autorivus met cap au nord » de Stephen King, parue initialement dans l’anthologie « 999 » avant d’être intégrée au recueil « Tout est fatal »?

– Shining
o Difficile de ne pas penser à Shining, lorsque l’on voit le mannequin avec une hache dans la tête ! Surtout que cela ressemble à la hache de Jack dans le film de Kubrick…
o Est-ce que l’homme du couple venant au B&B ne vous fait pas un peu penser à Stanley Kubrick à l’époque du tournage du film?
o Idem pour la scène où l’on découvre que Gordon a tué les clients!
o Jackie Torrance tue Gordon avec la hache, rappelant donc incontestablement son oncle Jack dans le film de Kubrick !

– La Peau sur les Os
Comment ne pas penser à « La Peau sur les os » lorsque les premiers clients de l’hotel mangent une tarte?

– Dome
Le nouveau révérent s’appelle Appleton. Chez King, la famille Appleton vient de Chester’s Mill, la ville du livre « Dome ».

– Salem
Wendell descend du bus à Jerusalem’s Lot. Il s’agit bien entendu de la ville du livre « Salem »!

– La Tour Sombre
Lorsqu’Henry rentre chez sa mère, on voit discrètement derrière son dos, lorsqu’il sort de la pièce, une peinture de ce qui semble être un homme marchant seul dans un milieu désertique. Serait-ce une référence à Roland de « La Tour Sombre »?

 

Vidéo au sujet des références dans l’épisode : 

 

 

Vidéo explicative de l’épisode : 

 


Episode 9 : Henry Deaver 

 

Henry Deaver Castlerock

 

Date de diffusion : 5 septembre 2018

Scénario :  Vinnie Wilhelm & Scott Brown
Réalisation :  
Julie Anne Robinson

Synopsis officiel : Un monde au delà de ces murs

 

Résumé : 

Monologue de Matthew Deaver. Bébé, on voit sa mère qui essaie de l’étrangler et l’épargne au dernier moment. Il évoque comment il a attendu les instructions de Dieu… et un jour, il a reçu une réponse.

On suit le Kid, dans un monde semblant contemporain. Puck (le meme nom que le chien de Ruth), durant un rendez-vous professionnel pour vendre ce qui parait être un pseudo remède à Alzheimer.

Le kid reçoit un appel d’Alan Pangborn : « est-ce que tout va bien? Pas vraiment. J’ai de mauvaises nouvelles. Est-ce que c’est maman? (qui a Alhzeimer). Ruth va bien. C’est au sujet de ton père. »
(On découvre donc que le Kid est le fils de Ruth (rappelons qu’Henry est un fils adoptif de Ruth), et qu’Alan Pangborn semble être au courant. Par contre, qui est le père du Kid?)

Le kid revient à Castle Rock, et va directement chez Ruth, sa mère.

Molly reconnait immédiatement Henry.

Molly et le kid boivent et discutent au Mellow Tiger Bar. Molly lui demande comment va sa mère : il lui répond qu’elle habite maintenant à Sarasota, avec Alan Pangborn. L’ancien sherif, qui a poussé Ruth a quitter sa femme (on comprend alors, à la manière dont il le dit, que ça s’est réalisé). Et qu’elle a Alzheimer.
On apprend aussi que le révérand Deaver a quitté l’église.

Rentré à la maison, l’électricité saute et le Kid part alors à la recherche du disjoncteur avec une torche… et tombe sur Henry (enfant) dans une cage. Un des policiers qui lui parle n’est autre que Dennis, le garde des précédents épisodes.

Le jeune Henry Deaver, sorti de sa cage, semble être appelé par la forêt et court vers elle avant de se faire rattraper par un policier.

Le Kid écoute des cassettes audios de Matthew Deaver, avant de se promener en forêt. Il remarque une chambre d’isolation détruite.
On découvre que Matthew Deaver avait endormi et mis en cage le jeune « Henry » dans son sous-sol.

Le Kid fait écouter ces cassettes à Molly. On y entend Matthew évoquer que tant que le jeune « henry » sera dans les rues de Castle Rock, les tragédiess se succèderont.

Henry et Molly vont en ville, où sept personnes sont mortes et dix ont disparues. Les policiers pensent que le jeune « henry » est derrière cela.
Henry et Molly échangent avec lui au commissariat. Le jeune « henry » déclare que son nom est « Henry Matthew Deaver ».
C’est lui qui a déclenché l’incendie à l’hopital (de Juniper Hill), parce qu’il n’a pas pu arrêter le garçon dans le lit d’à coté.

Ils font sortir le jeune « henry » du commissariat, et Molly veut l’aider à dans la forêt où il souhaite aller.

Dans les bois, le jeune Henry a une vision d’une fille avec un couteau ensanglanté, et le policier Dennis tue accidentellement Molly en ayant tiré en l’air, sans la viser.
Soudainement, le Kid se retrouve seul, dans la forêt enneigée.
Depuis le sommet de la falaise, le Kid voit le shérif Alan Pangborn courrir vers le jeune Henry Deaver.

Le kid raconte à Molly qu’il essayait ensuite de retourner chez lui, que le shérif Lacy l’a trouvé et l’a emmené à la prison de Shawshank, lui a dit qu’il a entendu l’appel, que le kid était le diable.

 

 

Les références et easter eggs :

– Cat’s Eye
Le vaccin pour Alzheimer sur lequel travaille Henry Deaver, est testé sur un chat. Est-ce que cela ne serai pas une référence au film « Cat’s eye » dont le sketch « Desintox Inc » comporte un chat qui est torturé?

– Mellow Tyger Bar
On aperçoit un panneau pour ce bar lorsque le Kid revient à Castle Rock.

– Ça
Le kid arrive et passe dans une fête locale, avec des ballons. Comment ne pas penser à « Ça » d’autant que Bill Skarsgard interprête Pennywise dans le nouveau film?

A l’arrivée du Kid, se trouvent une multitude de boutiques et autres références à Stephen King :
– « Castle Rock Call », le journal local : notamment présente dans le livre « Gwendy et la boite à boutons », ainsi que dans la nouvelle « L’homme au costumr noir », se trouvant dans le recueil « Tout est Fatal »
– « Emporium Galorium » : une brocante mentionnée dans « Simetierre », « Cujo », et « Bazaar » mais qui est importante dans « Le molosse surgit du soleil », une nouvelle de « Minuit 2/ Minuit 4 »
– Le festival de la moisson d’automne (« Fall Harvest Festival »), qui n’est pas sans rappeler un festival d’automne prenant place dans « Ça »
– Autour des arches de l’entrée peuvent être distinguées le chiffre « 19 », un chiffre important dans la mythologie de « La Tour Sombre » et donc l’univers de Stephen King
Lorsque le Kid se gare on distingue : 
– « Thibodeaux Pie Bakers » : du nom de Carter Thibodeaux, un personnage du livre « Dome », et le patissier de tartes pourrait être une référence à « Stand By Me » et la nouvelle « Le Corps ». En effet, le film contient une importante scène autour de tartes, et dans « Dome », le personnage de Thibodeaux a découvert le corps d’une victime de Big Jim Rennie.
– « Sheldon Stationery » : une papeterie portant le nom de Paul Sheldon, l’écrivain de « Misery »
– « Claiborne Creamery » : un glacier du nom de « Dolores Claiborne ». 
– « Callahan Thrifty Lot », visiblement une fripperie qui évoque bien évidemment le Père Callahan du livre « Salem » (« Salem’s Lot » en version originale), également présent dans « La Tour Sombre »

–  Le corps (stand by me)
Passant devant l’église, on remarque le panneau annonce le marriage de Duchamps & Merrill, deux personnages de la nouvelle « Le Corps ».

– La Tour Sombre
o Au tout début est évoqué un incident entre un bus et un train. Tiré par les cheveux, mais est-ce que le train pourrait être une référence à Blaine le Mono? On voit qu’il n’est pas en mesure de s’arrêter…
o Quand le Kid arrive chez Ruth, il récupère la clé sous une représentation d’une tortue… Maturin de « La Tour Sombre »?
 
– Shining
Lorsque le Kid part à la recherche du disjoncteur, on voit passer une hache… similaire à « Shining »?

– 22/11/63
Dans la grange, le Kid découvre des cassettes audios. On a alors un gros plan avec des cannettes de soda « Moxie »… qui est une marque présente dans le livre « 22/11/63″… où il y a aussi un enregistreur de cassettes !

– La maison de Stephen King
On découvre durant l’épisode que Ruth habite actuellement à Sarasota… qui est la ville où Stephen King et sa femme Tabitha habitent en hiver !

 

 

Les créateurs ont toujours déclaré que chaque saison aura un début, un milieu, une fin…
et cet épisode est primordial car apporte de nombreuses réponses à la série !

 

 

Voici donc un petit résumé des révélations de cet épisode !

L’épisode 9 dévoile qu’Henry Deaver et le Kid retrouvé dans la cage sont interconnectés…. car il s’agit de la même personne (Henry Deaver), vivant chacun dans un monde différent.
Lorsque le jeune Henry disparait, il semble traverser un portail et arriver dans un monde parallèle.

Dans ce monde, le « Kid » que nous connaissons depuis le début de la série comme ayant été retrouvé dans une cage, est également Henry Deaver. Sa mère a quitté le prêtre Matthew Deaver pour vivre avec Alan Pangborn, et elle vit dorénavant à Sarasota. Le « Kid » travaille sur un remède pour Alzheimer et présente le projet à des investisseurs (cf les photos qui avaient filtrés du tournage l’année dernière).

Le jeune Henry Deaver arrive dans ce monde et se retrouve dans la même situation que le « Kid » dans l’autre monde : le prêtre Matthew Deaver, qui attendait un signe de Dieu depuis sa naissance (parce que sa mère qui avait envisagé de le tuer alors qu’il était bébé, s’était résignée à le laisser), a construit une cage et remarquant le jeune Henry Deaver… l’a enfermé. De la même manière que Dale Lacey le fait avec le Kid.

C’est lorsque l’Henry Deaver de ce monde alternatif est appelé par Alan Pangborn au sujet de son père, sous entendant qu’il est probablement décédé, que ce Henry Deaver retourne à Castle Rock (comme dans l’autre monde), qu’il découvre dans les sous-sols de la maison la cage contenant le jeune Henry Deaver !
Il appelle bien entendu la police. Le jeune Henry semble être amené à Juniper Hill, où se déroule l’incident générant le feu à l’hopital psychiatrique.

Le jeune Henry est emmené au commissariat où Molly et le Kid interroge le jeune Henry. Il déclare avoir démarré l’incendie, car il n’a pas pu arrêté le garçon qui était à coté de lui… (Qu’est-ce que cela veut dire? On ne sait pas vraiment). Il déclare soudainement qu’il doit aller dans les bois, qu’il n’y a plus beaucoup de temps.
Ils font sortir le Kid du commissariat, mais Molly prend la décision de semer le policier qui les accompagne pour aller dans les bois.

Poursuivi par un policier, ils s’élancent dans la forêt. Le policier fait un coup de semonce pour leur demander de s’arrêter… qui étrangement semble tuer Molly (!), expliquant la fin de l’épisode précédent dans lequel le Kid déclare qu’elle est morte dans la forêt.

Le Kid et le jeune Henry continuent de courir dans la forêt, et on découvre que le Kid a traversé le portail pour arriver dans l’autre monde, celui de la saison, lorsque, depuis la falaise, il aperçoit le jeune Henry courir vers le shérif Alan Pangborn, correspondant au début de la série.
Par la suite, le Kid, perdu, essayait de rentrer chez lui quand Dale Lacey l’a trouvé. Il l’a amené et enfermé à Shawshank, étant convaincu qu’il était le Diable !

En court : 
– Henry Deaver et « le kid » sont interconnectés parce qu’ils sont tous les deux Henry Deaver, d’un monde différent. Ainsi, lorsque la nouvelle directrice de prison avait demandé au Kid son nom, et qu’il avait dit « Henry Deaver », le kid avait réellement dit son nom! Il n’avait pas demandé à parler à Henry Deaver!
Il n’est aussi pas impossible que le « kid » soit le  fils naturel de Ruth & Matthew, qui est déclaré comme mort à la naissance dans le monde où nous vivons la série.
– Matthew Deaver et Dale Lacey sont également interconnectés, car sont deux personnes pieuses attendant chacun un signe de Dieu, et finissent tous deux par retenir un « garçon/jeune homme » dans une cage!
– La saison puise donc son explication dans l’univers des mondes parallèles de « La Tour Sombre », et comment ne pas penser au « Talisman » avec les jumeaux dans les mondes parallèles?

 

Vidéo au sujet des références dans l’épisode :

Vidéo explicative de l’épisode :

 

 


Episode 10 (final de la saison 1) : Romans

 

 

Castlerock 10 Romans

 

 

Scénario :  Dustin Thomason & Mark Lafferty
Réalisation :  
Nicole Kassell

Date de diffusion : 12 septembre 2018

Synopsis officiel : 
Certains oiseaux peuvent être mis en cage.

 

Résumé :

Henry Deaver plaide devant un tribunal.
Le Kid, en cage, reçoit la visite de Dale Lacey durant sa dernière journée à la prison de Shawshank. Il envisage de tuer le Kid, mais s’y résign.
Wendell revient à Castle Rock.

Retour sur le Kid lorsqu’il racontait son histoire à Molly, car il a besoin de son aide pour convaincre Henry de venir dans les bois avec lui pour rentrer dans son monde.

Molly appelle Henry car elle s’inquiete pour sa mère et a besoin de lui parler.
Molly aperçoit Ruth, songeuse, sur le bord du pont. Elle semble confuse, évoquant avoir déjà vécu cette spécifique scène une centaine de fois, et cela se déroule toujours de la même maniere. Cette fois, Molly lui dit ce que le Kid lui avait déclaré, que Ruth avait quitté Matthew, ce qui convainc Ruth à descendre.

La prison qui est ouverte depuis plus de 100 ans est vidée, les prisonniers étant envoyés dans d’autres établissements.
La directrice rentre chez elle et remarque une statuette en savon.

Matthew et le jeune Henry sont dans la forêt. Matthew sait qu’Henry n’entends pas le son, et déclare que c’est à cause de Ruth, qui pêche en couchant avec un autre homme. « La mort est le salaire du péché »
Le jeune Henry comprend que son père veut le tuer.

Henry se réveille dans sa voiture par un homme qui frappe à sa portière en brandissant un corbeau mort. Castle Rock est enneigé.
Comme c’était le cas il y a 27 ans.

Wendell reviens à Castle Rock en marchant à travers les bois enneigés. Il tombe sur des policiers sur la scène du camping car avec le jeune Willy et Odin mort.

Henry arrive chez Ruth, où se trouve également Molly. Le kid se rend sur le cimetière d’Harmony Hill.
Molly lui explique que le Kid semble tout savoir, que d’étranges choses se déroulent à sa proximité, que le Kid veut aller dans la forêt avec Henry pour retourner chez lui.

Henry va chercher Wendell au commissariat. Ce dernier lui dit avoir entendu le bruit. Henry se fait arrêter par la police. Le jeune willy a déclaré a la police qu’Henry s’est disputé avec Odin… depuis retrouvé mort.

La directice de prison rend visite à Molly pour demander où se trouve le Kid. Elle lui montre la statuette en savon qu’elle a trouvé chez elle.
« Dale Lacey avait raison, il est le Diable! »
Traversant la route, elle se fait écrasée par le bus des prisonniers quittant la prison.

Henry se fait interroger par la shérif de Castle Rock.
Il reçoit la visite de Molly, qui lui montre la figurine et déclare qu’elle en avait trouvé une similaire chez elle. Elle ne sait plus quoi penser au sujet du Kid.

Henry lui demande de prendre Wendell et de partir très loin de Castle Rock et d’Henry… qui semble convaincu d’être emprisonné.

Le kid se fait arrêter au cimetière d’Harmony Hill… devant la tombe du « garçon Deaver », probablement le fils mort né de Ruth & Matthew Deaver (alor qu’il a survécu dans son monde.)

Molly part avec Wendell.

Le Kid est emprisonné dans la cellule à coté de celle d’Henry Deaver. Il lui dit qu’il ne sait pas combien de temps il lui reste pour partir, que si il reste ici, d’autres gens vont mourir, qu’il ne peut rien faire pour l’arrêter, qu’il n’est pas censé être là.

Henry et le Kid sont mis dans la même cellule alors que d’autres prisonniers son emménés dans l’autre cellule.

La situation dégénère et les prisonniers tuent tous les policiers.
Le Kid et Henry sortent de leur cellule, et le kid brande un pisolet sur Henry pour qu’ils sortent tous les deux du commissariat.
Les prisonniers mettent à feu et à sang la ville.

Le Kid force Henry a l’accompagner dans les bois.

Flashback de quand Henry était avec son père dans la forêt en neige… et on découvre qu’Henry avait en effet poussé son père de la falaise !

Henry fonce sur le Kid et lui prend le pistolet. Henry aperçoit brièvement le Kid sous la forme d’un effrayant très vieil homme. Etait-ce son imagination ou la vraie « forme » du Kid?

Un an plus tard, Henry et son fils Wendell habitent à Castle Rock, dans la maison Deaver.
Molly semble s’être installée en Californie où elle semble rencontrer du succès en tant qu’agent immolibiere.
Ruth est décédée. La prison de Shawshank est fermée.

Henry se rend à la prison de Shawshank. Descend dans les sous-sol. Ouvre une trappe.
Et apporte à manger au Kid qu’il détient en cage comme le faisait Dale Lacey.

« A un moment, on oublie, de quel côté des barreaux on se trouve. C’est ce que le maton Lacey avait l’habitude de dire. »

 

 

Les références et easter eggs :

– Les évadés
La description officielle de cet épisode est : « Some birds can be caged » (litéralement « Certains oiseaux peuvent être mis en cage »).
Il s’agit d’une référence évidente à un extrait de la nouvelle « Rita Hayworth » transformée en film « Les évadés », et dont la citation complète consiste en :
« Some birds are not meant to be caged, that’s all. Their feathers are too bright, their songs too sweet and wild. So you let them go, or when you open the cage to feed them they somehow fly out past you. And the part of you that knows it was wrong to imprison them in the first place rejoices, but still, the place where you live is that much more drab and empty for their departure. »
En français, cela donne : « Certains oiseaux ne sont pas faits pour être mis en cage, c’est tout. Leurs plumes sont trop colorées, leur chant trop libre et trop beau. Alors on les laisse partir, ou bien ils s’envolent quand on ouvre la cage pour les nourrir. Une part de vous, celle qui savait au départ qu’il était mal de les emprisonner, se réjouit, mais l’endroit où vous vivez se retrouve après son départ d’autant plus triste et vide. »

– La Tour Sombre
Le Kid pense que le son, dans la forêt, est une sorte de « porte » vers un autre monde. On l’avait déjà compris mais l’utilisation du terme « porte » n’est pas anodine car évoque « La Tour Sombre »

– Salem
Le Kid demande de Molly d’aider a convaincre Henry de se rendre à Harmony Hill. Ben Mears a grandi dans une partie de la ville de Jerusalem’s Lot (Salem) sur la Burns Road, dorénavant connue sous le nom d’Harmony Hill. Le kid se rend au cimetière se trouvant sur cette colline, et s’arrête devant la tombe du garçon « Deaver », soit le fils mort né de Ruth & Matthew Deaver, visiblement le garçon qu’il aurait dû être dans ce monde.

– Une édition limitée de Stephen King
On peut se tromper, mais lorsque la directrice de la prison récupère les papiers, on voit des livres sur les étagères en fond. Le livre rouge et noir, nous a fait immédiatement penser à l’édition limitée américaine d’ « Anatomie de l’horreur ». Mais ce n’est peut-être qu’un hasard, et ce genre de « design » pourrait être quelque chose de commun?

– La Part des Ténèbres
La volée d’oiseaux ne peut qu’évoquer ce roman ! Maintenant, est-ce qu’on peut donc imaginer un lien similaire à celui entre Harry et le Kid, entre George Stark & Thad Beaumont, les protagonistes du livre de Stephen King?

– Shining
Avant que le jeune Henry ne pousse son père de la falaise, il revient sur ses pas dans la neige… comme le faisait Danny Torrance dans le film « Shining » de Stanley Kubrick !

– Maximum Overdrive
La directrice de prison se retrouve sous les roues du bus. Serait-ce une évocation du film écrit et réalisé par Stephen King?

– Grippe-sou
Difficile de ne pas penser à Pennywise / Grippe-sou en français, durant les tous derniers instants de Bill Skargard dans la série!

– Bazaar
Henry Deaver défend un homme ayant rencontré des problèmes de voisinage avec Wilma Jercyk. Cette femme est importante dans le roman « Bazaar » car se bat violemment avec sa voisine… (spoiler : avant de s’entretuer)

– WKIT 100.3
Dans la scène se trouvant au milieu du générique, nous voyons Jackie écrire sur un ordinateur avec un sticker WKIT… qui est une station de radio détenue par Stephen King

– Shining
Toujours dans cette même scène, Jackie lit une scène d’un récit d’horreur qu’elle a écrit, inspirée par son passé familial. Elle y raconte frapper un crâne avec une hache, et le titre est « Overlooked »… comme l’Overlook Hotel !
Elle laisse à penser qu’elle va se rendre, le mois prochain, à l’Overlook Hotel pour finir son livre et termine la scène en disant que « Le meilleur endroit pour finir un livre est d’aller où il a commencé ». La manière dont elle dit cela laisse à penser qu’il s’agirai d’une citation, peut-être du livre de Stephen King… mais nous n’arrivons pas à confirmer cela.

Cette dernière scène est totalement décalée du reste de la série. Directe, riche en humour, mais également en parfaite cohésion avec (le peu) que nous savons de Jackie. Est-ce que l’idée était d’évoquer le thème de la prochaine saison?

 

L’avis du Club Stephen King :

Après un épisode relativement calme et semblant apporter un grand nombre de réponses (notamment sur qui est le Kid, et quel est le lien qui le relie avec Henry Deaver), ce dernier épisode est à la fois… violent (!) et… peut laisser perplexe.

On se demande d’ailleurs comment les fans vont prendre la conclusion apportée par les scénaristes : vont-ils l’adorer (reprenant le principe du leitomotiv « le Ka est une roue ») ou la détester?

Alors que le Kid force Henry à l’accompagner dans les bois pour essayer de rentrer dans son univers (tout seul ou avec Henry?), ce dernier lui saute dessus et réussi à lui voler le pistolet. De manière impromptue, tandis que le Kid est au sol, il semble brièvement montrer à Henry un visage abimé. Cette apparition est furtive mais dure assez longtemps pour marquer Henry.

Est-ce que cette vision est dans l’esprit d’Henry alors qu’il entend le schizma (impactant donc ses capacités cérébrales?) ou est-ce le Kid qui le lui a montré? Etait-ce volontaire ou involontaire? Le kid semble lui-même être surpris par la réaction d’Henry.
Mais aussi et surtout quelle est la nature de ce visage?
Ce n’est pas tout à fait un monstre, mais on dirait un très vieil homme, au visage déformé (Matthew Deaver?).
Si le Kid était réellement un monstre, il parait évident qu’il pourrait aisément attaquer Henry et le désarmer.

Rien n’est certain, mais pourtant, Henry, semble être convaincu de ce qu’il voit puisque la fin de l’épisode nous révèle qu’il fini par enfermer à nouveau le Kid, à le remettre dans sa cage au fond de la prison de Shawshank, maintenant abandonnée. 
Comme Dale Lacey, il lui apporte régulièrement à manger. Et les toutes dernières secondes de cette scène sont très importantes puisque l’on discerne le kid esquisser, discrètement, un sourire !
Est-ce que cela voudrait dire que tout s’est passé comme il le désirait?
Il a beau être enfermé dans une cage, mais il n’est pas le seul à voir son destin chamboulé : Henry est lui aussi condamné dans cette existence sans but, comme Dale Lacey l’avait été… et cela ne lui a pas réussi!

« Après un moment, tu oublie de quel côté des barreaux tu te trouve ». C’est ce que le directeur avait l’habitude de dire.

A l’arrivée chez lui à Castle Rock, la voix off d’Henry déclare que : « La vérité ne change pas, c’est juste la vérité, c’est pur… mais la justice… l’enfer semble invisible, dépendant du côté duquel on se trouve »

Tout au long des épisodes, les scénaristes nous mènent en bateau : ils nous laissent croire que le Kid demande à parler à Henry Deaver (alors qu’il déclare son nom), que lorsqu’il touche les gens ils se transforment en psychopathes ou meurent, et dans l’avant dernier épisode on découvre l’histoire du Kid. Mais celle-ci est racontée par le Kid à Molly, d’une façon qui peut semer le doute. Peut-on réellement croire tout ce qu’il nous dit?

Est-ce qu’il ne nous raconterai pas tout ça pour nous faire oublier les doutes à son propos? Est-ce qu’il ne serait pas réellement le diable ou un démon? Et on pense que c’est justement cela le fin fond de l’histoire (ou en tout cas notre interprétation). Les scénaristes nous ont berné, mais ils ont pourtant essayé de nous le dire, en diffusant à la télévision chez Ruth un épisode de la série « La quatrième dimension ».
Cet épisode narre l’histoire d’un démon emprisonné qu’un homme, convaincu de son innocence, libère… avant de se rendre compte qu’il est réellement le Diable !
Même si Alan Pangborn lui avait posé la question de si il était le Diable, les similarités avec l’épisode de la quatrième dimension sont troublantes. Le Kid n’est peut-être pas le diable, mais cela ne veut pas dire qu’il n’est pas un de ses émissaires !

Concernant le choix d’Henry d’enfermer le kid, on peut le comprendre via son monologue au début de l’épisode. Plaidoyant devant un jury, il demande : « Dans quelle mesure le doute est raisonnable? Et bien, si je devais choisir, si je dois prendre ou non la vie d’un homme, et c’est le choix qui s’adresse à vous aujourd’hui, ne vous méprenez pas, je ne pense pas qu’une once de doute serai raisonnable. Moi, si je devais tuer quelqu’un, je le souhaiterai inscrit en or et signé par Dieu ». Est-ce qu’il décide de ne pas tuer le Kid mais qu’il va attendre, à son tour, un signe de Dieu?

La série, semble apporter de nombreuses réponses, tout en laissant pourtant un certain nombre de questions ouvertes. Parmi celles qui nous traversent l’esprit :
– Qui est vraiment le kid? est-ce que tout cela fait partie de son plan, ou d’un plan orchestré? par le roi cramoisi peut-être?
– Les figurines en savon : est-ce que c’était le Kid qui les sculptait (comme lorsqu’il était enfermé)? Et il les a déposé lui-même?
– Que représentent-elles vraiment?
– Qui a mis sens dessus dessous la maison de Molly, et y avait-il une importance à cela?
– Pourquoi est-ce que seule la famille Deaver semble entendre le schizma? Est-ce que Matthew Deaver (qui a donc transmis ses gênes à ses fils), a une importance particulière? Qui était-il réellement?

 

>>> Interview (en anglais) des créateurs de la série par le magazine Entertainment Weekly <<<

 

 

Le site premiere.fr a traduit des extraits de cette interview, dans lesquels les créateurs expliquent qu’ils ont volontairement voulu semer le doute et donc laisser la porte ouverte aux interprétations du public :

« Nous avons toujours su que nous voulions terminer la saison, en ce moment où « notre » Henry Deaver se pose une question cruciale, qui soulève chez lui énormément de doutes. Croit-il à cette histoire qui a été racontée à Molly ? Cette histoire incroyablement imaginative, vraie ou peut-être fausse ? »

« Sam et moi avons un point de vue assez fort sur cette question, mais le choix créatif pour lequel nous avons opté, c’est de présenter au public toute une série d’événements étranges et apparemment inexplicables au cours de la saison, puis de donner au Kid la possibilité de fournir une sorte clé, une Pierre de Rosette qui résout tout, qui répond à certaines voire à toutes les questions. Et puis on a placé le public dans la position de décider par lui-même si cette clé était vraie, si l’histoire du Kid était vraie ou non. Nous, on a un avis bien sûr, mais on ne préfère ne pas le mentionner… »

« Henry a décidé, sur la base de tout ce qu’il avait vu, qu’il était moins risqué pour lui, pour le monde et pour cette ville, de ne pas croire à l’histoire du Kid. Henry a décidé que le prix à payer pour ne pas le croire était plus acceptable que le prix de la confiance, et potentiellement se tromper. Alors selon votre interprétation de l’histoire de l’épisode 9, il peut s’agir d’un sacrifice ironique, tragique, mais héroïque, ou d’une conclusion nettement plus dark pour ce personnage (…) La seule chose que nous pouvons confirmer définitivement, c’est que Sissy Spacek ne joue pas une réincarnation de Carrie White, comme cette le dit une théorie que nous avons beaucoup vue circuler. Désolé de vous décevoir ! »

 

The Box

 

Pour finir cet article, nous souhaitions revenir sur deux éléments de la série :

– Notre personnage préféré :
Le personnage le plus abouti, dans son rôle, est Ruth. Elle va de paire avec Alan, qui a vécu beaucoup de choses et a longtemps attendu pour se retrouver aux côtés d’elle, mais la palette d’émotions jouée par Sissy Spacek est très riche.
Et elle les joue avec merveille. Beaucoup de personnes pensent d’ailleurs que l’épisode #7, qui est assurément dédié autour de son personnage, de ses difficultés et de son passé, lui vaudra un prix lors des prochains Emmy Awards.
On le lui souhaite, car cet épisode est… confusant, mais absolument magnifique. Tant par la performance de l’actrice, que l’écriture de l’épisode, que par l’image et la cinématographie. Sans oublier le thème très personnel et contemporain explorant les différentes facettes de sa personnalité et des difficultés d’Alzheimer.
Le personnage et l’incarnation de Ruth est extrêmement bien construit et incarné !

– Notre scène préférée :
Celle durant laquelle Wendell joue aux échecs avec Ruth. Cette scène (et même les discussions entre les deux personnages, de manière générale) sont parmi les plus évocatrices de la série. Elle aborde les thèmes des relations trans-générationelles, et constitue un véritable échange entre les deux personnages. Wendell et Ruth ne sont pas gênés par le fait de ne pas avoir toutes les pièces et s’improvise des pièces avec notamment une bouteille de tabasco! Bien pensé!
Ruth dévoile à son petit-fils un secret, tandis que celui-ci, bienveillant, l’écoute et ne la juge aucunement.
Cette scène est d’autant plus évocatrice pour nous, qu’elle a une véritable résonnance personnelle puisqu’elle nous rappelle les longues parties d’échecs jouées avec notre grand père, sur son échiquier en marbre.

Un peu plus tard, dans un autre épisode, c’est au tour de Wendell de lui raconter (un jeu), et c’est elle qui l’écoute, tranquillement.

On ressent tout au long de ces scènes un respect mutuel, un échange et une véritable complicité.

 

 

Et vous, quels sont vos personnages et scènes préférés?
N’hésitez pas à nous le faire savoir sur les réseaux sociaux

 

Vidéo au sujet des références dans l’épisode :

Vidéo explicative de l’épisode :

 

 

 





PARTAGER L'ARTICLE
AJOUTER UN COMMENTAIRE :

Ajouter un commentaire

Autres contenus : Series