Nous suivre sur les réseaux sociaux
Interviews

Interview : Charles Ardai, l’éditeur des éditions Hard Case Crime

Read the interview in english

 

Charles Ardai est le créateur des éditions Hard Case Crime, une maison d’édition américaine spécialisée dans la publication de pulps et d’histoires noires. 
Par le passé, Stephen King a offert deux romans à cette maison d’édition « Colorado Kid » et « Joyland ».

A l’occasion de leur réédition illustrée du livre « The Colorado Kid », nous vous proposons de découvrir notre interview avec Charles Ardai, leur fondateur. 

 


 

Charles Ardai Hardcasecrime 01 

 

Club Stephen King: Bonjour Charles, merci d’avoir accepté de faire cette interview. Pour les fans de Stephen King qui ne vous connaissent pas, pouvez-vous svp vous présenter?

Charles Ardai : Bien sur. Il y a 15 ans, mon ami Max Philips et moi-même, avons décidé dans un moment de folie et d’inspiration, de créer une collection de livres de poche de polars qui résussisteraient l’aspect et le ressenti des vieux livres de poche des années 40s et 50s. Cela est devenu Hard Case Crime, pour lequel Stephen King a finalement décidé d’écrire deux romans inédits, le premier étant « Colorado Kid » et le second « Joyland« . Avant de lancer Hard Case Crime, j’étais un auteur pour différents magazines et un éditeur de recueils de nouvelles, j’ai aussi lancé et dirigé Juno, un service internet, et si vous avez jamais reçu un email de quelqu’un dont l’email se terminait par « @juno.com », c’était de ma faute.

 

Isaac Asimov

Club Stephen King: J’ai lu que, durant votre adolescence, vous vouliez interviewer Isaac Asimov pour un magazine et que vous aviez intelligemment réussi à l’interviewer. Connaissiez-vous son oeuvre, ou était-ce principalement pour votre article?

Charles Ardai : Oh, je connaissais bien son oeuvre, et je l’adorais. Mon père m’avait acheté la collection des nouvelles d’Asimov quand j’avais 10 ans, et j’ai probablement continué en lisant une centaine de ses livres. Quand j’étais adolescent, j’ai commencé par écrire pour des magazines de jeux vidéos (qui étaient vraiment les seuls qui accepteraient de publier les travaux d’un adolescent), et quand j’ai vu que la société Epyx travaillait sur un jeu inspiré du dernier roman d’Asimov, « The Robots of Dawn », j’ai eu l’idée de prendre cela comme excuse pour essayer d’entrer en contacter avec Isaac Asimov, à la fois parce que cela ferai un article sympas et parce que je pourrais enfin lui dire l’importance de son oeuvre pour moi.

Club Stephen King : Pouvez-vous svp nous en dire plus sur la manière avec laquelle vous avez pu le contacter?

Charles Ardai : J’ai appelé Doubleday, son éditeur, à la recherche de son assistante éditoriale, et lui ai dit « Je suis un auteur de magazines sur les jeux vidéos et je suis supposé interviewer Isaac Asimov au sujet de son jeu vidéo ‘The Robots of Dawn’. Pourriez-vous svp me donner son numéro de téléphone? Ce à quoi elle a répondu, « Je suis désolé, mais je ne peux pas vous le donner ». Donc j’ai rétorqué : « Vous ne comprenez pas. Il me l’a déjà donné, mais le numéro a été tâché, et je ne peux plus le lire. Ce à quoi elle a répondu : « Et bien, dans ce cas…  » et elle m’a donné son numéro. C’était bien avant ce que l’on appellera le « social engineering. »

Club Stephen King : Et il me semble que vous êtes devenu amis? 

Charles Ardai : Et bien nous avons certainement sympathisés. Il m’étais très gentil au téléphone, et cela bien qu’il m’a avoué n’avoir rien à voir avec le jeu vidéo et qu’il ne savait rien à son siujet. Donc aucun article intéressant n’en a été tiré. Mais il m’a dit qu’il a retrouvé beaucoup de lui-même en moi, et nous avons commencé à passer du temps ensembles. Il m’a amené à certains des groupes dont il était membre, dont le Dutch Treat Society, et les New York Gilbert & Sullivan Players, et nous avons un peu correspondu (c’était bien avant les emails, c’était donc de la correspondance par la poste). Il m’a aidé à trouvé un stage dans un magazine de science fiction qui portait son nom et nous nous retrouvions tous les mardis quand il venait au bureau. Une fois, il m’a dit « dans le cours ordinaire des choses, je pense que tu me survivras de 50 ans, et quand je serai décédé tu feras quelque chose de manière à aider les gens à se remémorer mon nom. » Je lui ai dis qu’il avait aucunement besoin de mon aide à cet égard, mais la vérité est que, chaque année, de moins en moins de monde se rappellent de lui, donc j’essaie de faire ce que je peux pour que les gens se rappellent de lui. Il était une grande personne, avec de bonnes idées et un plaisir à lire.

 

Hard Case Crime Logo

Club Stephen King : Vous avez lancé les éditions Hard Case Crime durant les années 2000s, une maison d’édition spécialisée dans la publication de polars. Quelle est l’histoire derrière cette maison d’édition?

Charles Ardai : Max et mois sommes sortis pour voir, un soir de l’hiver de 2001, juste après avoir mergé Juno avec un de ses concurrents, et nous nous sommes trouvés à évoquer sur ce que nous voulions faire ensuite. Nous avions tous les deux grandis avec les livres de poche du milieu du 20e siècle, ces petits livres avec de magnifiques peintures en couverture, au prix de 25 centimes sur la couverture, et ces histoires étaient propulsées à grandes vitesses, vous propulsaient du début à la fin en 150 pages. Mais nous avions tous deux grandis trop tardivement pour écrire des livres de ce genre, et quand nous avions grandis, tous ces éditeurs avaient fait faillite. Donc nous nous ommes demandés si nous ne pouvions pas lancer nous même une collection de ce genre. Nous pourrions chacun écrire un livre, nous pourrions réimpromer quelques uns de nos livres préférés de l’époque qui étaient alors épuisés, nous pourrions publier des auteurs que nous aimons, nous pourrions commissionner des peintures old-school pour les utiliser en couvetures… pourquoi pas? Maintenant nous avons beaucoup de réponses à la question « Pourquoi pas? » Lancer une collection est très compliqué, va très probablement échouer, et nous aurions probablement du laisser l’idée mourir. Mais nous ne pouvions pas, nous nous sommes lancé et l’avons fait décollé, sans nous attendre à quoi que ce soit, et nous y voila. 15 ans plus tard, nous le faisons toujours. Personne n’est plus surpris que nous-même.

Club Stephen King : Combien de livres ont été publiés par Hard Case Crime? 

Charles Ardai : Environ 125? C’est dificile à compter parce que nous avons des particularités dans notre système. A de rares occasons, nous publions un roman en deux volumes, comme « Spiderweb » & « Shooting Starr » de Robert Bloch, ou encore « 69 Barrow Street » et « Strange Embrace » de Lawrence Block, ou encore « Snatched » & « Safekeeping » de Gregory Mc Donald. Est-ce qu’on doit les compter individuellement ou en deux volumes? Mais c’est quelque chose comme 125 livres, et ça continue.

Club Stephen King : Je préume que les polars ont toujours été votre genre préféré. Est-ce que vous en lisez d’autres? Qui sont vos auteurs préférés?

Charles Ardai : Oh, bien sur. Je lis de tout. En grandissant, je lisais énormément de science fiction et de fantasy, en complément d’Isaac Asimov, j’adorais Douglas Adams, Piers Anthony & Edgar Rice Burroughs ; dans le polar, c’était Lawrence Block & Raymond Chandler et bien entendu Arthur Conan Doyle. Et puis des auteurs à la limite de genres, Kurt Vonnegut n’est pas exclusivement un auteur de science fiction, Graham Greene pas exclusivement un auteur de polar , mais j’ai lu chacun des mots qu’ils ont jamais écris. Et puis il y a des gens comme Philip Roth. Des poètes tels que Blake, Shelley,Wordsworth, Byron. Isaac Asimov m’avait une fois donné une copie d’une très rare édition annotée de Don Juan, le poème épique de Byron, en l’inscrivant « Pour Charles Ardai, qui sera le prochain moi, en espérant qu’il soit moins étrange. »
Comment pouvais-je ne pas lire Byron après cela?

 

Stephen King Colorado Kid Hardcase Crime

 

Club Stephen King : Ce qui me mène à Stephen King. Il me semble qu’à la base vous vouliez lui demander un blurb pour votre collection… et qu’il a fini par écrire « Colorado Kid » pour Hard Case Crime. Comment est-ce que cela s’est déroulé?

Charles Ardai : Quand nous nous apprêtions à lancer Hard Case Crime, avec une liste d’auteurs qui n’étaient pas vraiment populaires, des gens tels que Day Keene, David Dodge et Wade Miller pour les réimpressions, et Charles Ardai ainsi que Max Phillips pour les inédits, il m’a traversé l’esprit que cela aiderai à obtenir des lecteurs si nous pouvions trouver quelqu’un de populaire qui accepterai de nous donner quelque chose de positif pour notre projet. Maintenant, je ne connaissais pas Stephen King, mais je savais qu’il aimait ces vieux livres de poches, autant que nous, il l’avait dit à maintes occasions, il avait même nommé le pseudonyme morbide de son roman « La Part des Ténèbres », George Stark, d’après le pseudonyme du nom d’un des auteurs que nous allions publier, Donald Westlake, qui avait publié sous le nom de « Richard Stark ». Et il avait choisi son pseudonyme « Richard Bachman », partiellement de part le nom de Richard Stark. Donc j’ai constitué un lot promotionnel pour lui montrer ce à quoi nos ouvrages devraient ressembler, et j’ai contacté son comptable (dont j’ai trouvé le nom en ligne, quelque part), et ai demandé si il envisagerai d’écrire un blurb, un court message promotionnel, juste quelque mots, que nous pourrions citer sur la couverture de nos livres pour attirer les curieux qui voudraient en savoir plus.

Club Stephen King : Quelle fut votre réaction quand il vous a proposé d’écrire un livre? 

Charles Ardai : J’étais plus qu’excité, plus qu’ecstatique. Cela dépassait ma compréhension. Ce n’est même pas comme gagner au loto. Lorsqu’on achète un ticket de lotto, ll y a une chance de gagner, aussi infime soit-elle, mais on sait qu’elle est toujours présente. Ce n’était pas comme acheter un billlet de loto et ensuite gagner.

Club Stephen King : Connaissiez-vous le travail de Stephen King lorsque vous l’aviez contacté? Et qu’avez-vous lu depuis?

Charles Ardai : Oui, bien sur. Y a t’il qui que ce soit dans le monde qui ne connaisse pas l’oeuvre de Stephen King? Je pense que ma première exposition à Stephen King était son roman « Ça », qui est sorti lorsque j’avais 16 ans, lorsque j’étais stagiaire chez Isaac Asimov’s Science Fiction Magazine. Un exempaire presse m’était parvenu au bureau, je l’ai amené chez moi et j’étais à fond dedans. J’ai ensuite lu le catalogue passé de Stephen King, ma grand-mère étant une grande fan de l’auteur et possédant plusieurs copies de ses livres. Je n’ai pas lu chacun de ses livres depuis (c’est difficile de suivre!), mais j’ai du lire environ 90% d’entres eux. J’aime l’écriture de Stephen King. Non pas seulement parce que c’est effrayant et excitant etc, mais parce que c’est tellement… humain. J’ai l’impression de connaitre les gens de ses livres, comme si je pouvais prendre le téléphone, les appeler et avoir une conversation avec eux. Parfois, après seulement un paragraphe avec eux, j’ai l’impression de les connaitre en tant que personnes. C’est un talent extraordinaire. J’ai essayé de comprendre comment il fait cela, parce que j’aimerai être capable de le faire moi-même, en tant qu’auteur. Mais ce n’est pas aussi simple qu’il n’y parait.

 

Stephen King Joyland Hardcase Crime

Club Stephen King : Quelques années après « Colorado Kid« , qui perturbe régulièrement les fans de Stephen King, il a aussi écrit « Joyland » pour Hard Case Crime. Celui-ci est un des préférés des fans. Une très belle histoire qui parle et touche les lecteurs. Qu’en est-il de celui-ci? Quelle est l’histoire de ce livre? 

Charles Ardai : Environ 8 ans après la publication de « Colorado Kid« , j’ai reçu un appel de l’agent de Stephen King, qui me disait « Steve a peut-être un second manuscrit pour vous, est-ce que vous voulez le lire? » Est-ce que je veux le lire??? C’était « Joyland« , je suis tombé amoureux et bien entendu enthousiaste de le publier. Je pense que c’est une des meilleures histoires que Stephen King ait jamais écrite. 

Club Stephen King : En France, la publication de « Colorado Kid » a été réalisé dans un petit tirage de 20 (ou 30) mille copies. Il me semble que la version américaine a été imprimée dans un unique tirage, d’un petit milllion de livres. Pourquoi est-ce que le livre n’a pas été réimprimé jusqu’à récemment?

Charles Ardai : Nous n’avions pas délibéremment choisi de faire un premier petit tirage en 2005, pour nous, un million d’exemplaire était un chiffre énorme! Je pense qu’auparavant notre plus grand tirage était de 30 000 exemplaires. Donc c’était un chiffre bien plus grand. Et nous avons vendu autant de copies que les gens voulaient acheter, si il y avait eu un deuxième million de livres à vendre, nous l’aurions fait avec plaisir. Mais un tirage d’un million semblait correspondre à l’appétit des lecteurs pour ce titre. C’était un roman court, davantage une novella qu’un roman, et d’une certaine manière, ce n’est pas vraiment ce pour quoi Stephen King était connu, et avec une fin plutot étrange (donc les lecteurs de mystères traditionnels se sont avérés plutot frustrés). Donc nous avons vendu le livre à quiconque voulait l’acheter, et voila. Croyez-moi, envoyer un million d’exemplaire, de quelque livre que ce soit, était un énorme succès pour nous. Nous n’avions jamais envisagé que c’était plus petit que cela aurai dû être. Mais après que le livre soit sorti, et que notre contrat ait pris fin, Steve a décidé de ne pas le réimprimer, ni avec nous, ni avec quiconque. Je pense qu’il a initialement envisagé de l’intégrer dans un de ses recueils, mais il a finalement décidé de ne pas le faire. Et puis il y a eu la série « Haven », qui était vaguement inspirée de l’histoire du livre, et je pense qu’il a envisagé que des fans de la série auraient pris le livre, s’il avait été réimprimé, et qu’ils auraient été décus de ne pas retrouver les personnages de la série. Donc le livre a disparu pendant une déennie. Puis, en fin de compte, la série « Haven » s’est terminée (après 6 ans de diffusion) et assez de temps a passé pour que Steve ait l’idée que peut-être qu’il était temps de ressortir « Colorado Kid« .

Club Stephen King : Donc Hard Case Crime recommercialise « Colorado Kid« , dans une nouvelle édition avec une couverture et des illustrations inédites. Pouvez-vous svp nous en dire plus sur cette édition et ses illustrations?

Charles Ardai : Nous voulions donner aux gens quelque chose de nouveau, bien qu’ils aient déjà lu le livre d’origine environ une décennie plus tot, donc nous avons demandé à Paul Mann de faire une peinture pour la nouvelle couverture, et nous avons vu avec Pail et trois autres artistes (dont Kate Kelton, une artiste qui avait joué dans la série « Haven ») pour propsoer des illustrations à chacun des chapitres du livre. J’ai écrit une introduction, nous avons reproduit l’épilogue originale de Stephen King, et avons intégré un aperçu de « Joyland« , pour donner aux lecteurs un aperçu de ce livre pour quand ils avaient fini leur lecture . C’est une formidable édition, et je suis très ravi de la manière dont elle sort.

 

Hard Case Crime Covers 1

Hard Case Crime Covers 2

 

Club Stephen King : Les couvertures d’Hard Case Crime sont vraiment époustouflantes. Elles semblent être de véritables peintures, pas comme ces créations modernes. Ce qui va bien entendu avec l’idée des pulps des années 50s et 60s. Sont-elles de vraies peintures?

Charles Ardai : Ce sont de vraies peintures. je pense qu’au fil des 15 années, nous n’avons qu’une seule illustration digitale, mais ce n’est pas ce que nous désirons faire. Nous aimons les peintures physiques, peintures avec des pinceaux physiques, sur un véritable canevas, comme ce qui se faisait par le passé. Si un point du pinceau se retrouve coincé dans la peinture et se retrouve visible au final, tant mieux. Toute l’idée derrière Hard Case Crime est de faire les choses à l’ancienne. Le moderne peut également être amusant. J’ai débuté une startup à l’ère de l’internet, bon dieu, je ne suis pas un érudit. Mais parfois, les anciennes méthodes méritent d’être remémorées et célébrées.

Club Stephen King :  Il me semble que vous êtes aussi un écrivain. Qu’écrivez-vous? Et quelles sont vos sources d’inspirations?

Charles Ardai : J’ai écris 5 romans, 4 pour Hard Case Crime, et un pour une filiale soeur avec laquelle nous avons brièvement expérimenté, proposant des romans d’aventures à la Indiana Jones. J’aime écrire, c’est ma passion primaire, et bien que je n’ai pas autant de temps que je le souhaiterai, j’espère que je n’arrêterai jamais. J’aime raconter des histoires qui surprennent et à la fois plaisent et pertubent les lecteurs. Cela se rapproche autant que possible d’être un demiurge. Il faut créer un monde entier, et le développer pour que certains événements prennent place de manière à se satisfaire. C’est incroyable. Quant à mes aspirations, le moins qu’on puisse dire est que les livres qui m’ont inspiré à lancer Hard Case Crime ont également inspiré mon écriture.

Club Stephen King : Je dois avouer que je n’ai pas vraiment lu de pulps jusqu’à présent. Je reconnais plusieurs des noms publiés par Hard Case Crime, dont Lawrence Block et Donald Westlake, mais je n’ai jamais lu leur oeuvre. Quels auteurs et livres de polars me recommanderiez-vous?

Charles Ardai : Lawrence Block est mon auteur préféré vivant (et l’était bien avant que certains de mes auteurs préférés ne décèdent), donc je vous recommanderai de commencer par lui. Son premier livre pour nous, « Grifter’s Game » est un bon livre pour débuter, tout comme ses livres autour de Matt Schudder, que nous n’avons pas publié mais qui sont formidables.
Vous ne pourriez pas non plus vous tromper avec les livres de Raymond Chandler ou d’Elmore Leonard, de Donald Westlake d’ Ed McBain. Eric Stanley Gardner est sous estimé, mérite bien d’être lu et était une légende de la période des pulps. 
Mais il s’agit également d’un des auteurs les moins connus. Dans le catalogue Hard Case Crime, je ne me suis jamais trompé en recommandant à qui que ce soit de commencer par « A touch of Death » de Charles Williams. C’est un roman brillant. « Home is the sailor » par Day Keene. « So many doors » par Oakley Hall. Ce sont des histoires épatantes qui méritent d’être lues, qu’importe que l’auteur ait été largement oublié.

 

Stephenking Temeraire Naomi Novik

 

Club Stephen King : Si je ne me trompe pas, vous êtes marrié avec Naomi Novik, une auteure de livres de fantasy, notamment la saga « Téméraire ». Celle-ci fut a obtenu un blurb de Stephen King  Vous êtes-vous déjà aventuré dans l’univers de la fantasy? Avez-vous déjà été tempté d’écrire autre chose que des polars?

Charles Ardai : J’ai écris un roman d’aventure, « Hunt through the Cradle of Fear » (dans lequel Naomi et moi-même faisons un petit caméo), et de temps en temps j’écrivais des nouvelles qui pourraient être qualifié de fantastique ou d’horreur. Mais le polar est mon genre principal, et semble être ce vers quoi je gravite naturellement. Naomi se dirige plutôt autour de la fantasy, bien qu’elle aime lire les romans de Nero Wolfe et de Dorothy Sayers, et de nombreux autres auteurs qui ne soient pa de la fantasy. Peut-être qu’un jour j’écrirais un roman de fantastique, j’ai une idée à l’esprit que Naomi m’encourage depuis plusieurs années à écrire , mais je pense que le policier demeurera mon intérêt principal.

Club Stephen King: Merci beaucoup d’avoir accepté de participer à cette interview. Y a t’il quoi que ce soit que vous voudriez ajouter aux fans de Stephen King? Quelque chose que vous auriez-vous que je vous demande?

Charles Ardai : Non, vos questions ont été formidables et très minitieuses. Je suis ravi de sortir nos derniers travaux à vos lecteurs, et qu’ils les apprécieront.

 

 

Hard Case Crime sortira, le 4 juillet 2019 en Europe, une nouvelle édition (américain) du livre « The Colorado Kid » avec des illustrations inédites ! 

 

Stephenking The Colorado Kid Hardcasecrime2018

 

Hard Case Crime Logo
Cliquez sur le logo pour visiter le site d’ Hard Case Crime

 


Interview ENG

 

Charles Ardai is the founder of Hard Case Crime, an american publishing house, specialised in the publication of pulps and noir stories. 
In the past, Stephen King has offered them two books, « The Colorado Kid » & « Joyland ».

Given the recent new illustrated publication of « The Colorado Kid », we wanted to offer you our interview with Charles Ardai, their founder.


 

Charles Ardai Hardcasecrime 01

 

Club Stephen King: Hello Charles, thanks for agreeing to do this interview. For Stephen King fans that may not know you, can you please do a small introduction of yourself?

Charles Ardai : Sure. Fifteen years ago, my friend Max Phillips and I decided in a moment of folly and inspiration to create a line of paperback crime novels that would resurrect the look and feel of the old paperbacks of the 1940s and 50s. That became Hard Case Crime, which Stephen King ultimately decided to write two original books for, first THE COLORADO KID and then JOYLAND. Before starting Hard Case Crime, I was a writer for many magazines and an editor of short story collections; I also started and ran the Internet service Juno, so if you ever got an email message from someone whose address ended “@juno.com,” that was my doing.

 

Isaac Asimov

Club Stephen King: I read that, as a teenager, you wanted to interview Isaac Asimov for a magazine article and you cleverly managed to do so. Did you know his work, or was it mostly for the article?

Charles Ardai : Oh, I knew his work well, and loved it. My dad bought me a collection of Asimov’s short stories when I was 10 and I went on to read probably a hundred of his books. When I was a teenager I started writing for videogame magazines (which were pretty much the only ones that would publish the work of a teenage writer!), and when I saw that a company called Epyx was putting out a game based on Isaac Asimov’s then-recent novel THE ROBOTS OF DAWN, I got the idea that maybe I could use that as an excuse to get in touch with Asimov myself, both because that might make for a cool article and because I could finally tell him how much his work meant to me.

Club Stephen King : Can you please tell us more about the way you managed to get in touch with him?

Charles Ardai : I called up his publisher, Doubleday, and reached some young editorial assistant and said, “I’m a writer for several gaming magazines and I’m supposed to interview Isaac Asimov about his upcoming computer game, THE ROBOTS OF DAWN. Could you give me his phone number?” And she quite properly said, “I’m sorry, I can’t give you that information.” So I said, “You don’t understand, he already gave me his number, but it’s gotten smudged and I can’t read it.” And she said, “Oh, well, in that case…” and gave me his number. This was before anyone knew the term “social engineering.”  

Club Stephen King : And I believe that you became a friend of his?

Charles Ardai : Well, we certainly became friendly. He was very kind to me on the phone, even though he had to tell me that he had nothing whatsoever to do with the computer game and knew nothing about it. So no interesting article came out of it. But he told me he saw a lot of himself, as a young man, in me, and we started hanging out together. He took me to some of the groups he was a member of – the Dutch Treat Society and the New York Gilbert & Sullivan Players – and we corresponded a bunch (this was before email, so it was postal mail back and forth). He helped me get an internship at the science fiction magazine that bore his name and then we’d see each other every Tuesday when he came into the office. One time he told me, “In the ordinary course I would expect you to outlive me by fifty years, and I hope you will do something when I’m gone to make sure people remember my name.” I told him he didn’t need any help in that regard – but the truth is, fewer people do remember him with every passing year, so I do try to do what I can to remind people about him. He was a great mind, a great person, and a pleasure to read.

 

Hard Case Crime Logo

Club Stephen King : In the mid-2000s you launched Hard Case Crime, an imprint specialised in hardboiled crime novels. What is the story behind Hard Case Crime?

Charles Ardai : Max and I went out drinking one night in the winter of 2001, having just merged Juno with one of its competitors, and found ourselves talking about what we might both want to do next. And we both grew up reading the great paperback crime novels of the middle of the 20th century – those skinny books with gorgeous painted covers, a 25-cent cover price, and stories that felt rocket-propelled, dragging you from start to finish in maybe 150 pages. But we’d both been born too late to actually write books like that, because by the time we came of age, the publishers had all gone under. So we thought – why don’t we start up a new line of books like that ourselves? We could each write a book for it, we could reprint some of our favorite out-of-print books from the period, we could publish some other current authors we love, we could commission new cover paintings in the old style – why not? Now, there are plenty of answers to that question, “Why not?” Starting a book publishing line is a hard undertaking and very likely to fail, and probably we should’ve just let the idea die. But we didn’t, we went ahead and got the thing off the ground, not expecting it would last at all, and now here we are, 15 years and more than 100 books later, and we’re still at it. No one is more surprised than us.

Club Stephen King : How many books have Hard Case Crime published so far?

Charles Ardai : About 125? It’s hard to count precisely because there are some peculiarities to our numbering system. And on the rare occasions that we publish two novels in one volume – like Robert Bloch’s SPIDERWEB and SHOOTING STARR or Lawrence Block’s 69 BARROW STREET and STRANGE EMBRACE or Gregory Mcdonald’s SNATCHED and SAFEKEEPING – do you count those as two or just one apiece? But it’s something like 125. And counting.

Club Stephen King : I am guessing that crime novels have always been your favorites. Do you also read other genres? What are you favorite authors?

Charles Ardai : Oh, sure – I read everything. Growing up, I read a ton of science fiction and fantasy, and in addition to Asimov loved Douglas Adams and Piers Anthony and Edgar Rice Burroughs; in crime fiction there’s Lawrence Block and Raymond Chandler and of course Arthur Conan Doyle. Then there are figures on the edges of these genres – Kurt Vonnegut isn’t exclusively a science fiction author, and Graham Greene isn’t exclusively a crime novelist, but I read every word both of them ever wrote. And then there are people like Philip Roth. And poets – Blake, Shelley, Wordsworth, Byron. Isaac Asimov’s once gave me a copy of his very rare annotated edition of Byron’s epic poem, DON JUAN, inscribed, “To Charles Ardai/who will be the next me/but, I hope, less peculiar.” How could I not read Byron after that?

 

Stephen King Colorado Kid Hardcase Crime

 

Club Stephen King : Which leads me to Stephen King. I believe that originally you wanted to ask him a blurb for the book collection… and he ended up writing « The Colorado Kid » for Hard Case Crime. How did that happen?

Charles Ardai : When we were getting ready to launch Hard Case Crime, with a  list of authors who weren’t exactly household names – people like Day Keene and David Dodge and Wade Miller on the reprint side and Charles Ardai and Max Phillips on the original side – it occurred to me that it would help us get readers to give our books a try if we could quote someone who was a household name saying something positive or supportive about our project. Now, I didn’t know Stephen King, but I knew he loved these old paperback novels as much as we did – he’d said as much in various places, and had even named the evil pseudonym in his novel THE DARK HALF “George Stark” after the dark pseudonym of one of the authors we were going to be publishing, Donald Westlake, who also wrote as “Richard Stark.” (And he’d chosen his own pseudonym “Richard Bachmann” in part as a tip of the hat to “Richard Stark” as well.) So I put together a package of materials to show him what our books would be like, and I got it to his accountant (I’d found his name online somewhere), and I asked if he would consider writing a short blurb for us, just a few words that we could quote on the covers of our books to get readers curious about what they were like.

Club Stephen King : What was your reaction when he offered to write a book?

Charles Ardai : I was beyond thrilled, beyond ecstatic. It was really beyond comprehension. It’s not even like winning the lottery. When you buy a lottery ticket, you know there’s a chance you might win – it’s extremely unlikely, but you know it could happen. This was like not buying a lottery ticket and then winning.

Club Stephen King : Did you know Stephen King’s work, when you contacted him? And have you read any since?

Charles Ardai : Yes, of course. Is there anyone in the world who doesn’t know Stephen King’s work? I think my first exposure was the novel IT, which came out when I was 16 and interning at ISAAC ASIMOV’S SCIENCE FICTION MAGAZINE. A review copy came into the office and I took it home to read and was hooked. I then read my way through all his backlist – my grandmother was a big fan and had copies of all his books. I haven’t read every book since – it’s hard to keep up! – but I’ve probably read 90% of them. I love Steve’s writing. Not just because it’s scary and thrilling and exciting and so on, but because it’s so…human. I feel I know the people in his books, like I could call them up on the phone and have a conversation with them. Sometimes within a paragraph of meeting them, I feel I know them as human beings. It’s an extraordinary gift. I’ve tried to figure out how he does it, because I’d love to be able to do that myself, as a writer. But it’s not as easy as it looks.

 

Stephen King Joyland Hardcase Crime

Club Stephen King : A few years after « the Colorado Kid« , which fans are often stumped about, he also wrote « Joyland » for Hard Case Crime. This one is a real fan favorite. A very beautiful story that speaks and touches readers. What about this one? What is the story behind this book?

Charles Ardai : About eight years after we published THE COLORADO KID, I got a phone call from Steve’s agent saying, “Steve may have another manuscript for you, if you’d like to see it.” If?  IF??? It was JOYLAND, I fell in love with it, and I was (of course) thrilled to publish it. I think it’s one of the very best stories Steve ever told.

Club Stephen King : In France, the publication of « The Colorado Kid » was a very small printing (20 or 30 thousand copies). I believe I also read that the american version was a single printing, a small million copies. Why was the book not reprinted up until recently?

Charles Ardai : We didn’t deliberately make the first printing small in 2005 – a million copies was a lot of copies for us! I think our largest previous title was maybe 30,000. So this was a huge step up. And we sold as many copies as people wanted to buy – if there had been a second million to sell, we would gladly have sold it. But a million seemed to be readers’ appetite for that one. It was a short book – really more a novella than a novel – and in a genre that’s not the one Steve was mainly known for, and with a very unusual ending (so people who were looking for a traditional mystery were sometimes frustrated that that’s not what they got). So we sold the book to everyone who wanted to buy it, and that was that. Believe me, shipping a million copies of any book was a huge, huge success for us. We never once felt it was smaller than it should have been. But after the book came and went, and our contract ended, Steve decided not to reprint it, either with us or with anyone else. I think at first he was considering including it as a long novella in one of his collections of stories, but somehow he never wound up doing that. And then the TV series HAVEN came out, which was only very loosely based on the story in the book, and I think he may have been concerned that fans of the show would, if he allowed the book to be reprinted, pick up the book and be disappointed that their favorite characters from the show weren’t in it. So, the book disappeared for a decade. But then eventually HAVEN went off the air (after a very nice 6-year run) and enough time passed that Steve came around to the idea that maybe it was time for THE COLORADO KID to come back.

Club Stephen King : So Hard Case Crime is reissueing « The Colorado Kid » in a new edition with a brand new cover and artwork. Can you tell us more about that edition and its brand new artwork?

Charles Ardai : We wanted to give people something new, even if they’d already read the original edition a decade earlier, so we got the wonderful Paul Mann to paint a brand new cover painting, and we got Paul and three other artists (including the painter Kate Kelton, who as an actress played one of the characters on HAVEN) to draw interior illustrations for every chapter in the book. I wrote an introduction, we reprinted Steve’s original afterword, and for good measure we threw in a teaser for JOYLAND, to give fans a taste of that book when they finished this one. It’s a terrific edition and I’m very pleased with how it came out.

 

Hard Case Crime Covers 1

Hard Case Crime Covers 2

 

Club Stephen King : The covers of Hard Case Crime books are very stunning. They look like actual painting, not like modern art. Which obviously goes with the idea of 50s-60s pulps. Are they real paintings?

Charles Ardai : They are real paintings. I think once in 15 years we had an artist do a digital illustration instead, but it’s not what we want to do. We like physical paint, spread with a physical brush, on a physical canvas or board, just like in the old days. If a hair from the brush gets stuck in the paint and is still visible in the final work, so much the better. The whole point of Hard Case Crime is to do things the old fashioned way. New can be fun too – I started an Internet company, for heaven’s sake, I’m no Luddite. But sometimes the old ways are worth remembering and celebrating.

Club Stephen King :  I believe that you are also a writer. What do you write? What are your inspirations?

Charles Ardai : I have written five novels, four for Hard Case Crime and one for a sister line we briefly experimented with, offering Indiana Jones-style globetrotting adventure yarns. I love writing – it’s my first passion and though I don’t have as much time for it now as I’d like, I hope I never stop. I love telling stories that surprise and delight and disturb people. It’s as close as a human can come to being a demiurge. You get to create a whole world and populate it and make events come out in certain ways because it pleases you. It’s an amazing thing. As for my inspirations, needless to say, the same books that inspired me to start Hard Case Crime have inspired my own writing as well.

Club Stephen King : I must admit that I don’t think I read any pulps. I recognize several of the Hard Case Crime names, such as Lawrence Block and Donald Westlake, but I never read any of their work. Which pulp writers and books would you recommend me?

Charles Ardai : Lawrence Block is my favorite living writer (and was even before some of my other favorites died!), so I would always recommend you start there. His first book for us, GRIFTER’S GAME, is a great place to start, or any of the Matt Scudder books, which we didn’t publish but are wonderful. You certainly won’t go wrong with the books of Raymond Chandler or Elmore Leonard, Donald Westlake or Ed McBain. Erle Stanley Gardner is underrated and well worth reading, and he was one of the legends of the pulp era. But it’s also great to read less well known authors. In the Hard Case Crime catalogue, I’ve never gone wrong by recommending that someone start with A TOUCH OF DEATH by Charles Williams. It’s just a brilliant book. HOME IS THE SAILOR by Day Keene. SO MANY DOORS by Oakley Hall. These are stunning stories and deserve to be read, no matter that the authors have largely been forgotten.

 

Stephenking Temeraire Naomi Novik

 

Club Stephen King : If I am not mistaken, you are married with Naomi Novik, a writer of fantasy books, including the « Temeraire » series. Which was blurbed by Stephen King. Have you ever ventured in fantasy? Ever been tempted to write something else than pulps?

Charles Ardai : I’ve written one adventure novel, HUNT THROUGH THE CRADLE OF FEAR (in which Naomi I and make a shameless cameo appearance!), and from time to time I’ve written short stories that might qualify as fantasy or horror. But crime is my main genre – it just seems to be what I naturally gravitate to when I write. Naomi gravitates toward fantasy, even though she loves reading Nero Wolfe novels and Dorothy Sayers, and plenty of other non-fantasy authors. I might write a fantasy novel sometime – I have one idea in mind that Naomi has been encouraging me to write for years – but I think crime will remain my main focus.

Club Stephen King: Thanks a lot for taking the time to answer my questions. Would you want to add anything to Stephen King fans? Is there anything that you would have wanted me to ask?

Charles Ardai : No, your questions have been terrific and very thorough! I’m very happy to get to get our latest work out in front of your readers and hope they will enjoy it.

 

 

Hard Case Crime has released in may a brand new illustrated edition of Stephen King’s « The Colorado Kid », that will be released on July 4th, in Europe

 

Stephenking The Colorado Kid Hardcasecrime2018

 

Hard Case Crime Logo

Click to visit Hard Case Crime’s website

 

 





PARTAGER L'ARTICLE
DONNEZ VOTRE AVIS : laissez un commentaire en cliquant ici

Partenaires pour vos achats

Publicité

Dernières actus Stephen King

Suivez-nous sur les réseaux !

Newsletter

 

Recevez l’actualité de Stephen King par email

 

Notre livre (nouvelle version!)

Calendrier

  1. Simetierre (2019), FR, en DVD / Bluray

    21 août
  2. Stand By Me, FR, en bluray 4K ultra HD

    26 août
  3. Sleeping Beauties, FR, chez Le Livre de Poche

    4 septembre
  4. « D’après une histoire de Stephen King », FR, livre sur Stephen King

    4 septembre
  5. CA Chapitre 2, ENG : sortie américaine

    5 septembre

Publicité

Autres contenus : Interviews