Nous suivre sur les réseaux sociaux
Films

Ce que Stephen King pense des adaptations en films et séries

Stephen King est un auteur prolifique qui a très souvent inspiré le cinéma et les studios télévisés. Mais, bien qu’il existe une pléthore d’adaptations de Stephen King, toutes ne sont pas égales. Certaines sont très bonnes, et d’autres sont, soyons honnête, très mauvaises.

Si Stephen King n’a jamais hésité à se montrer très critique du film « Shining » de Stanley Kubrick, que pense t’il de ses autres adaptations?  

 

Dossier Avis De Stephenking Sur Les Adaptations

 

Ce matin, nous vous avons partagé une interview de Stephen King, publiée ces derniers jours chez le Washington Post dans lequel il aborde la série « Mr Mercedes » et ce qui fait une bonne ou une mauvaise adaptation. 

Si Stephen King a toujours exprimé vocalement son mépris pour le film « The Shining » de Stanley Kubrick, il a souvent eu une approche plus légère et laxiste vis à vis de bon nombre d’adaptations de Stephen King. Que bon nombre de fans ont détesté. Il y a probablement plusieurs aspects à cette ouverture.

 

Tout d’abord, parce que, soyons honnête, Stephen King a un intérêt à aider les adaptations à rencontrer un certain succès, bien qu’il peut être disputé qu’il n’a (personnellement) pas besoin d’un succès financier, ce qui n’est pas le cas des équipes et studios derrières ces adaptations.

Le second point de vue, c’est une approche que l’auteur a toujours privilégié : c’est de laisser les studios faire, parce que selon ses dires, si jamais les gens n’aiment pas le film, ils pourront toujours retourner lire l’histoire d’origine !

 

L’interview de ce matin abordant le sujet de ce qui fait une bonne ou une mauvaise adaptation est l’occasion idéale de vous traduire un dossier que le site Screenrant a sorti le mois dernier.
Ce qui suit est donc une traduction / adaptation de l’article de Screenrant, disponible ici, et qui s’appelle :

 

 

 

Ce que Stephen King pense de toutes ses adaptations (films et séries)

 

 

…………………………………………………………………………………………………………………………………………….
…………………………………………………………………………………………………………………………………………….

Si vous aimez notre travail de traduction, n’hésitez pas à liker/commenter/partager en masse sur les réseaux sociaux.

Vous pouvez également nous supporter (et obtenir des avantages exclusifs) via notre compte Tipeee, pour le prix d’un petit café 😉

…………………………………………………………………………………………………………………………………………….
……………………………………………………………………………………………………………………………………………

 

 

Les 10 adaptations préférées de Stephen King

Voici la liste que Stephen King a partagé concernant ses 10 adaptations préférées.
Cette liste, a été partagée en 2009, dans l’édition limitée du livre « Stephen King goes to the movies » et elle est classée dans l’ordre alphabétique.
Etrange vous direz, mais c’est aussi un moyen intelligent de ne pas les classer….

  • Apt Pupil
  • Cujo
  • Dolores Claiborne
  • 1408
  • Green Mile
  • Misery
  • The Mist
  • Shawshank Redemption
  • Stand by Me
  • Storm of the Century

 

 

Carrie1976 Film

 

Carrie (1976)

Dans une interview de 1978 avec Cinefantastique,  il aurai déclaré qu’il « aimait plutôt pas mal le film de De Palma ».
En 2010, dans une interview avec Florida Weekly, il déclarait que le film est quand même un peu daté :

« J’ai aimé le film Carrie de De Palma. L’attitude du film était différente quant à celle de mon livre ; j’ai eu tendance à voir directement les événements, sans humour, avec une progression directe, tandis que je pense que De Palma y a vu l’opportunité de faire un film qui était une satire de la vie de lycée, et des groupes de lycéens en général. Un point de vue qui fait parfaitement sens. 
Sissy Spacek était excellente, mais juste derrière elle, il y avait John Travolta dans un rôle plus petit qu’il n’aurait du l’avoir. Il a joué le rôle de Billy Nolan tel que j’aurai voulu l’avoir écrit, à la fois moitié-amusant et moitié-fou. Aussi, dans le livre, Carrie détruit la ville lorsqu’elle rentre à la maison ; ça n’est pas dans le film, principalement parce que le budget était trop petit. J’aurai bien aimé qu’ils l’intègrent, mais sinon, je n’ai pas vraiment de problèmes. Je trouve que De Palma est un prétendant sérieux au trône d’Hitchcock…. ou du moins il est aussi étrange qu’Hitchcock. 

 

 

Salemslot1979

 

 

Les vampires de Salem (1979)

« Salem’s Lot » était le premier téléfilm adaptant Stephen King. A la mort du réalisateur Tobe Hooper, en 2017, Stephen King aurait tweeté : 

« Je suis triste d’apprendre la mort de Tobe Hooper. Il a fait un boulot génial en réalisant la mini-série ‘Salem’s Lot’, à l’époque. Il va être manqué »

 

 

Shining Stephenking Kubrick

 

Shining (1980)

De toutes les adaptations de Stephen King, le mépris de Stephen King pour le film « Shining » de Kubrick est sans conteste son opinion la plus connue. Avant la sortie de « Docteur Sleep » de Mike Flanagan, Stephen King a déclaré que ce dernier l’avait réconcilié avec le film de Kubrick. Voici une citation d’une interview de 2016 avec Deadline :

« Je trouve que Shining est un beau film, et il semble incroyable, mais comme je l’ai déjà dit, c’est une grosse et belle cadillac, sans moteur à l’intérieur. En ce sens que lorsqu’il a débuté, beaucoup des critiques n’étaient pas très positives et que j’étais un de ceux-là. Je me suis tu à l’époque, et je m’en contrefichais. Le personnage de Jack Torrance n’évolue pas dans ce film. Il n’a vraiment pas d’arc narratif. Quand on voit Jack Nicholson pour la première fois, il est dans le bureau de Mr Ullman, le manager de l’hôtel, et vous voyez, il est déjà fou comme pas possible. Tout ce qu’il fait c’est devenir plus fou.
Dans le livre, c’est un gars qui lutte avec sa santé mentale et fini par la perdre. Pour moi, c’est une tragédie.
Dans le film, il n’y a pas de tragédie parce qu’il n’y a pas véritable changement.
L’autre vraie différence est qu’à la fin de mon livre, l’hotel explose et à la fois du film de Kubrick, l’hôtel gèle. C’est une différence. Mais j’ai rencontré Kubrick, et il n’y a aucun doute sur le fait que c’est un gars très intelligent. Il a fait des films qui comptent beaucoup pour moi. « Dr Folamour », pour commencer, et « Les sentiers de la gloire » en second. Je trouve qu’il a fait des choses incroyables, mais il avait un charactère très insulaire. Dans le sens où, quand on le rencontrait, et qu’on lui parlait, il était en mesure d’interagir de manière tout à fait normale, mais on ne sentait jamais vraiment qu’il était là. Il était ancré en lui-même »

 

 

Cujo Film Stephenking

 

Cujo (1983)

C’est un fait notable que Stephen King était tellement saoul durant l’écriture de Cujo, qu’il ne se rappelle plus l’écriture du livre. Stephen King n’aurai à priori pas partagé d’opinion développée sur le film, mais il aurait dit dans l’article précédent de Deadline, qu’il considère le film « Cujo » comme étant « le meilleur des petits films ». Comprendre parmi les adaptations faites pour pas cher.

 

 

Childrenofthecorn Photo

 

 

Les enfants du maïs / Children of the corn (1984)

 

Première entrée, en long-métrage, d’une saga bien trop longue. Dans la même interview avec Deadline, Stephen King aborde brièvement la saga : 

« Je pourrais me passer de toutes les suites à Children of the Corn. Mais sinon j’aime plutôt bien le premier film ».

 

 

Firestarter 1984

 

 

Charlie / Firestarter (1984)

 

Dans une interview de 1986 avec le magazine « American Film« , Stephen King a été plutôt clair sur le fait qu’il n’est pas un fan de l’adaptation :

« Firestarter est l’un des pires, bien qu’en terme d’histoire il soit très proche du roman. Mais il n’a pas de goût : c’est comme une purée de cafétéria. Il y a des choses qui y prennent vie en termes d’effets spéciaux dans le film, qui n’ont aucun sens. Pourquoi est-ce que les cheveux de la fille sont soufflés lorsqu’elle démarre un feu, me dépasse complètement. Je n’ai jamais eu de réponse satisfaisante quand j’ai vu un premier montage. A l’époque, Dino (De Laurentis) me demandait mon avis. Parfois il l’écoutait. Dans ce cas…

Le film a de bons acteurs, à l’exception de l’acteur principal, David Keith, que je ne trouvais pas très bon, ma femme m’a dit qu’il avait des yeux stupides. Les acteurs étaient en mesure de faire à peu près ce qu’ils voulaient. Martin Sheen, qui est un très bon acteur, sans aucune direction et personne pour le pousser et lui dire « Arrêtes ce que tu es en train de faire…. »  (….) Il a simplement repris son rôle de Greg Stillson (dans Dead Zone). Et c’est tout ce qu’il y a ; c’est exactement le même personnage. Mais Greg Stillson ne serait pas en charge de La Boite. Ce n’est pas le genre de gars qui obtiendrait le boulot » 

 

 

 

Maximum Overdrive Stephenking

 

Maximum Overdrive (1986)

 

Le seul film réalisé par Stephen King, qui a rencontré un certain statut de par sa médiocrité, le caméo de Stephen King et la musique d’ACDC
Dans le livre « Hollywood’s Stephen King » (2003), Stephen King y déclare :  « Le problème avec ce film est que j’étais camé comme pas possible durant la production, et je ne savais pas ce que je faisais »

Durant sa visite en France, en 2013, Stephen King a ajouté que le fait d’avoir une équipe italienne qui ne comprenait pas l’anglais n’aidait pas. Mais oui, l’alcool et la drogue était sans aucun doute le pire, ce qui a amené à un accident dans lequel Armando Nannuzzi, le directeur de la photographie y a perdu un oeil. Et a donc intenté un procès à l’équipe réclamant 18 millions de dollars.

 

 

Standbyme

 

Stand by me (1986)

 

Cette opinion est partagée indirectement, mais Stephen King a depuis déclaré des choses similaires. 
Selon Rob Reiner, le réalisateur du film, Stephen King était tellement ému par « Stand by me », qu’après avoir assisté à une séance privée, il a été voir Rob Reiner, et, selon le Chicago Tribune, aurait dit : 

« C’est le meilleur film jamais fait de ce que j’ai écrit, ce qui n’est pas peu dire. Mais tu as vraiment capturé (l’essence) de mon histoire. C’est autobiographique. Tout ce qui a été inventé c’était l’aventure pour partir à la découverte d’un corps »

 

 

Therunningman1987

 

Running Man (1987)

 

Stephen King n’est pas un fan du film « Running Man », n’appréciant pas à quel point le film a dévié de son histoire, et désapprouvant le choix d’Arnold Schwarzenegger dans le rôle principal. Il a même décidé de retirer son nom de la promotion du film.  Selon We Minored in Film, il aurait déclaré à Cinemafantastique :
« C’était complètement en dehors de mon contrôle. Je n’ai rien eu à faire avec la création (du film)… il n’a pas grand chose en commun avec le roman, si ce n’est le titre. »

 

 

Simetierre1989

 

 

Simetierre (Pet Sematary, 1989)

 

Stephen King ne commente pas souvent les adaptations dans lesquelles il est généralement impliqué, ce qui fait sens dans une certaine mesure. Il a exprimé un avis plutôt mitigé sur le premier film « Simetierre », bien qu’ayant écrit le scénario. En 1991, voici ce qu’il a dit à Cinefantastique :

« Je trouve qu’à certains moment Dale Midkiff est rigide. Je trouve que parfois Denise Crosby y est froide. Je ne trouve pas que le couple au centre de cette histoire ait la chaleur qui les mettrait parfaitement face aux éléments surnaturels qui les entourent. Je préfère ce genre de contraste. Je trouve que cela donne aux films d’horreur ce qu’ils sont censés faire. C’est un film hors genre. Beaucoup de critiques ont suggéré très fort que beaucoup de gens ont été offensés par le film, et c’est exactement l’effet que le film d’horreur recherche ». 

 

 

Graveyard Shift 1990

 

La créature du cimetière (Graveyard Shift, 1990)

 

Voici une adaptation que Stephen King n’a pas commenté en grandes lignes, mais dans la même interview de Deadline, il l’a mentionné comme parmi celles qu’il aime le moins.

« Est-ce que je devrai le dire? Je trouve qu’il y a un certain nombre de films que je trouve un peu, qui me sont un peu… bof. Il y en a une, ‘la créature du cimetière’ qui a été faite dans les années 80s. C’est juste un film fait rapidement pour de l’exploitation (de sa marque) ».

 

 

Misery

 

 

Misery (1990)

 

Une des adaptations les plus iconiques de Stephen King. Portée avec bio par Kathy Bates.  En 2014, dans une interview avec le magazine Rolling Stone, il l’a nommé comme étant un « grand film ». En 2009, dans le livre « Stephen King goes to the movies » il le cite comme étant une de ses 10 adaptations préférées. Et plus récemment, dans le premier épisode de la seconde saison du documentaire « L’histoire de l’horreur avec Eli Roth », il déclare que c’est L’ADAPTATION la plus impitoyable. Et qu’elle est terrifiante.

Stephen King, Eli Roth, Mick Garris et Greg Nicotero parlent alors longuement du film dans cet épisode. 

 

 

It Ca Il Est Revenu 1990jpg

 

 

 

Ça / Il est revenu (1990)

 

Là encore, une des adaptations les plus emblématiques de Stephen King. Avec un terrifiant Grippe-sou incarné par Tim Curry. Généralement la version la plus appréciée par les fans ayant grandit devant ce téléfilm / mini-série.  En 2015, Stephen King faisait l’éloge de cette version dans une interview avec Yahoo : 

« Il faut se rappeler, mes attentes étaient faibles. Voici un livre qui faisait plus de 1000 pages, et ils allaient le transformer en un film de 4 heures, avec les publicités. Mais la série m’a vraiment surpris parce sa qualité. C’est une adaptation très ambitieuse d’un très long livre. Les acteurs enfants étaient très bons, et les adultes étaient formidables. Il y a une génération précédente qui se rappelle avoir vu ‘Salem’s Lot’ à la TV, et il y a ceux qui se rappellent avoir vu Ça. Il faut les atteindre quand ils sont jeunes, c’est ça mon leitmotiv » 

 

Lawnmower Man

 

Le cobaye (The Lanwmower man, 1992)

Une adaptation qui n’en est pas vraiment une. Qui a pris une histoire de Stephen King, en a tiré un mince élément ( une attaque avec une tondeuse à gazon) et a conçu un film autour de la réalité virtuelle et intégré une scène d’un meurtre avec une tondeuse à gazon.

Etant donné que les studios voulaient allègrement utiliser le nom de King pour vendre le film, l’auteur leur a collé un procès pour qu’ils retirent son nom. Et il a gagné ce procès.
Parmi les films précurseurs autour de la réalité virtuelle, « Le cobaye » a été un énorme succès commercial et obtenu un certain statut de film culte depuis.

 

 

 

Le Bazaar De Lepouvante 1993

 

Le bazaar de l’épouvante (Needful Things, 1993)

Dans une interview avec Lilja, Stephen King cite « Le bazaar de l’épouvante » comme une déception. Dans le livre « Hollywood’s Stephen King », il développe son ressenti :
« Le film était un cas spécial. Le premier montage a été montré sur TNT. J’en ai une copie et il durait 4 heures. En tant que mini-série de 4h, il marche bien. Mais réduit à la durée d’un film, il est indéchiffrable parce qu’il n’a pas le temps de raconter toutes les histoires et de toute mettre en place. »

 

Lesevades

 

Les évadés (The Shawshank Redemption, 1994)

Ce film, qui a été dans un premier temps un véritable échec commercial avant d’obtenir, ironiquement, sa rédemption en vidéoclub, est depuis devenu un classique. Et le film le plus apprécié au monde selon le classement des internautes d’IMDB. La référence cinématographique.

Sans surprise, ce film fait parti des préférés de Stephen King, et a tout simplement dit à Deadline : « J’aime Les Evadés, et j’ai toujours apprécié travailler avec Frank (Darabont) ».

 

Themangler

 

The Mangler (1995)

Un film de Tobe Hooper qui semble, au premier abord, un drôle de choix pour faire de cette nouvelle un film. Stephen King a donné son avis dans le livre « Stephen King goes to the movies » : 

« Tope Hooper, qui l’a réalisé, est une sorte de génie…. ‘Massacre à la tronçonneuse’ l’a démontré. Mais quand les génies se trompent, faites attention. Le film « The Mangler » est énergétique et coloré mais c’est aussi un bordel avec Robert (Freddy Krueger) Englund qui y rôde sans véritables explications, même pour moi… L’aspect visuel du film est surréaliste et les décors éblouissants, mais quelque part en chemin (peut-être à cause de la vapeur s’échappant par la presseuse du film), l’histoire s’y est perdue. » 

 

 

Doloresclaiborne

 

Dolores Claiborne (1995)

Stephen King ne semble pas avoir partagé d’avis sur le film, mais a félicité les actrices Kathy Bates et Jennifer Jason Leigh, dans cette adaptation qui fait partie des 10 préférées de Stephen King. Et sachant qu’il s’agit là encore d’une histoire très personnelle à l’auteur, basée sur un roman inspiré par sa mère, ce n’est pas peu dire !

 

Unelevedoue

 

Un élève doué (Apt Pupil, 1998)

La version par Bryan Singer de la nouvelle de Stephen King, traitant de la corruption et la manipulation d’un adolescent qui découvre qu’une personne âgée habitant les environs est un ancien chef de camp nazi, est une adaptation que Stephen King ne semble pas avoir beaucoup abordé. Mais qui est présente dans le top 10 de ses adaptations.

 

Laligneverte

 

La Ligne Verte (The Green Mile, 1999)

Nouvelle collaboration entre Stephen King et Frank Darabont. Nouveau succès et film culte qui ravit les fans de l’auteur. Et l’auteur. Dans le livre « Hollywood’s Stephen King », le romancier a déclaré :

« Je devrai dire que j’ai été enchanté par La Ligne Verte. Le film est un peu doux de certaines manières. J’aime plaisanter avec Frank sur le fait que ce film était vraiment le premier film classé R, qui ait été un énorme succès. Pour une histoire sur la peine de mort, il a une dimension feel-good, un sentiment qui loue la condition humaine. Je n’ai strictement aucun problème avec cela, car j’ai un coeur sentimental ». 

 

Dreamcatcher

 

Dreamcatcher (2003)

L’adaptation d’un roman de Stephen King qui n’est pas forcément un des plus appréciés des fans, et qui fut écrit par Stephen King alors qu’il était shooté aux antidouleurs après avoir été victime d’un accident manquant de lui ôter la vie.
Dans une interview de 2007 avec Time Magazine, Stephen King a décrit le film comme étant une « catastrophe ».

 

Chambre1408

 

Chambre 1408 (2007)

Une histoire d’un homme qui se retrouve enfermé dans une chambre d’hôtel hantée. Stephen King avait encensé le film lors de sa sortie et qui fait partie de ses 10 adaptations préférées.
Dans une interview avec The New York Post, Stephen King a décrit le film comme étant un des rares qui atteint ses exigences.

 

Themist2007

 

The Mist (2007)

Troisième long-métrage de Frank Darabont adaptant Stephen King. Durant une conférence de presse du film, Stephen King n’allait pas critiquer le film et l’a bien entendu encensé : 

« Frank a écrit une nouvelle fin, que j’ai adoré. C’est la fin la plus choquante que j’ai jamais vu et il devrait y avoir une loi qui empêche quiconque de raconter les cinq dernières minutes du film sans être pendu à mort » 

 

Underthedome Saison3

 

 

Under the Dome (2013-2015)

Cette série, produite par la société de Steven Spielberg, a été une grosse sensation à sa sortie en 2013. Véritable succès, les producteurs ont eu l’honneur d’obtenir un caméo de Stephen King ET l’écriture d’un épisode par Stephen King.
Néanmoins, après la fin de la série, Stephen King a changé son fusil d’épaule. Et ce n’est pas forcément étonnant vu la tournure qu’a fini par prendre la série après la première saison.

En 2019, Stephen King a tweeté à Netflix qu’ils devraient adapter à nouveau son roman « Under the dome » et cette fois suivre son roman.
De la même manière, dans une interview récente avec le Washington Post, Stephen King l’a cité comme étant une série qui a déraillé et qui ne faisait pas forcément de sens : 

« « Under the Dome » (sur CBS) était une qui a complètement déraillé, parce que les personnages se comportaient de manière qui ne semblait pas réaliste. Une chose qui m’a tué est que l’on n’entendait jamais et nulle part le son d’un générateur. L’électricité persistait. Tout semblait propre. Tout allait bien, sauf qu’ils étaient coupés du reste du monde. Et ce n’est pas ce qu’il se passerait…
Si on demande aux gens d’accepter ces idées, il faut qu’il y ait un sens de réalisme avec, qui vous y implique. »

 

221163

 

22/11/63 (2016)

Les critiques et le public ont généralement adoré cette mini-série en 8 épisodes de 22/11/63, produite par JJ Abrams. Et Stephen King n’est pas différent. Ce qui a probablement joué en la faveur pour de nouveaux projets d’adaptations de Stephen King produits par JJ Abrams. En l’occurrence les projets d’adaptations de « Histoire de Lisey » et le préquel à « Shining« .

En 2016, Stephen King a déclaré ce qui suit au Daily Beast, en parlant au sujet de JJ Abrams : 

« Il adore ces histoires. Je trouve que c’est parfait pour JJ, je le pense vraiment. Il a regroupé une équipe du tonnerre et je suis très satisfait du résultat. »

 

Thedarktower 2017

 

La Tour Sombre (The Dark Tower, 2017)

« La Tour Sombre », c’est la saga majeure de Stephen King. Celle qui dépasse ses 8 livres principaux et 3000 pages, et qui englobe à peu près tout ce qu’il a écrit.  Le film était donc le résultat de plus d’une dizaine d’années de tentatives d’adaptations, notamment par JJ Abrams, de projets et formats abandonnés : trilogies de films, combinaison de films et séries… tout cela pour finir en un film édulcoré d’1h30 et accessible aux jeunes sans interdiction particulière.

Difficile donc de condenser l’ensemble de l’oeuvre de Stephen King en un tel format. D’où le fait que ce ne soit pas tout à fait une adaptation, mais difficile d’en dire plus sans spoiler.
Avant la sortie du film, Stephen King avait encensé le film. Etait-il sincère ou jouait-il le jeu de la promotion pour essayer d’en faire un succès qui pourrait engendrer d’autres projets dans l’univers de la Tour Sombre?

Difficile à dire. Mais plus récemment, il a évoqué à Vulture les difficultés de ce projet :  

« Le plus gros challenge a été de faire un film s’inspirant d’une série de livres qui fait 3000 longues pages. L’autre difficulté a été d’en faire un film PG-13 (déconseillé aux moins de 13 ans, ndlr) alors que les livres sont très violents et abordent cette violence d’une manière très graphique. C’était quelque chose qu’il fallait dépasser, et je dois dire que je trouve que (le scénariste, ndlr) Akiva Goldsman a fait un boulot extraordinaire en prenant des parties centrales du livre et en le transposant dans ce que j’ai trouvé être un très bon film ». 

 

It2017

 

ÇA Chapitre 1 (IT : Chapter 1, 2017)

Avant la sortie du premier film, Stephen King ne tarissait pas l’éloges sur le nouveau film. Et n’a pas changé d’avis depuis. Ce qui semblerait très étonnant si il le faisait, étant donné l’énorme succès que ce film a rencontré, et la multitude de produits dérivés qui ont suivis.

Selon Bloody Disgusting, voici ce que Stephen King a déclaré au sujet du film :

« I had hopes, but I was not prepared for how good it really was. It’s something that’s different, and at the same time, it’s something that audiences are gonna relate to. They’re gonna like the characters. To me, it’s all about character. If you like the characters… if you care… the scares generally work. I’m sure my fans will enjoy the movie. I think they’re gonna really enjoy the movie. And I think some of them will go back two or three times and actually savor the thing. I went back and saw it a second time, and I felt I was seeing things the second time through that I missed the first time. »

 

Geraldsgame2017

 

Gerald’s Game (2017)

Réputé inadaptable, c’est pourtant au roman « Jessie » que le réalisateur Mike Flanagan s’est attaqué. Et il a démontré qu’il est possible de film ce qui est infilmable.
Stephen King n’a cessé d’avoir un avis positif quant à ce film, une exclusivité Netflix.

« J’avais l’approbation du casting, et je les ai approuvés immédiatement. Je connaissais leur travail, bien sûr. Bruce Greenwood a travaillé un moment dans (la comédie musicale écrite par Stephen King) Ghost Brothers of Darkland County et je suis juste désolé qu’il n’ait pas eu la chance de chanter dans Jessie, car il a une magnifique voix quand il chante. C’était une évidence pour moi. Le script a parfaitement saisi l’essence de l’histoire d’une façon que je trouve formidable »

 

 

1922

 

1922 (2017)

Deuxième production originale de Netflix tirée de Stephen King. Avec Thomas Jane, acteur principal du film « The Mist » de Frank Darabont.
Voici ce que Stephen King a dit dans une interview avec Vulture :

« Concernant 1922, est-ce que j’étais un peu surpris que quelqu’un voulait l’adapter? Oui, je l’étais et j’ai été content du challenge que cela représentait et anxieux de voir ce qu’ils allaient en faire. Et vous savez quoi, ce que 1922 me rappelle, était un film intitulé ‘There will be blood’. Ca a le même effet, donc c’est pour un très bon film à suspense, et c’est un film que vous n’allez pas oublier. Il a cet effet vénéneux, qui reste à l’esprit parce que les images sont très belles » 

 

Themist Serie 2017

 

The Mist (série, 2017)

Bien que la seconde adaptation de la novella « Brume » de Stephen King ait quelque peu délaissé les aspects lovecraftiens, Stephen King n’a pas hésité à promouvoir son arrivée, en tweetant : 
« La série THE MIST débute sur Spike le 22 juin. Marquez votre calendrier. C’est vraiment bon »

Mais le public n’a pas été au rendez-vous et la série a été annulée après sa première saison.
Il serait intéressant de voir si Stephen King a depuis changé d’avis sur la série.

 

Mr Mercedes Serie 1

 

Mr Mercedes (série, 2017-2019)

La série, constituée de 3 saisons adaptant la trilogie de romans de Stephen King, mais dans un autre ordre, fait partie des meilleures adaptations télévisées de Stephen King.
A l’occasion de son arrivée sur la nouvelle plateforme américaine de streaming, Peacock, Stephen King l’a encensé dans une interview avec le Washington Post.

Il y a notamment déclaré que la série résonne vrai, que les personnages semblent réagir comme il le ferai dans ces situations.

 

 

 

 

Petsematary2019

 

Simetierre (Pet Sematary, 2019)

Le nouveau film diverge fortement du roman de Stephen King. Cela a été dévoilé par la première bande-annonce qui dévoilait une grande surprise puisque Gage n’est pas victime d’un camion. Mais Stephen King semble avoir apprécié le nouveau film et a évoqué les divergences avec son roman dans une interview avec EW

« C’est quelque chose de différent. Ils ont fait du bon boulot. J’ai vu tout ce qui est apparu en ligne lorsque les gens ont compris que c’était Ellie et non pas Gage qui se faisait rouler dessus, et je me suis dit…. ‘Mon dieu, ces gens…. » C’est fou. Il est possible de prendre la route 301 et d’aller à Tampa ou de prendre la route 17 et d’aller à Tampa. Dans les deux cas, on va à Tampa! Vous voyez ce que je veux dire? Quant à moi, ça n’a rien changé pour moi. Je me suis dit que je comprenais pourquoi ils faisaient cela, parce que c’est peut-être plus simple de travailler avec une petite fille plutôt qu’un bébé » 

 

Itchaptertwo

 

ÇA Chapitre 2 (IT Chapter 2, 2019)

Comme avec le premier film, Stephen King a encensé le second chapitre avant sa sortie. Et y a participé en y offrant un caméo
Mais comme avec la majorité des films dans lesquels il a fait une apparition, le succès a été moindre que celui escompté. Mais ce second chapitre a quand même été un succès. Juste… moins que l’énorme succès du premier.

 

Doctorsleep

 

Doctor Sleep (2019)

Stephen King était réticent à cette adaptation, jusqu’à ce que le réalisateur Mike Flanagan le convainc avec une scène. A la fin. Qui le réconcilie avec le film « Shining » de Kubrick, car permettant de « redresser » les choses comme elles auraient dûes l’être.

Voici ce que Stephen King a déclaré dans une interview à EW

« J’ai lu le scénario de ce film très très prudemment. Parce que je voulais bien entendu voir un bon travail avec la suite, parce que les gens connaissaient le livre Shining et je me suis dit que je ne voulais pas foirer cela. J’ai apprécié tous les films de Mike Flanagan et j’avais travaillé avec lui avec Gerald’s Game (Jessie). Donc j’ai lu le scénario avec beaucoup d’attention et je me suis dit : ‘Tout ce que j’ai toujours détesté au sujet du film Shining de Kubrick est ici racheté.

Je ne veux pas entrer dans un grand argument sur la grandeur du film Shining, ou sur mes sentiments à son sujet. Tout ce que je veux dire, c’est que Mike a pris ce que j’avais écrit, a créé une histoire géniale, les gens qui ont vu ce film l’ont adoré, et moi aussi. Parce qu’il a réussi à prendre mon roman Docteur Sleep, la suite, et réussit à l’intégrer en douceur dans le film Shining de Kubrick. Donc oui, je l’ai beaucoup aimé »

 

Theoutsider2020

 

The Outsider (2020)

Une des adaptations les plus récentes de Stephen King. Elle diverge du roman de Stephen King dont elle s’inspire en changeant le personnage d’Holly que nous avions déjà aperçu dans la série « Mr Mercedes », mais la série a reçu un avis plus que positif.

Dans une interview avec NPR, Stephen King a déclaré :
« Et bien, j’ai aimé cette série. J’ai aimé ce qu’ils en font fait »

 

 

…………………………………………………………………………………………………………………………………………….
…………………………………………………………………………………………………………………………………………….

Si vous aimez notre travail de traduction, n’hésitez pas à liker/commenter/partager en masse sur les réseaux sociaux.

Vous pouvez également nous supporter (et obtenir des avantages exclusifs) via notre compte Tipeee, pour le prix d’un petit café 😉

…………………………………………………………………………………………………………………………………………….
……………………………………………………………………………………………………………………………………………

 

Pour une liste plus exhaustive des adaptations de Stephen King, n’hésitez pas à parcourir notre dossier dédié :

 

[DOSSIER] Filmographie de Stephen King : films et séries

 

 





PARTAGER L'ARTICLE

ENVIE DE DONNER VOTRE AVIS? Cliquez ici pour laisser un commentaire


PARTENAIRES POUR VOS ACHATS

PUBLICITE

Avantages exclusifs

DERNIÈRES ACTUS STEPHEN KING

SUIVEZ-NOUS SUR LES RÉSEAUX

NEWSLETTER

NOTRE LIVRE (VERSION 2020 !!!)

Calendrier

  1. Anniversaire du film « Misery » (USA)

    30 novembre
  2. Sleeping Beauties #5, ENG, comic book

    2 décembre
  3. Sac d’os, FR : DVD et bluray

    5 décembre
  4. Anniversaire du film « Christine » (USA)

    9 décembre
  5. Anniversaire du film « The Green Mile » (USA)

    10 décembre

Publicité

Autres contenus : Films

En vente dans notre boutique :