Nous suivre sur les réseaux sociaux
Interviews

Stephen King parle de “Billy Summers” et des raisons pour lesquelles la pandémie n’est pas si différente du “Fléau”

En promotion pour la sortie de son nouveau roman “Billy Summers”, Stephen King a participé à plusieurs interviews. Dont une avec le site Entertainment Weekly, que nous vous avons traduit ci-dessous.

 

Stephenking Billysummers

 

…………………………………………………………………………………………………………………………………………….
…………………………………………………………………………………………………………………………………………….

Si vous aimez notre travail de retranscription et traduction, qui nous a pris une dizaine d’heures, n’hésitez pas à liker/commenter/partager en masse sur les réseaux sociaux.

Vous pouvez également nous supporter (et obtenir des avantages exclusifs) via notre compte Tipeee, pour le prix d’un petit café 😉

…………………………………………………………………………………………………………………………………………….
…………………………………………………………………………………………………………………………………………….

 

En promotion pour la sortie de son nouveau roman “Billy Summers”, Stephen King a participé à plusieurs interviews. Dont une avec le site Entertainment Weekly, disponible ici, que nous vous avons traduit ci-dessous.

 

 

Entertainment Weekly : Le personnage principal de “Billy Summers” est un tueur à gage qui prétend être un auteur et écrit sur son passé en tant que sniper durant la guerre d’Irak. Est-ce que cela a toujours été un sujet que vous avez eu d’écrire?

Stephen King : Pas vraiment. C’est surtout une question de ce qui suit cela. Il y a cet enfant, et il doit aller dans une situation portant sur le bien-être d’enfants. Que fait-il? Il rejoint l’armée. J’ai commencé à lire sur la bataille de Fallujah et plus je lisais dessus, plus je m’y suis intéressé. C’est vraiment horrible, avec les combats de rue et au sein des maisons.

 

Entertainment Weekly : Ce n’est pas la première fois que vous créez des personnages qui sont écrivains. Qui est le plus talentueux de vous auteurs fictifs?

Stephen King : (Rires). Peut-être Thad Beaumont. Il était dans “La part des ténèbres”. Et Mike de “Sac d’os”. Bien que Mike avait un auteur en panne, ça faisait partie de l’idée.

 

Entertainment Weekly : Est-ce que vous avez toujours voulu écrire directement un thriller?

Stephen King : Je savais d’office que ce ne serait pas un roman fantastique, et cela me convenait. Je ne suis pas marié à un genre en particulier. Je n’aime même pas le mot “genre”, je trouve que c’est un terme fainéant. Le truc c’est que mes intérets sont toujours les mêmes. On voit des personnages que l’on apprécie, auxquels on s’attache, auxquels on s’intéresse et par-dessus tout, auxquels on croit.

 

Entertainment Weekly : Billy Summers se déroule en 2019 et la présidence de Trump y est évoqué à plusieurs reprises. Etiez-vous tenté de la mettre en premier plan?

Stephen King : Non, je ne pense pas. Le truc c’est que j’ai une boite à savons sur Twitter. Je ne l’utilise pas tout le temps. Je tweet sur les livres que j’aime, les films et séries que j’apprécie et des choses amusantes. Je parle de mon chien Molly, “La chose du Mal” et les gens aiment mes tweets. Mais je suis aussi intéressé par la politique. J’étais horrifié par Trump en tant que président pour plein de raisons, mais la principale était qu’en tant que président il était incompétent et fainéant. Donc pour cette raison j’avais un véritable problème avec lui et je tweetais assez régulièrement à ce sujet durant sa présidence. Mais quand j’écris des livres, j’essaie de ne pas trop trainer sur Twitter.

Au sujet de ce livre, je voulais l’installer en 2020. J’étais en train de l’écrire, je pense en 2018 et en partie en 2019. J’avais un couple de personnages, des personnages mineurs, qui vivaient dans un appartement dessus celui de Billy Summers. Et je me suis dis que je devais les faire sortir de l’histoire de manière à ce qu’il ait l’immeuble à lui tout seul. Et comment le faire? Je me suis dis qu’ils allaient obtenir un héritage et partir en croisière. Puis le coronavirus est arrivé et je me suis dis que non, ce n’est plus possible parce que les croisières sont coupées. J’ai donc décidé que le plus simple était de faire glisser le livre vers 2019, quand il n’y avait pas encore ce problème.

 

Entertainment Weekly : Votre roman “Le Fléau”, de 1978, portait une pandémie de grippe : que changeriez-vous si vous deviez l’écrire aujourd’hui, maintenant que vous avez vécu durant une pandémie?

Stephen King : Je ne suis pas sur que j’y changerai grand chose. Il y avait des efforts par l’administration Trump de minimiser la gravité du covid-19, et c’était comme avec “Le Fléau”. Le fait même que Trump refuse de porter un masque à couter la vie à des dizaines de milliers de vie, peut-être même des centaines de milliers.

 

 

Pour commander « Billy Summers » de Stephen King :
Acheter sur amazonAcheter sur fnac

Stephenking Billysummers Hodder Couverture Uk Grand

Billysummers Stephenking Couverture Scribner Sans Logo

 

 





VOUS AIMEZ L'ARTICLE? N'HESITEZ PAS A LE PARTAGER ;)

ENVIE DE DONNER VOTRE AVIS? Cliquez ici pour laisser un commentaire


Autres contenus : Interviews

En vente dans notre boutique :

Découvrez la boutique du Club Stephen King, avec des livres et objets rares et de collection

Notre livre : gratuit sur demande!

DECOUVREZ NOTRE LIVRE ==> Les adaptations de Stephen King

Notre livre sur Bernard Werber

Notre livre sur Bernard Werber

Les vidéos de notre chaine Youtube :

PARTENAIRES POUR VOS ACHATS

PUBLICITE

Avantages exclusifs

DERNIÈRES ACTUS STEPHEN KING

SUIVEZ-NOUS SUR LES RÉSEAUX

NEWSLETTER

NOTRE LIVRE (VERSION 2020 !!!)

Calendrier

  1. [EN] Children of the corn : trilogy, chez Diabolic / Arrow Video

    27 septembre
  2. Chambre 1408, de Stephen King, chez Albin Michel Jeunesse

    29 septembre
  3. [ENG] Strawberry Spring : sixième épisode de l’adaptation audio

    29 septembre
  4. [EN] The timekeepers of Time, court métrage inspiré des Langoliers

    29 septembre
  5. [EN] Stephen King Short Fiction : coffret américain

    5 octobre

Publicité